Oculi, un nouveau grand d’auteuil

Autres informations / 10.11.2008

Oculi, un nouveau grand d’auteuil

Dimanche 9 novembre, Auteuil. Oculi (Denham Red) conserve son titre

de meilleur steeple-chaser de 4ans et entre, un peu plus, dans la cour des

grands d’Auteuil [lire par ailleurs : « De drôles de voisins au

palmarès »]. Après le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) au printemps, il a remporté

le Prix Maurice Gillois (Gr1), ce dimanche, face à une très belle opposition. « Il a acquis une belle confiance en

lui », nous a déclaré François-Marie Cottin, son entraîneur. Derrière

lui, l’opposition féminine annoncée a joué son rôle : Loulia (Cricket ball), lauréate des deux épreuves préparatoires et Queen des Places (Sabrehill),

toujours présente sur le podium à ce niveau, prennent respectivement les

deuxième et troisième places. « Il

change en vieillissant, a poursuivi François-Marie Cottin. C’est un cheval qui

a augmenté sa capacité de travail par rapport à l’an dernier. Il a encore

progressé sur sa deuxième place, dans la dernière préparatoire. Il a vraiment

bien sauté. »

 

Pierre Cadel : « Tout

va bien lorsque l’on a un champion »

Tétraplégique depuis 4ans, Pierre

Cadel ne vient que très rarement sur les champs course. Il a d’ailleurs vécu la

victoire d’Oculi dans le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) depuis sa télévision.

Mais dimanche, l’éleveur de Limoges s’est organisé pour venir voir son champion

et il était le premier à l’accueillir dans le cercle des vainqueurs. Cet ancien

entraîneur de la Teste

qui compte quelques victoires à Auteuil, a vécu la deuxième victoire de Gr1 du

meilleur cheval qu’il n’ait jamais élevé. « Tout

va bien lorsque l’on a un champion, nous répond Pierre Cadel. Il ne me déçoit

jamais. Il a progressé et a atteint son but. » Pierre Cadel fait partie

de cet tissu de petits éleveurs qui travaillent dans l’anonymat, dans les

campagnes françaises, cachés de l’agitation des hippodromes et qui, un beau

jour, se retrouvent entourés de la grande foule. Et il y avait beaucoup de

monde autour de Pierre Cadel et de son fauteuil roulant après l’épreuve. « J’ai deux juments au Haras, nous

explique Pierre Cadel. Une anglo-arabe et une pur sang, la mère d’Oculi,

Ottolina (Saint Cyrien). Je l’ai achetée à Arnaud Chaillé-Chaillé car elle ne

pouvait pas courir et aux vues de ses origines je l’ai prise.» Ottolina est

issue de Saint Cyrien et Main Heureuse, une jument honorable dans les épreuves

de handicap en obstacle.

 

La belle valeur de Loulia

D’abord positionné  à l’arrière-garde, Oculi s’est progressivement

rapproché de la tête. Malgré une petite faute en début de parcours, il a bien

sauté et, sans efforts, il s’est retrouvé aux côtés de Loulia, la grande

animatrice, au saut de l’avant-dernier obstacle. Toujours ensemble à l’appel du

dernier saut, Oculi a ensuite pris le meilleur sur le plat. La pensionnaire de

Yannick Fouin s’est finalement bien adaptée au terrain pénible, un sujet sur

lequel le professionnel émettait quelques réserves avant l’heure. Comme à son

habitude, elle a sauté sur sa droite, mais cette fois-ci ce qui est devenue sa

petite marque de fabrique était moins flagrante. « Elle n’avait pas vraiment d’allant dans ce terrain et elle a

sauté gros les deux derniers obstacles. Je me demande s’il (Sylvain Dehez,

ndlr) n’aurait pas dû durcir l’épreuve encore plus. Mais là, on joue dans la

cour des grands. » Déçu, l’entraîneur peut tout de même se féliciter

d’avoir remporté les deux épreuves préparatoires tout en amenant la pouliche à

100% le jour J.

 

Queen des Places, la vaillante

On ne le répètera sans doute

jamais assez : Queen des Places est bien nommée. Pourtant, la pensionnaire

de François Nicolle mériterait aussi de s’appeler Queen des victoires de temps

en temps ! Extrèmement régulière, elle est montée sur la troisième marche

du podium tout en effectuant une rentrée après sa deuxième place dans le Prix

Ferdinand Dufaure au mois de mai. « Je

pense qu'elle a manqué de rythme, nous a déclaré son entraîneur. C'est une

belle place. Elle est juste en dessous des deux premiers. Sans sa faute à la

rivière, je pense qu'elle aurait pu finir plus près d'eux. D'ailleurs, quand je

l'ai vue fautive, je me suis dit : « cela ne va pas le faire! ».

Quand elle sera plus mature, ce sera une drôle de jument. Maintenant, on peut

penser pourquoi pas, au Prix Morgex (Gr3, le 30/11), pour elle, ou alors nous

pourrions revenir en haies ! »

 

Encadré

De drôles de voisins

au palmarès !

Le doublé Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) / Prix Maurice

Gillois (Gr1) n’est pas une mince affaire. Peu ont réussi dans cette entreprise

et leurs noms sont toujours synonymes de vrais champions. Dans les vingt

dernières années, on relève Or Noir de

Somoza (Discover d’Auteuil) en 2006, Cyrlight

(Saint Cyrien) en 2004, As des Carrés

(Le Pontet) en 1991 et Katko

(Carmarthen) en 1987.

Si on ajoute le fait qu’Oculi a remporté le Prix Congress

(Gr2), à 3ans, il ne reste alors plus qu’un nom en lice avant lui :

Cyrlight, lauréat du Grand steeple de 3ans en 2003.