Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Arcangues, un héros qui n’est plus

Autres informations / 20.03.2009

Arcangues, un héros qui n’est plus

Le nom d’Arcangues (Luthier)

sera à jamais gravé dans le marbre du palmarès du Breeders’ Cup. Le

représentant de la casaque et de l’élevage Wildenstein a dû être euthanasié

suite à des problèmes de santé. Retour sur une carrière qui a marqué l’Histoire

des Courses.

En 1993, Arcangues, entraîné

par André Fabre, devient le premier non-américain à remporter le Breeders’ Cup

Classic (Gr1). Exploit qui ne sera réédité qu’en 2008 par Raven’s Pass (Elusive

Quality). Lors de sa victoire, Arcangues avait créé la sensation, puisqu’il

était proposé à la cote astronomique de 133/1. Impensable en Europe pour un

pensionnaire d’André Fabre ! Il était monté par Jerry Bailey, qui ne comprenait

pas un mot de français :

« Je n’avais rien compris des

instructions qu’on m’avait donné et je n’avais aucune idée de la façon dont on

prononçait le nom du cheval », avait-il déclaré.

En France, Arcangues a couru

treize fois pour quatre victoires, la plus retentissante étant enregistrée dans

le Prix d’Ispahan (Gr1).

Arcangues était programmé

pour entrer au Haras du Buff en 1994. Mais il a alors été décidé de le garder à

l’entraînement. Il retourna en Californie et fut placé sous la responsabilité

de Richard Mandella. Il courra trois fois et remportera le John Henry Handicap

(Gr3) à Hollywood Park. Après dix-neuf apparitions, il sera retiré de la

compétition avec 1.981.423$ de gains.

En vue de la saison de monte

1995, Arcangues sera acheté par Kazuo Nakamura et placé au Japon. Il donnera

naissance à 264 produits dont 94 ont couru et 23 ont gagné.