Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Compte-rendu actionnaires du galop

Autres informations / 28.03.2009

Compte-rendu actionnaires du galop

Compte rendu de l’Assemblée

Générale du 28 février 2009

 

L’Assemblée Générale des

Actionnaires du Galop s’est tenue le 28 février 2009, à partir de 14 heures, au

siège de l’association, 40 avenue de la Grande Armée, à Paris (XVIIème), en

présence du Bureau de l’association et d’adhérents venus apporter leur soutien

à l’association et leur contribution au débat.

La présidente, Corine Barande

Barbe, ouvre la séance pour remercier chacun de sa présence.

 

I          Présentation du rapport moral et financier par la

présidente

 

Recettes de l’année 2008

Dépenses de l’année 2008 – Bilan Financier

L’année nous laisse un solde

créditeur. Cependant, le nombre des adhérents a un peu diminué en 2008, année post-électorale.

Il est décidé de faire un effort de prospection tout particulier en 2009, aussi

bien pour faire revenir d’anciens membres que pour en faire venir de nouveaux.

Concernant le règlement des cotisations, les adhérents doivent savoir qu’ils ont

la possibilité de faire prélever automatiquement leur cotisation annuelle sur

le compte qu’ils possèdent à France Galop.

Les Actionnaires du Galop

peuvent se prévaloir d’avoir fait avancer de nombreux dossiers importants en

2008. Ainsi, la création d’une P.S.F. à Chantilly va sans doute pouvoir aboutir

grâce à nos efforts. Par ailleurs, la réforme du statut de l’éleveur est en

cours. Pour que l’on connaisse mieux notre action, Michel Perret propose de

mettre à l’étude la mise en place d’une chronique régulière.

 

Le rapport moral et financier

est adopté.

 

II Sujets à débattre

 

1 L’avenir à court terme

L’ouverture des paris en

ligne et la fin des retransmissions télévisées par Canal+ ouvrent deux

chantiers de réflexion auxquels nous devons prendre part.

2 La recherche de nouveaux

propriétaires et la prise en compte des propriétaires existants

Nous demandons toujours (et

toujours en vain pour le moment) un bilan des efforts entrepris par le

département de France Galop qui est concerné. Quel budget a été dépensé ? Avec

quels résultats ? Les statistiques des demandes et abandons de casaques

seraient bienvenues afin de juger des résultats. Ne pourrait-on pas imposer

plus de transparence dans ce domaine ?

3 La mission « Egalité »

confiée à notre Présidente Corine Barande Barbe revient sur les objectifs de

cette

mission : définir les

indicateurs de la santé économique de la filière. Le sujet s’avère explosif !

Par exemple, le pourcentage d’1% des gains versé par les propriétaires de

chevaux vainqueurs entraînés à Chantilly ou à Maisons-Laffitte a fait des

émules : la société de Pau a voulu faire de même…

 

 

1 Les Actionnaires du Galop

persistent à vouloir promouvoir l’esprit Filière, symbole du lien étroit entre

tous les acteurs : propriétaires, éleveurs, entraîneurs, jockeys et turfistes.

Nous regrettons que la politique et les polémiques initiées par des intérêts

particuliers paralysent l’Institution au risque de la mettre en danger face à

un contexte difficile.

2 La réforme du

Juridictionnel se fait attendre Annoncée mais pas encore à l’ordre du Jour,

cette réforme que nous réclamons nous paraît indispensable. La formation et les

critères requis pour devenir Commissaire. L’élection individuelle des

Commissaires au lieu du vote pour une liste, plus de transparence sur les

décisions qui doivent être consultables sur le site de France Galop. Le

chantier est vaste

 

II Questions diverses

 

1 Internationalisation

Quelle attitude adopter face

aux chevaux allemands, belges, espagnols, qui sont entraînés dans leur pays à

moindre coût et viennent remporter de nombreux prix en France ? On peut les

contrôler lorsqu’ils sont engagés, mais cela laisse très peu de temps. Il est

convenu de proposer une règle plus ferme pour une meilleure protection : dès

lors qu’ils courent dans l’hexagone ne serait-ce qu’une fois, il faut les

considérer comme adhérents à notre système et, comme les chevaux entraînés en

France, ils doivent pouvoir être contrôlés à l’entraînement. Passer la

frontière pour courir ne doit pas être un avantage.

2 Le « nouveau » Longchamp

Comment se fait-il qu’après

tant d’années et d’études préalables, on en soit toujours au stade des projets

?

Nous regrettons que les

membres de France Galop n’aient pas l’occasion d’être consultés sur ce dossier.

3 Nous demandons plus de

transparence et d’interactivité :

Certains regrettent de

n’avoir appris l’ouverture d’une syndication d’étalon aux éleveurs qu'après la

fin de celle-ci. Nous nous accordons à penser qu'internet et les medias sont

sous-utilisés en tant que liens constructifs. En dehors de notre site, aucune

information ne filtre sur les travaux des instances.

4 Les contrats d’associations

et de location de chevaux

Les mésaventures d’un

Actionnaires du Galop et l’évocation d’autres contentieux nous incitent à

renouveler notre demande d’un envoi systématique par France Galop du contrat

tel qu’il est enregistré à chacun des signataires, afin que ceux-ci puissent

vérifier que le contrat n’a pas été modifié et correspond à l’accord pris entre

les partenaires.

 

La séance est levée aux environs

de 16 heures 30, car il est temps de trinquer autour d’une coupe de champagne

offerte par notre Présidente !

 

PARIS, le 28 février 2009.

Le Bureau des Actionnaires du

Galop.