Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Chope royale mérite le général donnio

Autres informations / 16.11.2008

Chope royale mérite le général donnio

Dimanche 16 novembre, Auteuil. Le

Prix Général Donnio (L) offre souvent la possibilité à des bons chevaux

d’Auteuil de trouver une juste récompense à leurs efforts. Cela concerne, en

général, ceux qui participent au circuit classique et qui doivent se contenter

des miettes. C’était le cas de Moka de

l’Isle (Video Rock) l’an dernier ou de Kario

de Sormain (Gunboat Diplomacy) en 2005. Moka de l’Isle n’avait pas pris

part à aucune épreuve de Groupe en 2007 alors que Kario de Sormain n’avait

disputé qu’à une épreuve avant le Général Donnio en 2005.

Cette année, les deux prétendants

qui se détachent du lot, sont issus des filières des handicaps. Très en vu dans

le Prix Montgomery (Gr3), Chope Royale (Sin Kiang) s’est montré régulier

et brave durant tout l’automne pour empocher la troisième place de ce qui

constitue de pendant automnal du Prix du Président de la République (Gr3). Dans

ce « Général Donnio » (L), le pensionnaire de Jean-Yves Artu possède

une première chance avec le terrain lourd comme principal allié. Il est aussi

le lauréat du Prix Lutteur III (L) au mois de mars qui se joue sur le même

parcours que le Prix Général Donnio.

Tout comme lui, Berryville (Poliglote) provient des

épreuves de handicap. Bon finisseur et dur à la lutte, ce représentant de

Jacques Ortet – qui l’a sous sa responsabilité depuis le début de l’automne –

compte trois victoires et une chute malheureuse lors de ses quatre dernières

sorties. Sa dernière victoire, réalisée sous 72 kilos, est une prouesse sur le

parcours du huit.

 

Royal Nemzeti avec l’aide du terrain lourd

On connaît la réussite de

Jean-Paul Gallorini avec les chevaux qu’il réclame. Royal Nemzeti (Cadoudal)

a été acheté un peu plus de 25.000€ l’an dernier. Arrêté depuis, il a couru seulement

deux fois pour prendre une quatrième place dans le handicap remporté par

Berryville et la troisième place du Prix Cacao, samedi dernier. Plus performant

dans les terrains lourds de l’automne que ceux plus allégés du printemps, le

fils de Cadoudal sera à son avantage pour décrocher un accessit.

 

La forme du doyen

Dans ce steeple réservé aux

chevaux d’âge, il en est un qui termine sa dixième année. Le Pero (Perrault),

entraîné par Guillaume Macaire, a démontré en remportant une épreuve sur les

haies à Strasbourg qu’il avait recouvré une belle forme et une certaine

confiance en lui. Arrêté dans le Prix Montgomery à la fin du mois d’octobre, sa

petite balade en province aura eu le mérite de le « regonfler ».