Le difficile chemin vers l’élysée

Autres informations / 18.04.2009

Le difficile chemin vers l’élysée

PRIX DU PRÉSIDENT DE LA

RÉPUBLIQUE

De toutes les épreuves

difficiles d’Auteuil, le Prix du Président de la République (Gr3) mériterait sa

place dans le top 5. Il est difficile pour les chevaux, car le peloton est

touffu et il faut se sortir des nombreux pièges (bousculades, chutes devant ses

sabots, …). Difficile par son parcours, car 4.700m avec le rail-dicht and fence

pour finir n’a rien d’une partie de plaisir. Difficile à préparer, car disputé

sur la formule handicap, ce Gr3 oblige à ne pas trop se montrer durant la

campagne électorale. Difficile pour les parieurs, pour qui l’énigme du quinté

est quasiment impossible à résoudre. Difficile enfin pour son lauréat, qui,

suite à l’allocation de 101.250€ qu’il empoche, se voit obligé de monter de

plusieurs étages d’un coup et d’aller affronter les meilleurs. Voilà pourquoi

notre "Grand National" déchaine les foules. Comme dans toute

élection, il sont nombreux au départ, mais un seul restera dans l’Histoire. Et

des histoires, le Prix du Président en a écrit beaucoup.

 

 

Le dernier débat, le Prix

Lutteur III a vu la victoire du Gallorini Royal Nemzeti (Cadoudal). Le doublé

Lutteur III – Prix du Président n’est pas chose aisée (pas réussi depuis 1989),

la pénalisation au poids étant importante. Et Royal Nemzeti a été remonté de

4,5 kilos sur l’échelle des poids.

Sixième dans la course

référence, En La Cruz (Robin des Champs) se trouve par

conséquent bien placée pour

le dernier tour. Jument de grande qualité à l’âge de 3ans, elle avait terminé à

la troisième place du Prix Congress (Gr2), finissant à une longueur du champion

Remember Rose (Insatiable).

Après un passage infructueux en Grande-Bretagne, cette sœur utérine de Voy Por

Ustedes (Villez) est revenue en France l’automne dernier, réalisant un beau

second semestre, mais sans connaître les joies d’un succès. Placée pour sa

rentrée en haies, la pensionnaire de Marcel Rolland vient de laisser une belle

impression, fournissant une plaisante fin de course après avoir perdu du

terrain lors d’une faute au gros open-ditch. Elle aura l’avantage par rapport à

bon nombre de ses adversaires d’avoir emprunté la piste extérieure l’année

passée, mais depuis 1976, aucune femelle n’a été élue "Présidente".

 

 

Palypso de Creek (Brier

Creek) n’est autre que le tenant du titre de cette épreuve. En 2008, le

pensionnaire de Jehan Bertrand de Balanda l’emportait en valeur 63.5, alors

qu’il était seulement âgé de 5ans. Cette année, le cheval appartement à Michel

Denisot est en 69 de valeur et devra porter le top-weight de l’épreuve. Il

tente un doublé qui n’a jamais été réalisé ces soixante dernières années.

Royal Palois (Lute Antique)

possède la particularité d’avoir une valeur en steeple très supérieure à sa

valeur en haies. Et cette valeur reflète bien sa réelle qualité. Il reste sur

une performance en demi-teinte dans un handicap disputé sur les haies, mais il

ne faut surtout pas le condamner. Sur une pointe, il est capable de coiffer

tout le monde. Il est présenté par François-Marie Cottin, qui a déjà deux fois

gagné le Président.

Vainqueur du Prix Violon II

en fin de saison 2008, Smabelle (Villez) aborde cette course avec beaucoup de

fraicheur, ne comptant qu’une seule sortie cette année, qui plus est sur les

balais. Son entourage a fait aussi de cette course un objectif. Seul bémol, elle

est parfois un peu tendue dans les pelotons touffus. Président en 2007,

Norville du Bois (Villez) a connu ensuite des fortunes diverses. Il vient de

gagner un petit steeple en province pour se qualifier et tentera de redorer son

blason.