Le point sur les « multiplex »…

Autres informations / 12.03.2009

Le point sur les « multiplex »…

Cette crainte venait sans

doute de la centralisation du traitement de l’information à Colombes, qui est

la grande nouveauté apportée par le Multiplex ?

 

J.L. – Là encore, le plateau

central nous rapproche du terrain. Le chef d’édition, lui aussi situé à

Colombes, a à sa disposition toutes les informations et toutes les images de

toutes les réunions. Avec les animateurs, il peut ainsi passer très vite d’une

réunion à l’autre en fonction de l’actualité. Cela donne une capacité de

réaction supplémentaire. Sans cela, les deux ou les trois hippodromes seraient

« coupés » les uns des autres.

E.B. – Cette réactivité est

toujours utile… et parfois même capitale ! Je vais prendre un cas de figure qui

s’est déroulé lors de notre premier samedi en Multiplex. Ce jour-là, il y a eu deux

enquêtes au trot en réunion 2 et en réunion 3.

J.L. – Le mur d’interview,

inspiré de ce que l’on voit dans d’autres sports, est une sorte de « plateau »

panoramique et dynamique. C’est aussi une façon de montrer que l’on est dans la

même émission, puisque chaque hippodrome adopte ce système. Seuls le logo de la

société de course, accolé sur le mur, change.

A quand les premières courses

internationales dans le Multiplex ?

E.B. – Nous allons commencer

avec Dubaï le 28 mars. L’international va occuper une place importante dans le

Multiplex : lors des trente-neuf prochaines émissions, vingt-quatre

accueilleront une réunion internationale.

Doit-on attendre des

évolutions dans le Multiplex ?

J.L. – Nous n’avons pas fait

de pilotes car ce genre d’émissions s’apprend en les faisant. Donc, chaque

lundi, nous organisons une séance de debriefing avec tous les acteurs de

l’émission.

E.B. – Ce projet est un test.

Nous l’expérimentons jusqu’à l’été. Puis nous irons recueillir l’avis des

professionnels et des parieurs lors d’une étude approfondie courant juillet.

Puis nous aurons les éléments pour retravailler avec les sociétés-mères à

l’automne.

Et le dimanche ?

 

E.B. – Nous avons déjà testé

le principe d’un plateau central le dimanche à deux reprises, non pas à

Colombes mais sur l’hippodrome accueillant la réunion 1. Nous avons constaté

que cela permettait de mieux traiter les réunions

2. Ce test dominical va se

poursuivre sur une dizaine de dates.