Sonne l’heure de la revanche

Autres informations / 07.04.2009

Sonne l’heure de la revanche

PRIX DE PÉPINVAST

 

Ils seront seulement sept au départ

du Prix de Pépinvast (Gr3), deuxième étape sur la route qui mène les 4ans vers le

Prix Alain du Breil (Gr1). Mais la qualité sera présente au rendez-vous. Le leader

incontesté de la génération, Long Run (Cadoudal) prendra le départ, de même que

ses suivants immédiats du Prix Jacques d’Indy (Gr3) : Blue Bresil (Smadoun), Stravinsky

Dance (Stravinsky) et Kadabi (Dalakhani). Il y a de la revanche dans l’air.

 

Une nouveauté pour Long Run

Vainqueur des Prix Georges de

Talhouët-Roy (Gr2), Cambacérès (Gr1) et Jacques d’Indy, Long Run est le roi de sa

génération sur les balais. Même s’il ira sur le steeplechase à l’automne, il lui

reste quelques belles balades sur les haies. Il est difficile de trouver à Long

Run un seul opposant. Chaque course est unique, et le résultat d’hier n’est pas

obligatoirement celui de demain, mais Long Run a prouvé qu’il était un cheval exceptionnel…

Cependant, juché sur son dos, un nouveau partenaire endossera le rôle de l’emmener

à la victoire : Sam Waley-Cohen, le fils du propriétaire du cheval, Robert Waley-Cohen.

David Cottin, son jockey habituel, étant mis à pied, le gentleman-rider a été choisi

pour accomplir une grande mission. Il n’est tout de même pas non plus un gentleman

ordinaire. Deux fois lauréats du Fox Hunter’s Chase, le Grand National des amateurs,

Sam Waley-Cohen se mettra en selle parce qu’il est le fils des propriétaires évidemment,

mais surtout qu’il

sera associé au cheval lors de

ses déplacements en Angleterre. Sam Waley-Cohen connaît bien la famille

puisqu’il avait monté Liberthine

(Chamberlin), la sœur utérine de Long Run.

Au sujet de son protégé, Guillaume

Macaire nous avait confié, à l’issue de sa sortie victorieuse du 15 mars : « Il

est vraiment très bon. Il a relevé la tête, a pointé les oreilles avant d’accélérer

sur le plat pour les devancer. Il devrait courir le Prix Amadou (Gr2), au mois de

mai et ensuite, il sera dirigé sur le steeple et ne devrait donc pas prendre part

au Prix Alain du Breil. Mais encore une fois, nous avons le temps et nous devons

en discuter. »

 

 

>> PRIX DE PÉPINVAST

 

Confirmation attendue pour Blue

Bresil Troisième des Prix Noailles (Gr2) et Hocquart (Gr2) et figurant dans les

Prix du Jockey-Club (Gr1) et de l’Arc de Triomphe (Gr1), Blue Bresil a montré ses

limites en plat. Passé des boxes de Brigitte Halley des Fontaines à ceux de Lionel

Larrigade qui l’a dressé en obstacle, Blue Bresil est désormais à Maisons-Laffitte

chez Pierre Costes, pour profiter des multiples terrains d’entraînement voués à

l’obstacle sur le centre des Yvelines.

Lors de son coup d’essai sur les

balais, le cheval de Freddy Tondelier a réalisé quelque chose d’exceptionnel : débuter

en obstacle directement dans un Groupe et… prendre la deuxième place derrière l’intouchable

Long Run ! Légèrement brillant, il avait réussi à faire galoper le champion dans

la phase finale, réalisant un "truc". Le 15 mars, son propriétaire nous

avait déclaré :

« Il n’est pas gaucher, nous aurions

dû dire au jockey

de prendre la ligne des fusains,

mais malgré cela, il a réalisé une super performance. » Avec le terrain qui s’est

asséché, Blue Bresil peut espérer se rapprocher un peu plus du champion Long Run.

 

Les deux « Balanda » reprennent

du service

Meilleure pouliche de sa génération

sur les haies l’an passé, comme le prouve sa victoire autoritaire dans le Prix Bournosienne

(Gr3), Stravinsky Dance est une pouliche de classe. Dans le "Jacques d’Indy",

elle a effectué ses débuts face aux mâles, prenant une probante troisième place

après avoir fait illusion pour la victoire. Un espoir de revanche est osé, vu la

domination de Long Run, mais en faisant preuve de réalisme, terminer une fois encore

sur le podium est tout à fait dans les cordes de la représentante du Haras du Saubouas.

Né pour briller en plat car issu du croisement Dalakhani (Darshaan) et une fille

de Sadler’s Wells (Northern Dancer), Kadabi n’a jamais déçu en obstacle. Sa fin

de course du 15 mars a été absolument étonnante. La même opposition lui faisant

face, il va lutter pour les places et, avec le rallongement de la distance, il n’est

pas incapable de finir plus près.