Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

André fabre : « un regard exceptionnel »

Autres informations / 22.12.2008

André fabre : « un regard exceptionnel »

 

 

André

Fabre a gravi les échelons de la renommée dans les années 1980 alors que

Maurice Zilber n'avait plus la qualité de chevaux qui lui aurait permis de se

maintenir au plus haut niveau tel qu’était le sien dans les années 1970. Ce qui

conduit André Fabre à dire qu'ils ont eu tous deux des parcours déconnectés qui

se sont croisés.

 

Cependant

une estime réciproque s'est installée entre ces deux grands entraîneurs,

Maurice Zilber ne se privant jamais de lâcher à la cantonade : « Il y a Fabre et les autres… »

De son côté, André Fabre, en fin observateur, était impressionné par la stature

de Maurice qu'il dépeint comme « un

personnage. Un homme qui sortait clairement de l'ordinaire ». En

particulier, André Fabre s'est déclaré « frappé par le regard si particulier de Maurice : un regard profondément

intelligent et en même temps rempli de gentillesse ».

 

Outre

son regard, l’entraîneur relève « l'indulgence

dont Maurice Zilber faisait preuve à l'égard des autres. Cette indulgence lui

vaut respect, ajoute-t-il, car la compétition hippique nous pousse d'habitude

vers des penchants inverses. Elle témoigne, à elle seule, des qualités humaines

qui caractérise Maurice pour qui, par ailleurs, j'ai le plus grand respect en

tant que professionnel de talent qui a toujours osé, qui a toujours chercher

les défis parfois impossibles comme celui de Nobiliary qui a failli gagner le

Derby d'Epsom. »

 

On

ne peut par ailleurs que souligner une certaine similitude de comportement

entre ces deux hommes, connus pour leur réserve, y compris dans des

circonstances glorieuses. Et André Fabre de conclure : « on ne peut qu'aimer et respecter cet homme

hors du commun ».