Une esquisse avant le prix policeman

Autres informations / 04.02.2009

Une esquisse avant le prix policeman

CAGNES, Mercredi 4 février

Le Prix Renoir (Course A)

marque une étape de choix en vue d’une éventuelle participation au Prix

Policeman (L), disputé le 21 février. La nouveauté cette année est que le Prix

Renoir et le Prix Policeman se disputent sur le sable. Cela étant dû, comme

chacun le sait, aux conditions climatiques.

LES CANDIDATS À SUIVRE :

Granitik

(Intikhab & Grosgrain,

par Diesis)

Ce pensionnaire de

Jean-Claude Rouget a déjà fait ses preuves sur les pistes tous temps. En deux

tentatives sur cette nature de sol, il compte deux victoires. Nous l’avons

découvert à Deauville le 9 juillet sur 1.300m, et son entraîneur nous avait

alors déclaré que Granitik « serait mieux en prenant de l’expérience et sur

plus long. » Le 12 décembre, au lendemain d'une nouvelle victoire de Granitik,

son mentor avait confirmé ses dires, ajoutant que : « Granitik était plutôt

taillé pour faire un 3ans. » On peut ajouter que le représentant de Gérard

Mestrallet possède une redoutable pointe de vitesse finale et qu’il a été

acheté 115.000€ en août 2007.

Plaisir du Tango

(Ski Chief & Star des

Hêtres, par Homme de Loi)

Thierry Larrivière tient en

bonne estime ce fils de Ski Chief – père également du champion du sable Jokari.

Il a réussi ses débuts sur le sable, prenant la 2e place du Prix de Vichy

(course D), derrière Grand Slammer (Grand Slam), qu’il retrouvera ici. Mais son

entraîneur nous avait alors déclaré que « Plaisir du Tango n’était qu’à 80% de

ses moyens. »

Grand Slammer

(Grand Slam & Blushing

Bride, par Distant Relative)

Ce poulain aux origines

américaines est fait pour la Polytrack. Néanmoins, il possède du sang ayant

réussi en Europe, puisque sa mère est une sœur de Guys and Dolls (Efisio),

lauréat du Prix de la Rochette (Gr3) en 2001. Restant sur deux victoires sur

P.S.F., il représente une opposition sérieuse à Granitik.

 

Villa Molitor (Muhtathir

& Sizal, par Sicyos)

Les limites de cette

pensionnaire de François Rohaut sont encore difficiles à cerner. Elle reste sur

une victoire dans le Prix de Vintimille (course F), le 12 janvier, dans lequel

elle devançait une pensionnaire de Jean-Claude Rouget. Son jockey, François-Xavier

Bertras nous avait expliqué que :

« Villa Molitor n’était pas

encore à 100% et qu’elle avait besoin de courir. Mais le lot qu’elle a affronté

ne me paraît pas d’une grande qualité. »