La nouvelle stature de vision d’état

Autres informations / 26.04.2009

La nouvelle stature de vision d’état

Prix Ganay

Seul contre tous. Malgré tous

les pièges qu’ont tenté ses sept concurrents contre lui (Court Canibal était

non-partant), Vision d’Etat (Chichicastenango) s’est montré le plus fort dans

le Prix Ganay (Gr1), premier Groupe 1 européen de la saison. La

"boîte" est pourtant restée longtemps fermée dans la ligne droite.

Mais Vision d’Etat a su utiliser sa force, mentale d’abord, pour ne pas céder à

la pression, et physique ensuite pour forcer le "cadenas" et

s’extirper du peloton. Le vainqueur du Jockey Club 2008 est meilleur encore que

l’an dernier, c’est l’enseignement de ce Prix Ganay et, désormais, il est prêt

à sortir de nos frontières pour aller défier les anglais sur leur terrain, à

Royal Ascot. Sur ce que l’on a vu à l’heure actuelle, Vision d’Etat paraît de

taille à endosser le rôle de meilleur cheval d’âge d’Europe.

 

Des "Vision Royal"

Vision d’Etat a évolué.

Physiquement, il a « pris de la force et du poids. C’est rigolo, il a pris

également beaucoup de vitesse », commente Eric Libaud. Mentalement, il tire

moins dans ses parcours et se montre plus maniable. Cette évolution a incité

son entourage à l’inscrire dans les Princes of Wales Stakes (Gr1 – 17/06), sans

en faire un passage absolu de sa "feuille de route". « Les Prince of

Wales Stakes, dans lesquels il est engagé, sont une possibilité, parmi d’autres

». Les deux derniers lauréats du Prix Ganay, Duke of Marmalade (Danehill) et

Dylan Thomas (Danehill), étaient passés par les "Prince of Wales",

mais en transitant auparavant par le Tattersalls Gold Cup (Gr1). Cependant, peu

importe les futurs chemins que prendra Vision d’Etat, son objectif, à terme,

reste le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Son propriétaire, Jacques

Détré, le confirmait après la course. « C’est une course qui est sur la feuille

de route du cheval. Mais l’objectif est "l’Arc de Triomphe". Nous

verrons si sa route passe par Ascot. » Comme on nous apprend à l’auto-école, voir

loin, c’est voir bien et l’entourage de Vision d’Etat voit loin…

 

Des casaques lorgnent sur

Vision d’Etat

On imagine que tout au long

de l’année 2008, l’entourage de Vision d’Etat a été maintes fois contacté et

sollicité pour céder son compétiteur. Et ensuite, pendant le mercato hivernal.

Pourtant aucun "transfert" n’a été enregistré.

« Nous avions la volonté de

le garder et aujourd’hui, nous sommes récompensés, a déclaré Jacques Détré. Il

faut être fou pour refuser certaines propositions d’achat, mais Eric pense que

Vision d’Etat peut gagner l’Arc un jour. Nous l’avons gardé et nous sommes

heureux ainsi, car on n’a qu’une vie et il faut la vivre. »

 

Vu des jumelles, c’était

tactique

Les observateurs ont pu être

très surpris de la tactique des irlandais dans ce Prix Ganay (voir commentaire

de l’épreuve). Au fil des hectomètres, Vision d’Etat s’est retrouvé piégé,

alors que Thewayyouare (Kingmambo) avait la position stratégique, la tête et la

corde. Comme le disait Eric Libaud après la course : « Le déroulement de la

course n’a pas été très favorable. Ils étaient tous en train de se regarder. »

C’est vrai. On a assisté à une course très bizarre et ceux, comme Tajaaweed

(Dynaformer), qui ont voulu dynamiser l’épreuve, ont été contraints de rentrer

dans le rang. Finalement, Vision d’Etat a été plus fort que les tentatives

tactiques de ses adversaires, puisqu’il l’a emporté.

