Yves de nicolaÿ et ses flèches d’argent

Autres informations / 24.03.2009

Yves de nicolaÿ et ses flèches d’argent

Depuis la reprise des courses

en région parisienne et à Deauville, Yves de Nicolaÿ enchaîne les victoires,

comme Alain Prost du temps de McLaren. Ses mécaniques sont présentées bien

huilées et ne nécessitent pas un parcours de rodage. On a pu en avoir la démonstration

une nouvelle fois à Saint-Cloud, où il a enlevé les deux “Grand Prix”, Le Prix

La Camargo (L) avec Soneva (Cherokee Run) et le Prix Omnium II (L) avec Silver

Frost (Verglas). Ayant déjà montré de la classe à 2ans, ces deux bolides n’ont

pas eu à griller trop de carburant pour s’imposer, dans ce qui n’était que des

tours de chauffe. En effet, le statut de ces Listeds permet à des gagnants de

Groupes de ne pas rendre de poids et donc de se remettre en route gentiment

avant les grandes échéances. Mais, comme nous l’avait un jour dit Yves de

Nicolaÿ : « ce qui fait parfois la différence, c’est le degré de préparation

des chevaux. » Le secret est souvent là, mais avec des éléments de classe comme

Soneva et surtout Silver Frost, c’est aussi, et en grande partie, le nombre de

chevaux dans le moteur qui joue. Et les deux flèches d’argent d’Yves de Nicolaÿ

ont montré ce lundi qu’elles n’avaient rien perdu lors de l’important passage

entre 2ans et 3ans.