Test concluant sur l’hippodrome de moulins

Autres informations / 26.03.2009

Test concluant sur l’hippodrome de moulins

Mardi 24 mars, les nouvelles

installations de l’hippodrome de Moulins (Allier) ont été présentées à la

presse. Des installations qui ont été repensées, modifiées voire améliorées.

Tout cela pour un coût de 4 millions d’euros.

 

En 2003, Roger Winkel, Président

de la Société, décide d’améliorer son hippodrome. En 2004, la Socotec renchérit

en jugeant les tribunes dangereuses. Le projet du nouvel hippodrome voit alors

le jour. Les tribunes en bois sont remplacées par un bâtiment de 1.000 places

assises avec un restaurant panoramique pouvant accueillir 90 personnes. Le rond

de présentation tourne, pour sa part, autour des balances. Ainsi, l’hippodrome

de Moulins est l’un des rares en province à proposer la pesée des jockeys

devant le public.

Après vingt-trois mois de

travaux (d’avril 2007 à mars 2009), l’hippodrome est devenu plus compact et

fonctionnel tout en rentrant dans les normes pour accueillir des réunions PMU

au galop. La qualité de ses pistes et notamment de ses parcours d’obstacles

devrait être remarquée dès ce dimanche où est prévu une réunion composée de

trois courses plates et quatre d’obstacles. Ce sera l’occasion d’un test

grandeur nature, avant la première réunion PMU, le 3 avril.

 

Un test en condition réelle

Il est un peu plus de 11h du

matin lorsque débutent les "essais" comme l’on dirait dans le monde

de la Formule 1. Sous l’œil d’une presse essentiellement régionale et novice,

deux simulations de courses vont avoir lieu. Dans la première, trois chevaux

des écuries Auchère, Chenu et Vagne effectuent un tour sur la piste de haies.

Sans problème. Sitôt le poteau passé, les chevaux reviennent dans le rond, les

cavaliers se pèsent et les commissaires visionnent à nouveau l’épreuve fictive.

Vingt-cinq minutes plus tard, la deuxième simulation a lieu. Deux chevaux

parcourent cette fois la piste en huit (récemment créée) puis franchissent les

obstacles du steeple-chase, sans souci. Roger Winkel est rassuré : « Le test

s’est très bien passé. Ma hantise concernait les obstacles, mais il n’y eu

aucune remarque négative. »