 

Loup Breton, l’impression

visuelle de la course Comme on a pu le constater tout au long de la journée,

aller devant était la tactique souvent gagnante du jour. Normal, avec une lice

à zéro et un terrain mesuré à 3. Dès lors, la performance de Loup Breton

(Anabaa), qui se classe deuxième, est à mettre en avant. Non seulement il

préfère les pistes assouplies, mais, comme le disait Elie Lellouche, son entraîneur

: « C’est le seul de la journée, à ce stade, à être revenu de l’arrière. Nous

sommes très contents de lui et nous allons envisager le Prix d’Ispahan (Gr1),

mais il n’ira pas à Ascot. »

 

Adlerflug a voulu voir

Longchamp…

… mais sans doute l’aurait-il

préféré sous la pluie ! Les allemands ont une réputation qui leur colle à la

peau : ce sont des chevaux de terrain lourd. Pour Adlerflug (In the

Wings), elle n’est pas

usurpée, car, lorsqu’il avait gagné le Derby Allemand (Gr1), en 2007, les

pluies tombées sur Hanovre avaient été si fortes qu’en enfonçant la main sur le

gazon de l’hippodrome, on rentrait sans effort tout le coude ! Lui non plus

n’avait donc pas son terrain dans ce Prix Ganay, comme le rappelait son

entraîneur, Jens Hirschberger : « Il fait une très bonne course mais aurait

préféré un terrain plus souple ». Ce qui rehausse sa performance.

 

 

Du côté des battus…

Quatrième, Thewayyouare a

réalisé une performance « pas mauvaise » d’après son jockey, Johnny Murtagh.

Certes, ce n’est pas mal, puisqu’il s’est bien battu. Mais on peut penser qu’il

conserve son classement grâce à sa bonne place durant le parcours et qu’il

n’est pas encore revenu au niveau qui était le sien à 2ans.

Des incertitudes planaient

sur la candidature de The Bogberry (Hawk Wing) en début de journée. La cause en

était bien sûr le terrain, trop léger pour lui. Finalement, il s’est classé

cinquième, ce qui est une bonne performance, vu les conditions que l’on sait.

Alain de Royer Dupré, son entraîneur, nous disait : « Il aurait préféré un

terrain plus souple et une distance plus longue mais cela n’aurait pas changé

de beaucoup le résultat. »

Quant à Cima de Triomphe

(Galileo), il a été monté à l’arrière-garde et n’a pu revenir sur les premiers.

Il s’est finalement classé sixième, courant ni bien, ni mal, ce qui faisait

dire à son entourage : « Cela a été une fausse course. Il n’y pas eu assez de

rythme pour lui. »

Les autres partants dans leur

ordre d’arrivée : Cima de Triomphe (Galileo), Red Rock Canyon (Rock of

Gibraltar), Tajaaweed (Dynaformer). Non partant : Court Canibal (Montjeu).

Profitant de son numéro 1

dans les stalles, Thewayyouare se place rapidement en tête. Son compagnon

d’entraînement, Red Rock Canyon vient se placer à son extérieur, tout en se

montrant un peu délicat. Derrière les irlandais, Vision d’Etat se retrouve

bloqué à la corde, avec Tajaaweed à son extérieur et Adlerflug derrière lui. A

l’arrière, Loup Breton et Cima de Triomphe ferment la marche. Avant d’aborder

le tournant, Tajaaweed tente de venir se placer en tête, mais Red Rock Canyon

se déporte sur la gauche, penchant légèrement sur lui, ce qui l'empêche de

progresser. Pas têtu, ce dernier se replace dans le sillage de Red Rock Canyon,

un peu le nez au vent. Pour pénétrer dans la ligne droite, Vision d'Etat est

"dans la boîte" mais, usant de son physique de déménageur, il

"décale" Red Rock Canyon, alors sur ses fins, et se créé le passage.

Il attaque alors Thewayyouare et lui prend facilement le commandement.

Courageusement, il va tenir tête à tous ses rivaux pour remporter le deuxième

Gr1 de sa carrière. Terminant fort après avoir patienté, Loup Breton se faufile

dans le peloton et vient se classer deuxième. Après avoir dû patienter et

changer de ligne, Adlerflug prend une assez étonnante troisième place, lui qui

n’avait pas son terrain. Thewayyouare conserve la quatrième place devant The

Bogberry et Cima de Triomphe, qui a dû venir en dehors dans la ligne droite.