Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Cyrlight retrouve le steeple avec prudence

Autres informations / 01.04.2009

Cyrlight retrouve le steeple avec prudence

AUTEUIL, Mardi 31 mars

 « Cyrlight avait besoin de reprendre ses

marques. » Les mots d’Hervé Barjot traduisent parfaitement l’impression

visuelle laissée en course par le pensionnaire d’Arnaud Chaillé-Chaillé, vainqueur

du Prix de Saumur pour son retour sur les gros obstacles d’Auteuil, qu’il

n’avait plus passés depuis sa cinquième place dans le Prix La Haye Jousselin

(Gr1), en 2006. Très prudent dans ses sauts, Cyrlight (Saint-Cyrien) a été

parfois quelque peu hésitant, ajoutant par exemple une foulée avant la rivière

des tribunes, ce qui donna l’impression qu'il allait piler devant l’obstacle.

Suite à cette légère hésitation, son jockey, Jacques Ricou, a fort

judicieusement laissé le

cheval poursuivre, sans chercher à le bousculer. Malgré ces petites bévues,

Cyrlight a attendu les attaques dans le tournant final, avant de se détacher

irrésistiblement pour l’emporter de huit longueurs, avec aisance, s’offrant une

dix-neuvième victoire en vingt-quatre sorties. Le manager de Pegasus Farms Ltd,

Hervé Barjot nous a déclaré : « Le cheval est devenu prudent dans tout ce qu’il

fait. Devant la rivière des tribunes, il a voulu partir de loin mais s’est

repris de lui-même. Cela fait longtemps qu’il n’avait pas vu le steeple-chase

d’Auteuil et il est donc normal qu’il ait eu quelques hésitations. Il redevient

progressivement lui-même. Il devrait aller sur le Prix William Head [L,

steeple-chase, 4.700m, 25/04] et peutêtre sur le Grand Steeple-Chase de Paris

(Gr1) ensuite, suivant sa condition. »

Si la rentrée victorieuse de

Cyrlight dans le Prix Jean Doumen avait séduit, son come-back sur le steeple

nous a laissé un peu sur notre faim. Mais l’on devrait revoir Cyrlight plus

adroit sur les gros obstacles, après cette sortie de mardi devant avoir eu un

effet bénéfique sur ses sauts. D’autant que, comme tous les grands champions,

même quand il ne saute pas parfaitement et qu’il n’est pas à 100%, il est

capable d’exploit.

Bayokos, le dauphin du

champion

Bon cheval de gros handicaps,

Bayokos (Nikos) est un adepte des longs parcours sur le steeple mais également

des terrains souples.

Or, le terrain n’était pas

réellement à 4 au pénétromètre, comme annoncé avant la réunion. Il avait, en

effet, beaucoup séché. Malgré cela, le pensionnaire de Frédéric Danloux a

patienté dans la seconde moitié du peloton, refaisant du terrain pour prendre

une bonne deuxième place devant Anik de Maspie (Panoramic) toujours vu aux

avant-postes et Olifan de Sarti (Le Balafré).

Comportement honorable de

Sleeping Jack Vainqueur du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) en 2005 sous la

férule de Jacques Ortet, Sleeping Jack (Sleeping Car) a montré un meilleur visage

que lors de sa première sortie pour son nouvel entraîneur, François-Marie

Cottin. De fait, il avait fini dernier à Enghien.

Rapproché progressivement, il

était encore sur la ligne des animateurs entre les deux derniers obstacles mais

a plafonné sur le plat, devant se contenter de la cinquième place. En

retrouvant Auteuil et le bon terrain, Sleeping Jack a semblé plus à l’aise.