Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ahmad ajtebi : « cheikh mohammed m’a dit que je ferais mieux de monter des chevaux

Autres informations / 02.04.2009

Ahmad ajtebi : « cheikh mohammed m’a dit que je ferais mieux de monter des chevaux

»

Ahmad Ajtebi, qui a commencé sa carrière de jockey avec les chameaux, s’est mis en pleine lumière samedi dernier lors de la grande réunion du Dubaï World Cup. Il a remporté le Dubaï Duty Free (Gr1) avec Gladiatorus (Silic) et le Dubaï Sheema Classic (Gr1) avec Eastern Anthem (Singspiel). Notre maisonmère, le TDN, est allé à sa rencontre et a fait le portrait de cette Rising Star chez les jockeys

Comment êtesvous devenu jockey dans les courses de chameaux ?

J’ai commencé à travailler avec mon père, qui était entraîneur de chameaux, quand j’avais six ans. J’ai continué jusqu’à mes quatorze ans

 

Comment êtesvous arrivé dans les courses de chevaux ?

J’ai rencontré Cheikh Mohammed quand j’avais vingtdeux ans et il m’a dit que je ferais mieux de monter des chevaux. J’ai été envoyé en Irlande où j’ai travaillé chez John Oxx pendant quatre mois. J’ai appris petit à petit. Si vous voulez réussir, c’est possible. J’ai juste essayé de donner le meilleur de moimême. John Sadler, un entraîneur australien, a toujours été avec moi également. Il m’a donné les premières montes de ma vie et aussi mes premières victoires en Australie. À ce jour, j’ai monté dans quatorze ou quinze pays différents.

 

Quelle est la différence entre monter des chameaux et monter des chevaux ?

Dans l’absolu, ils ont tous quatre jambes et la technique est la même, à la base, comme le sont les courses. La différence est la vitesse. Quand vous montez des chameaux, vous avez une position différente et vous ne pouvez les pousser de l’encolure, comme vous le faites avec les chevaux. Autre chose : lorsque vous gagnez une course de chameaux, seuls les gens dans votre pays le savent. Alors qu’avec les chevaux de la soirée du Dubaï World Cup, des millions de gens vous regardent partout dans le monde.

 

Etaitce comme lorsque vous avez remporté les Buckingham Palace Stakes avec Regal Parade durant Royal Ascot ?

Je n’arrive toujours pas à y croire. Il y avait vingthuit chevaux dans la course et le mien était à 50/1. Son jockey n’avait pas voulu le monter, alors j’avais hérité de la monte. Je ne pensais pas gagner, mais je voulais tout de même donner le meilleur de moimême. Je ne m’en rappelle plus maintenant. J’ai oublié aussi la soirée du Dubaï World Cup. Si vous n’oubliez pas, vous ne monterez plus jamais de gagnant. Je suis revenu sur terre et fait comme si je n’avais jamais gagné une course. Depuis que j’ai commencé dans les courses de chameaux, je suis comme cela. Vous devez

regarder vers l’avenir.

 

Précédemment, vous avez dit que vous vous voyez en tant qu'ambassadeur pour les Emirats. Qu’estce que cela signifie de gagner deux courses dans l’un des plus grands meetings du monde ?

Je n’arrive toujours pas à croire ce qui m’arrive. C’est le rêve de tout un chacun de se retrouver dans ma position. Aux Emirats, depuis mes débuts, tout le monde était derrière moi. La meilleure façon pour moi de devenir un ambassadeur pour les Emirats est de continuer à travailler dur. Je veux toujours donner le meilleur de moimême. Si vous travaillez dur, vous aurez des résultats. Les meilleurs résultats sont lorsque les gens parlent de vous et de tout ce que vous faites de bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez commencé à monter pour l’entraîneur Mubarak bin Shafya cette année. Comment avezvous obtenu cette place ? Cela fait longtemps que c’est un amià moi. Quand il était entraîneur de chevaux d’endurance en Angleterre et que j’étais làbas, nous nous parlions tous les jours et il m’a toujours dit de venir regarder ses chevaux dans leurs courses. Quand il a commencé à entraîner des chevaux de courses, il m’a demandé d’être son premier jockey. J’ai dit : "Ok, nous formerons

 

Vous avez commencé à monter pour l’entraîneur Mubarak bin Shafya cette année. Comment avezvous obtenu cette place ? Cela fait longtemps que c’est   un        ami      à          moi. Quand il était entraîneur de chevaux d’endurance en Angleterre et que j’étais làbas, nous nous parlions tous les jours et il m’a toujours dit de venir regarder ses chevaux dans leurs courses. Quand il a commencé à entraîner des chevaux de courses, il m’a demandé

d’être son premier jockey. J’ai dit : "Ok, nous formerons une équipe." Quand j’ai eu ma chance, je ne lui ai jamais demandé pourquoi il m’avait choisi. Quand les gens font appel à vous alors que vous n’êtes qu’un apprenti, c’est un peu spécial.

