Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Christophe donner ouvre un blog sur lemonde.fr

Autres informations / 07.04.2009

Christophe donner ouvre un blog sur lemonde.fr

 

 

JDG. — Vous êtes écrivain, sportsman,

le milieu des courses vous connaît surtout pour avoir été le fondateur de la revue

Of Course et pour vos chroniques dans France-Soir, vous avez aussi écrit des romans

sur le milieu des courses. Pourquoi ouvrir un blog ?

Christophe Donner. — C’est un

mode d’expression nouveau qui me passionne : comme un journal intime instantanément

public. Peut-être un pont entre mes deux activités, celle d’écrivain et celle de

journaliste.

 

Mais pourquoi un blog hippique

?

Je souffre depuis longtemps de

voir à quel point la presse hippique est à la fois hyper compétente, techniquement,

sur le plan informatif, mais totalement atrophiée sur le plan créatif. Le monde

des courses est ainsi fait que ses organes de presse ressemblent tous plus ou moins

à La Pravda. La peur, sans doute, le conformisme et souvent des liens d’intérêts

qui dépassent la volonté des propres acteurs de ce système. Ils en sont les premiers

à le déplorer. Résultat : aucune parole libre n’y est possible, et en face de ça,

à cause ça, se développe un discours clandestin tout aussi désastreux, celui des

râleurs, des paranoïaques pour lesquels tous sont pourris.

 

Aujourd’hui enfin, les courses

entrent au "Monde".

C’est par la petite porte du blog,

mais j’espère que des gens vont s’y engouffrer.

 

Vous croyez pouvoir changer ça

?

Quand je lis les chroniques hippiques

des premières années, disons entre 1860 à 1940, je suis ébahi par la qualité d’écriture,

la liberté de ton, l’intelligence, cela révèle la place que ces journalistes occupaient

dans ce monde qui ne s’appelait pas encore celui des médias. Je ne prétends pas

retrouver ça. Rien n’est plus pareil, mais le désir d’une expression libre, au sens

de personnelle, unique, partiale, originale, ce désir-là est intact. Du moins je

le ressens pour moi qui adore les courses, adore en parler, et écrire dessus.

 

Le Net est un terrain de liberté

ou d’anarchie ?

De créativité, j’espère. Je crois

que l’ouverture des paris en ligne représente une chance formidable pour la presse

hippique. La concurrence des opérateurs va forcément engendrer une concurrence des

médias, et donc une hausse qualitative de ceux-ci. Ils vont avoir besoin d’offrir

plus à leurs lecteurs et aux opérateurs qui sont aussi des annonceurs. Or, les belles

images, les bons textes, la réflexion, le débat, l’ouverture sur les autres sports,

les autres passions, tout ça c’est un plus pour un journal, même hippique, même

électronique.

 

Quelle est votre ambition avec

ce blog ?

D’abord, faire connaître les courses

aux lecteurs du Monde. Mais par un biais qui n’est ni pédagogique, ni publicitaire.

Plutôt culturel, si j’ose, ludique, voire humoristique. L’humour est absent des

courses, vous l’avez remarqué. Plus grave : les courses ont totalement disparu du

paysage intellectuel français. Elles ont disparu du Figaro, du Monde, de Libération,

sans parler des grands magazines. Même le Journal du Dimanche a réduit ses pages.

Il ne restera bientôt plus que des pronostics dans Le Parisien. Et personne ne réagit.

Pourtant, les sociétés de courses investissent massivement dans la communication,

c’est très bien, mais elles le font de manière ponctuelle et auprès du grand public.

Pour les autres, les "intellos", rien. Les branchés sont totalement débranchés

des courses. Est-ce que les courses peuvent vivre ainsi, coupées des mondes de la

culture, de la politique, des arts, de la mode, du luxe, du showbiz, du sport ?

 

Elles l’ont fait jusqu’à présent

de manière satisfaisante.

Les difficultés rencontrées à

Bruxelles ces derniers mois sont à mon avis la conséquence directe de ce déficit

d’image des courses dans ces mondes-là. Combien de rédacteurs en chef de magazines,

qui ont entre 30 et 50 ans, connaissent aujourd’hui les courses ? Chaque fois que

j’en rencontre un, je suis obligé de tout expliquer. Je le fais avec plaisir, parce

que j’adore les courses, mais je suis une goutte d’eau. Peut-être un peu plus. Une

interface. Aujourd’hui, et après une longue et rude bataille auprès des gens qui

publient mes articles depuis des années, aujourd’hui enfin, les courses entrent

au "Monde". C’est par la petite porte du blog, mais j’espère que des gens

vont s’y engouffrer.

HTTP://CHEVAL.BLOG.LEMONDE.FR/