Tassara : un chef d’œuvre tactique

Autres informations / 03.04.2009

Tassara : un chef d’œuvre tactique

PRIX DU LOUVRE

 « Je suis désolé, je n’ai pas monté aux ordres

! » lance Christophe Soumillon à Yves de Nicolaÿ. Celui-ci lui pardonne

volontiers, puisque le crack-jockey a fait gagner à Tassara (Sendawar)

l’important Prix du Louvre (B). Sans occulter le talent de la pouliche grise,

il faut souligner une nouvelle fois l’inspiration géniale de Christophe

Soumillon, qui est pour beaucoup dans cette victoire très tactique.

 

 

Du grand art

Vite en tête, Tassara a

démarré très sèchement, et aucune de ses adversaires n’a pu aller la

rechercher. Du grand art et cette victoire dans le Prix du Louvre est une œuvre

a plusieurs mains, signée Tassara-de Nicolaÿ-Soumillon. L’artiste qui s’occupe

au jour le jour de cette création se nomme Yves de Nicolaÿ et il livrait ses

impression : « Avec cinq courses et trois victoires au compteur, la carrière de

Tassara se passe plutôt bien ! Je pense qu'il est possible de la raccourcir,

car elle possède beaucoup de vitesse. Je songe à lui

faire courir une Listed à

Toulouse [certainement le Prix Aymeri de Mauléon – 1.600m – le 24/04, ndlr],

mais il y aura les mâles de monsieur Rouget face à elle. »

Lors de sa dernière sortie,

Tassara avait échoué dans le Prix Rose de Mai (L), terminant quatrième. Mais

cette prestation comporte plusieurs explications. « C’est une Sendawar, donc le

terrain lourd l’a dérangé » rappelait Yves de Nicolay. De plus, cette Listed

remportée par Stacelita (Monsun) se disputait sur 2.100m et Tassara a plus de

vitesse que de tenue. Concernant sa performance de jeudi, il faut souligner

qu’elle réussit là où Goldikova (Anabaa) avait échoué ! En effet, elle a réussi

à l’emporter en rendant du poids à ses adversaires, alors que dans les mêmes

conditions, la championne des frères Wertheimer avait terminé deuxième. Mais

les courses ne sont pas des mathématiques toujours exactes et l’inspiration

joue souvent pour beaucoup, comme ici…

 

Dreamt peut continuer à rêver

Oui, Dreamt (Oasis Dream) a

été battue. Mais cela n’enlève pas pour autant l’estime que nous portons à

cette ? JDG Rising Star ?. Montée à l’arrière-garde,

elle a eu trop de terrain à refaire sur la fuyarde Tassara. Une mission

impossible sur piste neuve. Sa performance est donc loin d’être mauvaise. Elle

est plutôt inexacte et nous la reverrons certainement dans les bonnes épreuves

à l’avenir (comme la gagnante, elle est engagée dans les classiques

printaniers). Raison de plus pour garder confiance, nous rappellerons, comme

nous l’écrivions plus haut, qu’elle succède à Goldikova…

 

De Nicolaÿ : 2 Western Isle :

0

Troisième, Western Isle (Gone

West) trouve toujours des pensionnaires d’Yves de Nicolaÿ devant elle, puisque

le 13 mars, à Deauville, elle avait été devancée par Wadjeka (Oasis Dream). De

nouveau battue, cette pouliche très ramassée a tracé une bonne ligne droite, et

son entraîneur, Henri-Alex Pantall, nous disait : « Elle s’est retrouvée loin

au moment du démarrage. Les écarts étaient déjà creusés. Elle est toujours un

peu longue à enclencher et, là encore, elle a eu besoin d’une cinquantaine de

mètres pour trouver son action. Mais, une fois cette action trouvée, elle a

bien terminé. Elle a fait une bonne course. »

 

 

PRIX DU GROS CAILLOU LEAP

AHEAD VOLE DE PROGRÈS EN PROGRÈS

Encore maiden en début de

saison, Leap Ahead (Desert Prince) ne cesse de progresser. Vainqueur d’un

handicap sur le sable cagnois en 32 de valeur, le pensionnaire de François

Rohaut a aligné sa troisième victoire consécutive dans le Prix du Gros Caillou,

course à conditions disputée sur le parcours particuliers des 1.400m de la

nouvelle piste de Longchamp.

 

Ne comptant que deux sorties

à l’âge de 3ans, Leap Ahead a été maintenu à l’entraînement pour son année de

4ans par son entourage. Les derniers résultats de Leap Ahead leur ont a donné raison.

Vainqueur de deux handicaps consécutivement, le fils de la très bonne Lady

Vettori (Vettori) a dévoilé ce jeudi de nouveau progrès, s’imposant au prix

d’un très joli coup de rein la phase finale. « Il le fait encore bien, précise

son mentor. C’est un cheval qu’il faut détendre en partant, car il possède une

grosse pointe de vitesse ». Si nous étions dans le monde du trot, on pourrait

qualifier Leap Ahead de cheval en retard de gains. « C’est un gros bébé qui

rattrape le temps perdu. C’est un vrai cheval de 1.400m et il existe de belles

courses en France ou à l’Etranger sur cette distance ». Au vu de ce qu’il nous

a prouvé aujourd’hui, Leap Ahead devrait encore pouvoir monter quelques étages.

 

Bons comportements des deux

favoris

Parmi les chevaux les plus en

vue au betting, Salut l’Africain (Ski Chief) et Panichop (Panis) se sont très

bien comportés, terminant respectivement au deuxième et troisième rang. Tous

deux ont couru leur valeur et sont battus à la régulière par un cheval en plein

progrès qui va affronter d’autres catégories dans les prochaines semaines.

 

Deux bonnes notes pour

l’avenir

Chevaux biens connus au

niveau des handicaps, Up And Coming (Compton Place) et Kenchop (Nombre Premier)

affrontaient avant le coup un lot relevé. Attentistes à l’arrière-garde, ils

ont tous les deux refait beaucoup de terrain dans la phase finale, Up And

Coming se classant quatrième, en étant très malheureux entre les deux poteaux

d’arrivée – l’arrivée était jugée au second poteau –, alors que Kenchop a

terminé à toute allure, au centre, après avoir patienté aux derniers rangs.