Maintenant que le Carnival de Dubaï est terminé, où allezvous exercer ?

Mon entraîneur et moi allons prendre une décision. J’aimerai revenir en Angleterre. Je peux y monter avec les meilleurs jockeys et il y a vingt hippodromes différents. Il y a également de très bonnes techniques de monte utilisées làbas et c’est tout ce dont vous avez besoin pour progresser.

 

Quelle course ne se disputant pas dans les Emirats aimeriezvous remporter ?

Il y a une course que j’aimerai vraiment gagner à Dubaï : le Dubaï World Cup ! Tous les jockeys rêvent de gagner de grandes épreuves mondiales, comme le Derby anglais, les Guinées, les Oaks, ou encore le Kentucky Derby. Il n’y a pas de mal à rêver à peu ; cela ne vous coûte rien.

 

Qui vous inspire le plus ?

Cheikh Mohammed, bien sûr. C’est lui qui m’a mis sur les bons rails. Lors de la soirée du Dubaï World Cup, il était heureux, comme si son fils avait gagné. Il est comme un père pour moi.

 

Si vous pouviez avoir un dîner avec une figure historique, qui seraitce et pourquoi ? Je voudrais rencontrer quelqu’un de vivant, qui pourrait m’aider dans le futur. Si vous pensez seulement à des choses qui se sont passées il y a longtemps, vous m’apprendrez jamais rien pour avancer dans le futur.

 

Nourriture ou repas préféré ?

Tout ! J’essai de tout apprécier dans la vie, à chaque minute. Les gens me disent que je suis assez fit, alors je mange normalement.

 

Quel est votre film favori ?

Je n’ai pas encore revu les courses de la soirée du Dubaï World Cup. Je ne regarde pas beaucoup de films. J’aime passer mon temps dans les écuries ou à entretenir ma forme. Je préfère dépenser chaque minute à faire des choses qui m’aideront à l’avenir ou passer du temps avec des gens que j’apprécie.

 

A quel endroit aimeriezvous aller, que vous n'avez jamais une équipe." Quand j’ai eu ma chance, je ne lui ai jamais demandé pourquoi il m’avait choisi. Quand les gens font appel à vous alors que vous n’êtes qu’un apprenti, c’est un peu spécial.

Maintenant que le Carnival de Dubaï est terminé, où allezvous exercer ?

Mon entraîneur et moi allons prendre une décision. J’aimerai revenir en Angleterre. Je peux y monter avec les meilleurs jockeys et il y a vingt hippodromes différents. Il y a également de très bonnes techniques de monte utilisées làbas et c’est tout ce dont vous avez besoin pour progresser.

 

Quelle course ne se disputant pas dans les Emirats aimeriezvous remporter ?

Il y a une course que j’aimerai vraiment gagner à Dubaï : le Dubaï World Cup ! Tous les jockeys rêvent de gagner de grandes épreuves mondiales, comme le Derby anglais, les Guinées, les Oaks, ou encore le Kentucky Derby. Il n’y a pas de mal à rêver à peu ; cela ne vous coûte rien.

 

Qui vous inspire le plus ?

Cheikh Mohammed, bien sûr. C’est lui qui m’a mis sur les bons rails. Lors de la soirée du Dubaï World Cup, il était heureux, comme si son fils avait gagné. Il est comme un père pour moi.

 

Si vous pouviez avoir un dîner avec une figure historique, qui seraitce et pourquoi ? Je voudrais rencontrer quelqu’un de vivant, qui pourrait m’aider dans le futur. Si vous pensez seulement à des choses qui se sont passées il y a longtemps, vous m’apprendrez jamais rien pour avancer dans le futur.

 

Nourriture ou repas préféré ?

Tout ! J’essai de tout apprécier dans la vie, à chaque minute. Les gens me disent que je suis assez fit, alors je mange normalement.

 

Je suis déjà allé dans trentecinq pays. Mais si j’ai des vacances prochainement, j’aimerais aller aux Maldives durant une semaine pour me reposer sur la plage et tout oublier. Je n’aime pas les grandes villes, le shopping et tout ce qui s’en rapproche.

 

Que ferezvous, une fois que vous ne serez plus dans les courses de chevaux ?

Je ne sais pas, parce que les chevaux ont changé ma vie. Quand vous gagnez, vous oubliez tout le reste et votre vie change. Vous ne voyez plus vos amis, parce que lorsque vous vous levez tôt le matin, ils sont encore en train de dormir. Et quand vous dormez, ils sont debout. Quand vous faites tout pour votre pays, vous ne faites rien pour vousmême, mais pour les gens autour de vous. Donc les courses sont ce que je suis.

 

A part les courses, quel est votre sport favori ? Rien sans vitesse. J’aime la vitesse. Je suis né avec les courses et je ne peux changer. Donc, rien à part les courses