Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Deauville n’échappe pas a la morosité ambiante

Autres informations / 07.12.2008

Deauville n’échappe pas a la morosité ambiante

LE RÉCIT DE LA JOURNÉE

Bien sûr, il y a eu de bonnes nouvelles et parfois même des surprises lors de cette première journée des ventes d’élevage de Deauville, mais celles-ci n’ont fait que ponctuer très irrégulièrement – et très rarement – les enchères mises sur les 207 lots (24 absents).

11h : acheteurs et vendeurs prennent place dans la salle des ventes. Chacun s’installe à sa place, la vie reprend autour du ring de Deauville. Quelques minutes après, au lot numéro 8, le marteau tombe pour 310.000€. Alix Road (Linamix), troisième du Prix Saint-Alary (Gr1) il y a deux ans, est achetée au prix qui est le sien. Xavier Bozo s’est chargé de lever la main pour Jean-Etienne Dubois, propriétaire du Haras de La Perrière, qu’il avait au téléphone :

« Nous ne serions pas allés bien au-delà du prix auquel nous l’avons eue, nous a déclaré Xavier Bozo. Elle pourrait disputer le Prix Miss Satamixa en janvier sur la P.S.F. de Deauville. » Alix Road fera le top-price de la vente. L’an dernier, la sœur de Daliapour, Dalasyla (Marju), de la proche famille de Darshaan, était adjugée 570.000€ à John Warren, le meilleur prix de cette session. Nous sommes encore loin du compte lorsque l’on compare les onze lots ayant atteint au moins 200.000€ en 2007 aux six numéros égaux ou supérieurs à ce même prix cette année. Acheteurs et vendeurs sont d’accord sur un point : Deauville a suivi la tendance constatée à Keeneland et à Newmarket les semaines précédentes. Ils martèlent : « Le bas de gamme ne se vend pas et le haut trouve de bons acheteurs. »

 

11h30, deux lots ont atteint de jolis prix. Marée Basse (Royal Applause) a été adjugée 120.000€ pour l’américain Fred Seitz de Brookdale Farm, tandis que Massarossa (Mr Prospector) est partie à 115.000€ après avoir été acquise par Hugo Merry, un courtier irlandais. Marée Basse part aux Etats-Unis pour courir et Massarossa, pleine de Dylan Thomas, poursuivra sa carrière au haras. A côté de ces achats, il y avait quelques zones d’ombres de plus en plus visibles au fur et à mesure de la journée. Par exemple, le

#12, Lazy Afternoon (Hawk Wing), troisième de Listed et provenant d’une famille habillée de caractère gras, a été adjugée 10.000€. Arqana connaît une journée morose, reflet de la crise financière, dans la continuité des autres ventes en Europe. Si certains le pensaient encore, l’exception française et deauvillaise n’existe pas. La France comme le reste de l’Europe doit faire le dos rond et attendre que le mal passe.

 

12h, la salle des ventes se remplit et se vide au gré des numéros. Le #25 rappelle tout le monde au ring. La jument Mer de Corail (Sadler’s Wells), issue de Miss Tahiti (Tirol), lauréate du Prix Marcel Boussac (Gr1), fait son show. Elle est finalement adjugée 115.000€ à Margaret O’Toole. Treize numéros plus tard, Gone Nuts (Gone West), non-placée du Prix Luthier (L), jeudi, mais issue d’une très belle famille, celle de Raise The Standard, la mère de Coup de Folie, troisième du Prix Marcel Boussac (Gr1), a été achetée 75.000€. L’américain Robin Scully a donné l’ordre à Anthony Stroud d’en faire l’acquisition.                             

 

« Gone Nuts provient d’une superbe famille, nous a déclaré Anthony Stroud. Sa deuxième mère, Raise The Standard, a produit Coup de Folie qui a produit Coup de Génie, la mère de Machiavellian ; Exit To Nowhere et Ocean of Wisdom apparaissent également dans le pedigree. »

 

Alternance d’éclaircies et de grisaille sur Elie de Brignac C’est au tour de la mère de Natagora (Divine Light), Reinamixa, de passer sous les feux des enchères. Mais là encore, l’établissement déchante rapidement. Reinamixa est rachetée pour la somme de 320.000€… Le prix de réserve n’a pas été approché.

Les animaux défilent. La salle se vide. Il faut attendre le numéro 121 pour entendre de nouveau des acheteurs dynamiques. Honorlina (Linamix), l’un des plus beaux espoirs de cette session, atteint 200.000€. Johnny McKeever s’en est porté acquéreur. L’an prochain, elle sera présentée à Mount Nelson, nouvel étalon à Newsells Park. « Elle sera saillie par Mount Nelson afin de croiser Linamix et Danzig », nous a expliqué Johnny McKeever. Danzig apparaît à la troisième génération de Mount Nelson et Linamix n’est autre que le père de Honorlina. « Honorlina possède un très beau papier. Elle est la sœur de Vahorimix (Linamix) [Gagnant de la Poule d’Essai des Poulains, ndlr]. Toute la branche de la deuxième mère est également excellente. Vadsa a produit beaucoup de blacktype [Val Royal, lauréat du Breeder’s Cup Mile, par exemple, ndlr] », conclut Johnny McKeever, qui effectuait ici son plus bel achat de la journée. Il s’est également porté acquéreur de Rose de France (Diktat) pour 55.000€, une fille née de Cherokee Rose (Dancing Brave), gagnante de Gr1. Un bon prix pour une pouliche sortant de l’entraînement et encore maiden. Quelques minutes plus tard, la sœur de Montare (Montjeu), Royal Song (Royal Academy), passe sur le ring pour être adjugée pour seulement 12.000€ à Marc-Antoine Berghgracht (M.A.B. Agency)…

 

Retour en arrière. Le #116, Unbaka, propre sœur de la ??JDG Rising Star ??Russiana (Red Ransom), part pour 125.000€. Laurent Benoît (Broadhurst Agency) s’en est porté acquéreur. Si Unbaka a été une performeuse modeste, l’avenir très prometteur de sa sœur lui donne beaucoup de valeur. « C’est un peu un pari pour l’avenir, car on espère évidemment beaucoup de sa sœur, nous explique Laurent Benoît. Unbaka a tout de même pour mère une lauréate de Groupe et fait partie d’une très bonne souche. Il y a donc une base derrière. Elle devrait normalement rester en France. »

Les minutes s’écoulent. Quelques chevaux de moyenne gamme sont acquis à des prix très alléchants. Le #153, Henties Bay (Cape Cross) est achetée 67.000€ par Ghislain Bozo (Meridian International).