Trois questions à robert roucayrol

Autres informations / 22.01.2009

Trois questions à robert roucayrol

Directeur de la Société des

courses de la Côte d’Azur (S.C.C.A.)

Jour de Galop. – Comment

s’est déroulée la réunion de ce matin ?

Robert Roucayrol. – La

réunion convoquée ce matin par la S.C.C.A. et France Galop, représenté par

Hubert Monzat, s’est déroulée en coopération avec les entraîneurs de plat. Il a

bien sûr été question des intempéries et de la décision qu’il fallait prendre

concernant les courses à venir devant se disputer sur le gazon. Nous avons fait

le tour de la piste, et chacun a pu donner son avis. Trois tendances en sont

ressorties. Nous pouvions ne rien changer et prendre les décisions réunion par

réunion. Nous pouvions aussi transférer toutes les courses prévues sur le gazon

vers la Polytrack. Enfin, il a été évoqué la possibilité d’adapter le programme

aux conditions météorologiques à court terme. Finalement, une décision a été

prise conjointement par la S.C.C.A. et France Galop : toutes les courses

initialement prévues sur le gazon seront transférées sur la piste

En Polytrack jusqu’au 31

janvier inclus. Ce même 31 janvier, il y aura une nouvelle réunion à 9 heures

du matin pour prendre une décision concernant la fin du meeting, en fonction

des prévisions météorologiques. Nous voulions que les entraîneurs et les

parieurs sachent sur quelle surface les courses se dérouleront.

Actuellement, dans quel état

est la piste en gazon ? Son état ne plaide pas en sa faveur, notamment à cause

du chiendent. Jusqu’à maintenant, cinq courses se sont disputées sur la piste

en herbe. Et la pluie tombée durant ces dernières semaines n’a pas arrangé les

choses. Les endroits où passent les chevaux de plat et d’obstacles ne sont pas

en bon état, ce qui rend la piste inégale.

Avez-vous connu pareille

situation dans le passé et sera-t-il possible de récupérer la piste en gazon ?

Je suis depuis trente ans à la S.C.C.A. et je me souviens de mauvais hivers,

mais à l’époque, nous n’avions pas la piste synthétique. S’il ne pleut pas

trop, on devrait arriver à récupérer la piste en herbe. La ligne du bord de mer

est d’ailleurs