Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Don mirande, la nouvelle star d’isabelle pacault

Autres informations / 23.03.2009

Don mirande, la nouvelle star d’isabelle pacault

PRIX TROYTOWN

Dimanche 22 mars 2009,

Auteuil. « Il est extraordi naire, un peu caractériel, mais extraordinaire. » Isabelle

Pacault est admirative après l’arrivée du Prix Troytown (Gr3) qu’elle vient de

remporter pour la première fois avec son pensionnaire Don Mirande (Turgeon).

Ses yeux clignent rapidement, ils sont humides. Après avoir vécu tant de belles

émotions avec son chouchou Lord Carmont (Goldneyev), la voilà de nouveau aux

anges avec un autre cheval « Made in Mirande ».

Son protégé a été

particulièrement séduisant ce dimanche. Dans le deuxième tournant, il a relayé

Isnos (Limnos) et, sautant bien, il a dominé Polar Rochelais (Le Balafré) très

sûrement sur le plat, l’emportant de deux longueurs. Avec son grand abattage,

il a été grandement avantagé par le tracé des 4.400 mètres avec piste inté rieure

et piste extérieure au pro gramme. Il avait d’ailleurs pris la

 

troisième place du Prix

Georges Courtois (Gr2) en 2007 sur le parcours. « Longue vie à lui ! Il fait

525 kilos et mesure 1,80m. Et à chacune de ses courses, à 3ans comme à 4ans, il

perdait 20 kilos, poursuit Isabelle Pacault. Il a réellement gagné en maturité.

Il s’était écœuré à force de courir devant, mais cette fois-ci, il n’y avait

pas le choix puisque personne ne voulait vraiment prendre la tête. Du coup,

nous avons réessayé et cela a marché. »

Pour le moment, le programme

de Don Mirande n’est pas établi, mais il a gagné sa place dans le prochain

Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). D’autant que Lord Carmont ne devrait pas

être de la partie dans la grande épreuve de la fin mai comme nous l’avait

déclaré Isabelle Pacault (voir JDG du 09/03). « Je l’ai couru si rapproché que

je n’en ai pas dormi [quatre jours d’intervalle, ndlr] ! Lui, en revanche,

allait très bien. J’ai tenté le coup car c’est un cheval qui n’en fait jamais

trop le matin. Je ne sais pas encore ce que nous allons faire, s’il va recourir

la prochaine étape [Prix Murat, Gr2, le 7/04]…. Je vais décider avec lui. C’est

un cheval "100% maison" et le plaisir est décuplé. Je vais aller voir

ses petits-frères et petites-sœurs demain au haras. »

 

Un pedigree des plus

séduisants

Après s’être montré très

régulier sur le steeple-chase dans sa carrière (deux victoires et six places en

onze sorties), Don Mirande a été récompensé ce dimanche par un succès de

prestige, son premier dans un Groupe. Son origine le prédisposait à briller en

obstacle. En effet, il est le fils de la très bonne Dona Carmen (Dom Pasquini),

sept fois lau réate à bon niveau sur le plateau de Soisy. Il est de plus le

neveu de Royal Auclair (Garde Royale), quatorze fois placé de Groupe dans les

îles britanniques.

 

Polar Rochelais, un métronome

 

Troisième du Prix Robert de

Clermont-Tonnerre (Gr3), Polar Rochelais (Le Balafré) s’est de nouveau

admirablement défendu, prenant un prometteur premier accessit, après avoir mené

la chasse derrière les deux animateurs. Il a nettement précédé Isnos (Limnos)

qui passait un test ce dimanche, face à l’élite, après avoir enlevé deux prix

de série. « Il a super bien sauté et a d’ail leurs bien couru, nous a déclaré

son entraîneur Jehan Bertran de Balanda. Mais il n’est pas encore assez endurci

pour battre ces chevaux-là. De plus, il réalise ses meilleures performances

dans le terrain lourd [terrain mesuré à 3,9].» Les tâches vont donc se

compliquer à l’avenir pour Isnos, d’autant que l’opposition sera plus relevée

dans les prochaines étapes vers le Grand Steeple et le terrain devrait être –

si le temps reste conforme aux saisons – de moins en moins pro-

fond. Objectif Spécial

(Ungaro) a bien couru, prenant la quatrième place devant Royal Palois (Lute

Antique). Le propriétaire de ce dernier, Philippe Lorain, nous a déclaré : « Il

a sauté tellement bien le rail-ditch qu’il s’est retrouvé un peu trop tôt dans

le groupe de tête. Ce qui lui coûte un peu, je pense. »

 

 

Jean d’Angely satisfait son

entraîneur

Frédéric Danloux avait

prévenu, Jean d’Angely (Pelder), gagnant du Prix Morgex (Gr3) en 2007, ne fera

que les cinq cents derniers mètres. Il a donc été logique de le voir patien ter

en dernière position, fidèle à sa tactique de prédilection. Sautant

parfaitement la rivière des tribunes et le rail-ditch, il a refait un peu de

terrain sur le plat, mais sans convaincre réellement. Pourtant, son mentor se

montre satisfait : « Je suis content car il est bien rentré. Il découvre son

métier petit à petit. Il a bien couru pour sa rentrée et Fabien Dehez avait les

ordres de ne doubler personne avant la double barrière. De plus, ils n’ont pas

été très vite et la course s’est jouée sur un déboulé. Les bons chevaux ne

peuvent pas tout gagner.

 

 

Logiquement, il devrait aller

sur le Prix Murat (Gr2) dans seize jours. » Si effectivement, il saute bien,

Jean d’Angely devra montrer un peu plus de tranchant s’il veut jouer les

premiers rôles dans la grande épreuve de la fin mai.

L’état des lieux

Après ce Prix Troytown (Gr3),

deuxième étape préparatoire vers le Grand Steeple, la situation en vue du

sommet de l’obstacle français ne s’est pas réellement éclaircie. De fait,

beaucoup de concurrents de haut niveau étaient absents ce dimanche, comme

Princesse d’Anjou (Nononito), MidDancer (Midyan), Cyrlight (Saint Cyrien) ou

Remember Rose (Insatiable). Dès lors, il faut prendre avec précaution et

parcimonie les résultats de ces deux premières courses préparatoires.