Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ryanair contamine goffs : une nouvelle vente low-cost en octobre

Autres informations / 29.04.2009

Ryanair contamine goffs : une nouvelle vente low-cost en octobre

Le modèle du low-cost, qui

rencontre une grande expansion dans tous les domaines en Europe, vient

d’atteindre le monde du pur-sang en Irlande par l’intermédiaire de Goffs, qui

annonce pour le 23 octobre 2009 la première vente low-cost de l’univers

hippique.

 

Empruntant toutes les caractéristiques

de ce modèle économique qui a si bien réussi dans le transport aérien, les

dirigeant de Goffs, entreprise irlandaise comme Ryanair, proposent leur

nouvelle formule pour cette vente spécifique : « Dans le but de réduire les

coûts des éleveurs-vendeurs, Goffs ne prendra pas de frais de commission sur

cette vente, mais les vendeurs devront payer un droit fixe de 350€ au moment

même de l’inscription de leur yearling à cette vente, c’est-à-dire avant

l’impression et la parution du catalogue ».

 

Il s’agit du même modèle que

celui qui a envahi le monde du transport aérien où l’on paie son billet à

l’émission. Pas de paiement, pas de billet devient ainsi no fee, no sale !

Donc, 350€ à l’inscription et plus aucun autre frais pour le vendeur, qui sera

payé de sa vente dès que le règlement de celle-ci parviendra à Goffs.

 

Il faut bien sûr replacer

cette initiative spectaculaire dans le nouveau contexte général présenté par

Henry Beeby, directeur de Goffs : « Nous allons vers une réduction de nos

journées de ventes en 2009, et cette réduction a été bien accueillie par les

éleveurs qui souhaitent, avec nous, promouvoir la qualité plutôt que la

quantité. Cependant, cette politique nécessaire a pour conséquence de délaisser

les sujets moyens de qualité intermédiaire qui risquent de ne pas pouvoir se commercialiser

convenablement. C’est en ce sens que nous proposons donc la nouvelle Open

Yearling Sale du 23 octobre qui prendra la place de l'Industry Yearling Sale

préalablement envisagée. Cette vente ouverte et nouvelle créera un marché

low-cost, doté de services réduits, mais poursuivant le même but qui est de

vendre les yearlings. Ainsi, nous offrirons une option différente et bon marché

pour les éleveurs et les acheteurs »

 

Il est clair que cette

initiative sera largement commentée en Irlande, en Grande Bretagne, et en

France, dans la mesure où le pur-sang se prête difficilement à ce genre de

classification qui préfigure de son avenir hippique, et donc de sa valeur

potentielle. Cependant, la création d’une session à bas prix, tant pour les

vendeurs qui sont étouffés par les frais de production et de commercialisation,

que pour les acheteurs toujours intéressés, a certainement un bel avenir par

les temps de surproduction que traverse l’élevage du pur-sang européen. La

question qui ne manquera pas de se poser sera donc de savoir si Tattersalls et

Arqana seront tentés par ce genre d’expérience inédite qui correspond à la très

difficile réalité irlandaise du moment.