Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Forpadydeplasterer, un courage qui en dit long

Autres informations / 11.03.2009

Forpadydeplasterer, un courage qui en dit long

IRISH INDEPENDENT ARKLE

CHALLENGE TROPHY (GR1)

Quelques secondes après le

départ de l’Arkle Challenge Trophy Chase (Gr1), Tatenen (Lost World), le « FR »

et favori de la course, se prend les pieds dans le tapis et pique du nez à la

réception d’un obstacle. La chute est inévitable. La foule se soulève. Mais la

course se poursuit et bientôt tous les regards se dirigent sur la suite de

l’épreuve. D’autres champions sont en piste. Forpadydeplasterer   (Moscow Society) évolue juste derrière les

chevaux          de        tête      tandis  que Kalahari King (Kahyasi) est à l’ar- rière

du peloton. Dans les derniers mètres, Kalahari King refait énormément   de  

terrain   pour venir échouer de

peu, d’un nez, derrière l’irlandais Forpadydeplasterer, porté aux nues, en

rouge et blanc. Le cercle des vainqueurs est coloré de dizaines d’écharpes

assorties à la casaque rouge et blanche du syndicat pro- priétaire du cheval,

le Goat Racing Syndicat. Fiers comme des supporters de football qui viendraient

de remporter la victoire par trois buts à zéro, les membres du team don- nent

de la voix. Le rond de présentation prend des allures de stade de football. «

L’Arkle a toujours été dans les plans du cheval, a déclaré l’entraîneur, Tom

Cooper. Barry Geraghty [le jockey, ndlr] est vraiment l’homme du moment à

Cheltenham. C’est un génie, un homme des grands jours. Il s’agit de mon

deuxième Gr1 à Cheltenham [Weatherbys Bumper, avec Total Enjoyment, fut le pre-

mier], donc je me rattrape ! Le cheval a fait preuve de beaucoup de courage. Il

n’a pas eu le planning qu’il aurait dû avoir. Il a manqué environ douze jours

de travail avant l’Arkle. Je pense que nous pourrions désormais aller à

Punchestown. »

 

Kalahari the King battu d’un

rien

Au bout d’une superbe fin de

course, Kalahari King, élevé par Henri Malard, n’a échoué que d’une tête. «

C’était quoi, deux centimètres ? » a questionné Ferdy Murphy, entraî- neur de

Kalahari King… Revenu en trombe, il est vrai que le cheval a échoué d’un rien.

Une foulée après le poteau, il avait gagné… « Graham [Lee, le jockey] m’a

confié qu’il avait sauté fantastiquement bien. Il a refait beaucoup de terrain,

et nous n’aurions pas pu lui en demander plus… C’est un bon cheval qui

travaille très bien. »