Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Arqana dresse un premier bilan

Autres informations / 10.12.2008

Arqana dresse un premier bilan

 

ARQANA DRESSE UN

PREMIER BILAN

En deux temps, d’abord sur la vente de yearlings du 9

décembre, puis sur l’ensemble de l’année écoulée, Eric Hoyeau, Président

d’Arqana, et Olivier Delloye, Directeur Général, ont établi des premiers

bilans.

 

La vente de yearlings de décembre

De manière générale, Eric Hoyeau tient à rappeler le statut

de cette dernière vente de l’année, réservée aux yearlings.

« La vente de décembre conserve une notion de vente de

service. Une réflexion a été conduite sur sa place idéale dans le calendrier :

novembre ? Avant la vente d’élevage en décembre ? Le fait de la tenir dans la

foulée de la vente d’élevage se confirme aujourd’hui être la bonne solution. Le

fait aussi d’introduire des papiers d’obstacle comme dans la vente d’élevage permet

de créer une vraie complémentarité avec des professionnels de tous bords

présents. Si on ajoute la venue d’entraîneurs, grâce au meeting de courses

hivernales de Deauville, on obtient définitivement le bon créneau pour cette

troisième vacation de yearlings. Il y a là la mixité la plus favorable.

Décembre reste la session pour les produits qui n’ont pas trouvé leur place en

août et octobre et également pour ceux qui ont été retardés. C’est d’ailleurs

le cas du top de cette année. Après les séances d’août et octobre, celle de

décembre n’est pas une punition et on y trouve des animaux de qualité. La seule

remarque est que les critères d’exploitation fixés par les acheteurs sont

aujourd’hui plus exigeants que par le passé. »

Avec un pourcentage de vendus de 63%, la session de

yearlings de décembre réalise un score sensiblement équivalent à celui de l’an

dernier (65,4%) et identique à 2006 (63,6%). Pour Olivier Delloye, « c’est une

performance honorable. Néanmoins, nous sommes conscients que les éleveurs ont

dû parfois vendre à des prix faibles, qui ne couvrent pas toujours le prix de

saillies. Mais il y a toujours un minimum d’acheteur en France : nous avons

vendu

175 chevaux, ventes à l’amiable incluses, soit le même

nombre que l’an dernier. Ce n’était pas gagné lorsque l’on regarde les ventes

depuis septembre en Europe. Le chiffre d’affaires a baissé de 12%, corrigé à

10% si on intègre les amiables. »

Le top établi par un investisseur mongol à 180.000€ est à

mettre en partie au crédit d’Arqana, qui avait su accueillir ce prospect en

novembre, lors de la vente d’Automne tenue à Saint-Cloud (lire la partie sur le

top price). Ce nouveau top de décembre relègue loin derrière le précédent

record établi en 2006 à 77.000€.

 

Arqana, deuxième opérateur européen sur le marché des

yearlings

Au soir de l’ultime vacation, les premiers chiffres 2008

circulent déjà. Le chiffre d’affaires global est en baisse de 13% sur 2007 avec

une première partie d’année (jusqu’en août) en hausse et la fin d’année marquée

par les "perturbations" mondiales. Olivier Delloye tient à préciser «

qu’on a mieux résisté que les autres places, grâce à un calendrier favorable.

Les ventes d’août ont eu lieu avant le gros de la crise. » Par rapport à 2006,

le chiffre d’affaires 2008 signe un +3%

 

Sur le seul marché des yearlings, Arqana a gagné 7 points de

parts de marché en Europe par rapport à 2007 et se retrouve au deuxième rang

derrière Tattersalls.

 

Les projections 2009

Eric Hoyeau tient à préciser que « nous ferons des

prévisions à deux vitesses, une prudente et l’autre offensive. » Pour Olivier

Delloye, « la prévision "prudente" ne nous verra pas mollir dans

notre promotion et les leviers commerciaux du business. Nous conserverons nos

principes de sélection et la nécessaire qualité des catalogues. Nous

continuerons aussi le renforcement de nos réseaux à l’étranger. S’il y a

économies, elles se feront dans les activités indolores. »