Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Thierry gillet : 23 ans de carrière

Autres informations / 18.04.2009

Thierry gillet : 23 ans de carrière

Bago (Nashwan), l’Arc, année

2004… C’est évidemment le plus grand souvenir de Thierry Gillet qui a décidé de

mettre un point final à sa carrière de jockey à l’âge de 39 ans, ce jeudi, à

Longchamp. Au total, le pilote a participé à cinq Prix de l’Arc de Triomphe :

en 1997 (Np), en 2001 (Np), vainqueur en 2004, troisième en 2005 et en 2007.

L’année 2004 a été la plus

belle de sa carrière. Certes, il a remporté l’Arc de Triomphe, mais il a aussi

empoché quatre autres victoires de Gr1 cette saison-là. Au printemps, il en

remporte trois : le Prix Ganay, avec Execute (Suave Dancer), entraîné par John

Hammond ; le Prix Jean Prat et le Juddmonte Grand Prix de Paris en selle sur

Bago, le 3ans de la famille Niarchos entraîné par Jonathan Pease et dont

l’invincibilité prendra un terme dans les Juddmonte International Stakes (Gr1),

au mois d’août.

Mi-septembre 2004, à

Longchamp, Thierry Gillet poursuit sa récolte au sommet en remportant le Prix

Vermeille, en selle sur la "Hammond" Sweet Stream (Shantou). Et puis

l’apothéose : le 3 octobre 2004.

 

Enfant de Maisons-Laffitte

Thierry Gillet a débuté sa

carrière en tant qu’apprenti chez le mansonnien Raymond Touflan, avant

d’arriver dans l’équipe de Jehan Bertran de Balanda. En juin 1995, il remporte

sa première course de Groupe avec Tarte aux Pommes (Noblequest), entraînée

justement par Jehan Bertran de Balanda, qui s’impose à Milan dans le Primi

Passi (Gr3). Sa carrière est ensuite perturbée par deux graves accidents, l’un

en juillet 1995, puis le second en septembre 1996. L’année suivante, Thierry

Gillet est de nouveau sur pied et en selle dans le Coronation Cup (Gr1). Face

aux britanniques, il prend la troisième place de la belle épreuve avec Le

Destin (Zayyani), pensionnaire de Philippe Demercastel.

 

Thierry Gillet et la Marquise

En 1999, le pilote signe un contrat

de première monte avec la Marquise de Moratalla. Il remporte trois courses de

Groupe sur Star of Akkar (Distant Relative), avec laquelle il termine également

deuxième du Prix de Diane (Gr1).

En marge de son association

avec la grande casaque classique, le jockey connaît une année fructueuse. Il

remporte son premier Gr2, le Prix de Pomone, avec Bimbola (Bikala), avec lequel

il prendra également une deuxième place dans le Hong Kong Vase (Gr1), cette saison-là.

Avec Lady Vettori, il remporte

le Prix du Calvados (Gr3) et termine troisième du Prix Marcel Boussac (Gr1).

 

La rencontre avec Acte One

En 2001, Thierry Gillet fait

connaissance avec l’un des chevaux de sa vie : Act One (In The Wings) entraîné

par Jonathan Pease et propriété de Gerald Leigh. Avec lui, il remporte son

premier Gr1, le Critérium International. Une victoire au top-niveau qui se

faisait un peu attendre… L’année suivante, il s’impose dans le Prix Lupin (Gr1)

et part donc favori du Prix du Jockey Club (Gr1). A l’arrivée, Act One et Thierry

Gillet sont devancés par Sulamani, celui qui sera ensuite le tombeur de son

autre cheval de cœur, Bago, dans les International Stakes. Accidenté, Act One

quitte très tôt la compétition et poursuit une carrière au haras.

En 2005, il retrouve Bago

avec lequel il remporté le Critérium International, et le Prix des Chênes avant

de connaître le firmament en 2004. Il commence cette saison 2005 par une

victoire dans le Prix Ganay. Deuxième en Irlande dans la Tattersalls Gold Cup,

troisième à SaintCloud dans le Grand Prix (Gr1) et également troisième en

Angleterre dans les King George VI and Queen Elisabeth Stakes (Gr1), Thierry

Gillet parvient à se hisser à la troisième place de l’Arc.

 

Ses dernières victoires de

Groupe

A la fin de l’année 2008, son

association avec la casaque Head se termine, et bien, puisque c’est avec un

cheval de la famille, Full of Gold (Gold Away) qu’il aura remporté ses derniers

Groupes. Le 11 novembre 2007, il s’emparait du Critérium de Saint-Cloud (Gr1)

et le 6 avril de l’année suivante, il monte sur la plus haute marche du podium

dans le Prix Noailles (Gr2)

 

SON PALMARÈS

Nombre de courses courues :

9.719

Nombre de victoires : 891

Nombre de places : 3.324 Vainqueur de 39 courses de Groupe