Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Février, arqana et ocala : mêmes chiffres, même baisse

Autres informations / 19.02.2009

Février, arqana et ocala : mêmes chiffres, même baisse

Les commentaires allaient bon

train, mardi, à Ocala où se déroulait la première vente de 2ans montés en

Floride. Tom Ventura, le Directeur des Ventes, le reconnaissait :

« Nous nous attendions à une

correction. D'autant plus que la vente fut vraiment très bonne l'année

dernière. Mais nous reculons environ de 30% en moyenne et médiane, ce qui est

sévère. Je vous le dis franchement, nos consigners ont dû vendre certains de

leurs bons chevaux à des prix soldés ». Niall Brennan qui a vendu un fils de

Tapit pour 300.000$ ajoutait : « Il y avait des bons chevaux à vendre, aussi

attractifs que l'an dernier. Les acheteurs étaient intéressés mais nous avons

souffert du fait que l'Amérique a perdu confiance, c'est une question

d'atmosphère. Du coup, quand les clients veulent quand même acheter, ils

s'attendent à des prix en rapport avec l'humeur ambiante. Ne cherchez pas

ailleurs le pourquoi de la baisse. »

Comme à Deauville dont la

moyenne a baissé mardi de plus de 30%, on retrouve les mêmes réactions à un

recul qui était prévisible, bien que Deauville s'en sort bien mieux en termes

de chevaux vendus, de chiffre d'affaires et de médiane. Cette similitude veut

que les comportements des acteurs soient les mêmes : quand un acheteur évalue

un cheval à 100, il veut désormais le payer 50, 60 ou 70. Pas plus. La

surmédiatisation de la crise fait que nous entrons, paraît-il, dans une période

de soldes générales, et que tout consommateur entend faire de "bonnes

affaires".

Nous l'avons constaté dans

toutes les ventes de pur-sang : le marché est là, les clients clairsemés

achètent et ils veulent payer moins que cela valait. Il nous semble donc, sauf

cas particulier, que toutes les ventes 2009 seront en recul de l'ordre de 30%

en regard des années précédentes. C'est une forte correction, nous la

connaissons, le monde du Galop vivra avec. À Ocala, Darley-John Ferguson a

acheté pour 180.000$ un poulain par « l'étalon-maison », Consolidator, et Demi

O'Byrne (Coolmore), une pouliche par Concorde's Tune qui lui plaisait beaucoup

pour 225.000$. Le nouveau Syndicat, West Point, raflait 6 sujets, comme Dogwood

Stable. Le marché continue et les engagements des uns et des autres varient.

Mine de rien, les courses ont des ressources mystérieuses qui leur permettent

de perdurer, avec leurs acteurs professionnels.