Peu de femelles à l’honneur

Autres informations / 07.11.2008

Peu de femelles à l’honneur

Les pouliches et juments au palmarès de l’une

des grandes épreuves de ce week-end international de l’obstacle ne sont pas

légion. En effet, la concurrence des mâles et hongres ainsi que la tentation

pour des éleveurs/propriétaires d’envoyer leurs compétitrices au haras sont

deux raisons suffisantes pour expliquer cet état de fait.

 

Prix La Haye Jousselin : 2006 et…

1959

Le

Prix La Haye Jousselin

(Gr1) a été à jamais marqué par l’exploit d’Al Capone II (Italic). A contrario, il n’a pas souvent souri aux

juments. Si la dernière en date est une ultra-contemporaine, à savoir la

championne Princesse d’Anjou

(Nononito) qui a remporté l’épreuve en 2006, il faut remonter à 1959 pour

retrouver la précédente. Il s’agit d’Illuminée,

entraînée par Léon Gaumondy et montée par Maurice Prod’Homme. C’est dire si la

tâche qui attend Musica Bella

(Bateau Rouge), dimanche, est ardue. Sur une période comparable, le palmarès du

Prix La Haye Jousselin

est donc moins « féminin » que celui du Grand Steeple-chase de Paris

(Gr1). Dans la grande épreuve du printemps, on compte, depuis 1960, six

victoires au crédit des filles grâce à Hyères

III (Tosco), en 1964, 1965 et 1966, Line

Marine (Agent Bleu) en 2003 et Princesse

d’Anjou (Nononito) en 2006 et 2008.

 

Grand Prix d’Automne : Topkar en 1995

Le

Grand Prix d’Automne (Gr1) n’a pas mis plus à l’honneur les juments que son

équivalent sur le steeple. Ainsi, sur les vingt dernières années, seule Topkar (Arokar) a brillé sous

l’entraînement de Jean-Paul Delaporte et la monte de Cyrille Gombeau en 1995.

Petite jument, la protégée de la casaque Gallot a réussi l’exploit de remporter

cette course à 5ans. Il faut remonter auparavant à 1953 pour trouver Eole III,

lauréate de l’épreuve à l’âge de 4ans.

 

Prix Maurice Gillois : quatre en

vingt ans

Sommet

de l’automne pour les steeple-chasers de 4ans, le Prix Maurice Gillois (Gr1) a

permis à plusieurs pouliches de se mettre en valeur. Dans les vingt dernières

années, elles sont quatre à s’y être imposées : Redaely Jolie (Bobiffic), en 1988, Madalka (Cadoudal), en1996 sous la monte de Philippe Chevalier, Ladykish (Compte du Bourg), en 2003,

qui était sous la responsabilité de François Doumen, et Polivalente (Poliglote), en 2005. Cette dernière apportait sa

contribution à la belle série « Mulryan » dans cette course, après le

succès de Cyrlight (Saint Cyrien),

mais avant celui d’Or Noir de Somoza

(Discover d’Auteuil).

Candidates

au succès cette année, Loulia

(Cricket Ball), Westonne

(Mansonnien) et Queen des Places

(Sabrehill) pourraient jouer les féministes et ajouter une cinquième victoire

aux pouliches.

 

Prix Cambacérès : de Maïa Eria à

Bournosienne

Le

Prix Cambacérès (Gr1) est la

Grande Course de Haies des 3ans et attirait généralement les

meilleures pouliches. Mais avec la promotion du Prix Bournosienne au rang de Groupe

3 en 2001, celles-ci ont une alternative moins audacieuse à leurs dispositions

et peuvent ainsi éviter la concurrence frontale avec les mâles. Il est donc

presque « normal » de remonter à 2003 pour trouver trace de la

dernière femelle au palmarès du Cambacérès. Il s’agit de la reine Maia Eria (Volochine) qui domina

complètement les Groupes sur les haies réservés à sa génération et qui se

permis le luxe de devancer Cyrlight

(Saint Cyrien) dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1) à 4ans. Kotkita (Subotica) pour sa part, réalisa en 2001 une année quasi-parfaite.

La nièce de Katko (Carmarthen)

avait, en effet, prouvé sa suprématie dès la fin du printemps. Avant elle, Tikiti Dancer (Fabulous Dancer) avait

brillé dans ce classique en 1990 avant de devenir une bonne poulinière,

produisant notamment le fantasque mais doué Katiki (Cadoudal) vainqueur lui aussi de la Grande Course de

Haies des 3ans d’Auteuil en 2000. Quant à la lauréate précédente, il ne

s’agissait ni plus ni moins que de Bournosienne

(Star), en 1982.

 

 

Prix Congress : tableau vide depuis

1980

Le

Prix Congress (Gr2), l’officieux Grand Steeple Chase des 3ans est une épreuve

maudite pour les pouliches. En effet, depuis 1980, aucune femelle ne l’a emporté.

Ces deux dernières années, Santa Bamba

(Saint des Saints) et En La Cruz (Robin des Champs)

ont pris le premier accessit.