Le sud-ouest hippique dans la tempête

Autres informations / 28.01.2009

Le sud-ouest hippique dans la tempête

Ce

week-end, une tempête comparable à celle de 1999 a ravagé le Sud-Ouest de la

France, où 325.000 foyers sont privés d’électricité et 60% de la pinède est à

terre. Bien sûr, les centres d’entraînement n’ont pas échappé à ce désastre.

Mais certains hippodromes ont subi plus que d’autres la tempête. A Pau, par

exemple, quelques arbres sont tombés, des lices se sont détachées, mais les

pistes de l’hippodrome comme celles du centre de Sers n’ont pas été

profondément détériorées. En revanche, à Mont-deMarsan, les chevaux sont

contraints de sortir au pas. A Dax, la situation n’est pas franchement meilleure,

tandis qu’à La Teste, les équipes de Jean-Marie Plassan se sont activées pour

dégager au plus vite les pistes, avec succès.

L’état

des lieux à La Teste et Dax

Jean-Louis

Gayan-Sourgen, président de l’hippodrome et du centre d’entraînement de Dax : «

Nous avons été d’autant plus touchés que nous sommes entourés par la pinède.

Douze pins sont tombés sur les pistes. Le parking, le pesage et le château

d’eau ont été touchés par la tempête. Actuellement, nous sommes sans

électricité. 1.000m de lice ont été arrachés par le vent et l’hippodrome est

inondé. C’est absolument dantesque, d’autant plus que nous sommes sur une terre

qui ne laisse pas passer l’eau. La piste de 1.100m en sable n’est praticable

que sur une faible largeur.

Pierre

Barbé, directeur du centre d’entraînement de La Teste : « On se relève

doucement de la tempête. Bien sûr, nous avons été touchés. Des arbres sont

tombés sur les pistes d’entraînement, mais nos gars sont vaillants. Ainsi, dès

le lendemain, elles étaient dégagées et praticables. Des toitures ont été

emportées, mais rien de très grave. Sur l’hippodrome, des bouts de lice ont été

arrachés et cassés. Dans le rond de présentation, la paillote s’est écroulée et

dix boxes de passage se sont retrouvés sans toiture. »

Par

ailleurs, nous avons appris que l’écurie de Jean-Claude Rouget n’avait toujours

pas d’électricité. En effet, un arbre est tombé sur les lignes électriques qui

alimentent l’écurie. De ce fait, les pensionnaires de Jean-Claude Rouget

sortent à partir de 8h seulement, à l’image des chevaux entraînés à

Mont-de-Marsan.