Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Dunkerque gagne son premier groupe dans le bureau des commissaires

Autres informations / 31.05.2009

Dunkerque gagne son premier groupe dans le bureau des commissaires

Prix du Palais-Royal (Gr3)

A l’arrivée du seul Groupe du

jour, le Prix du Palais-Royal (Gr3), la sirène retentit rapidement. Logique,

car des tribunes, on a eu clairement l’impression d’assister à une arrivée

“stock-car”. S’ensuit une réclamation de Dominique Bœuf, qui mon- tait

Dunkerque (Highest Honor), arrivé deuxième, contre Ioritz Mendizabal, qui s’est

imposé avec l’espagnol As de Trebol (Tapit). Chaque entourage revoit le film de

l’arrivée. « Sans cette gêne, nous aurions gagné », explique Christiane

Head-Maarek, entraîneur de Dunkerque. Tandis que dans le clan espagnol, com-

posé d’une dizaine de personnes, les « nada » fussent de partout. A Longchamp,

les avis divergent, chacun voit midi à sa porte, son ticket de pari mutuel, et

un match France-Espagne… L’attente est longue, ce qui n’est jamais bon signe,

et cela aboutit finalement à la rétrogradation d’As de Trebol, placé deuxième

derrière Dunkerque. L’entourage d’As de Trebol a évoqué la possibilité de faire

appel.

 

Une première en efface une

autre

A l’arrivée du Prix du

Palais-Royal (Gr3), Dunkerque (Highest Honor), a récupéré la victoire après

l’intervention des commissaires. Arrivé deuxième, il est passé devant le

lauréat platonique, l’espagnol As de Trebol (Tapit).

Ce verdict des commissaires a

pour effet de per- mettre à Dunkerque de remporter son premier Groupe. Il le

gagne d’ailleurs sur le même parcours que celui sur lequel sa propre sœur,

Dédication, s’était imposée dans le Prix de la Forêt (Gr1) en 2002. Au vu de sa

régularité et de sa progression tout au long de l’année 2008, cette victoire

est assez logique pour Dunkerque, qui avait, avant même ses débuts, donné de

gros espoirs à son entourage.

La première de Dunkerque

enlève par contrecoup une première à Guillermo Arizkorreta Elosegui, entraîneur

d’As de Trebol. Cet entraîneur espagnol tenait là en en effet le premier Groupe

de sa carrière.

 

Grande déception dans le clan

espagnol

Si souriant à l’arrivée,

l’entourage du lauréat était complètement abattu après le verdict de l’enquête.

Guillermo Arizkorreta Elosegui, la mine défaite, nous disait : « C’est vraiment

injuste. La semaine dernière, avec les mêmes propriétaires, nous avons été

distancés à Tarbes, ce qui était normal. Mais là…Mon cheval a montré qu’il

était le meilleur aujourd’hui. S’il a dû se faire le passage, c’est simplement

parce qu’il avait plus de gaz que l’autre. Nous allons réfléchir, mais son

entourage compte faire appel et peut-être reviendrons-nous pour le Prix de la

Porte Maillot (Gr3) le mois prochain. »

 

Guillermo Arizkorreta

Elosegui : « C’est mon premier très bon cheval »

Au-delà de la rétrogradation,

l’enseignement de cette épreuve est aussi la révélation d’un vrai bon cheval.

Seul 3ans de l’épreuve, As de Trebol a montré qu’il n’avait pas peur de “rentrer”

dans les vieux et qu’il avait au moins leur pointure ce samedi. Avant l’heure,

sa tâche ne s’annonçait pourtant pas évidente dans ce Gr3, mais il a levé tous

les doutes et donner beaucoup de promesses. Le concernant, Guillermo

Arizkorreta Elosegui nous disait : « Il avait été battu en débutant à 2ans

avant de s’imposer deux fois la même année, notamment dans le Grand Criterium.

Il avait gagné pour sa rentrée avant d’être battu dans la Poule d’Essai Espagnole

par un bon cheval. Il y courait très bien, mais face aux meilleurs milers, ce

n’était pas évident. Il est beaucoup mieux sur 1.400m et moins. Sur son futur programme,

il ne devrait pas recourir en Espagne où il n’y a plus vraiment de courses pour

lui. Vous devriez donc le revoir dans des Groupes en France. A la base, nous

étions venus courir ce Groupe pour “voir”… »

Sur sa personne, Guillermo

Arizkorreta Elosegui nous apprenait : « Je suis basque, comme Ioritz

Mendizabal. J’ai travaillé chez Luca Cumani et je suis entraîneur depuis deux

ans. Je suis installé à Madrid où j’ai environ 40 chevaux sous ma responsabilité.

As de Trebol est mon premier très bon cheval. »

Les avis des jockeys

Dominique

Bœuf, jockey de Dunkerque :

« Devant

moi, le passage entre la corde et ma gauche s’ouvre, se referme, s’ouvre, se

referme et ainsi de suite. Je suis donc obligé d’attendre l’ouverture à la

place où je suis. Quand elle se fait, Ioritz vient, me percute et prend ma

place. Il accélère avant moi et me prend donc l’avantage. J’ai été décalé, et

trouve ensuite l’ouverture, finissant très fort sur lui, échouant à une courte

tête. Je pense que sans cet incident, j’au- rais gagné. »

 

Ioritz

Mendizabal, jockey d’As de Trebol « Déjà, tout commence à 400m du poteau.

Dunkerque sort du sillage de Parfum des Dieux et moi je prends sa place.

Ensuite, je n’ai pas le passage mais possède beaucoup de gaz. Il s’agissait

d’ailleurs pour moi de profiter au mieux de la première ouverture qui se

faisait. Ce n’était même pas une simple question de défendre mes chances mais

j’étais obligé de tirer sur mon cheval qui en a 

même “tordu” la tête et a galopé sur les autres. Moi aussi j’ai pris des

coups, étant envoyé deux fois sur la lice, par contre- coup lorsque l’extérieur

est venu. »

Pendant  un 

temps,  l’hypothèse  d’une 

suspension  a été évoquée dans

l’enceinte des balances à l’encontre de Ioritz Mendizabal. Finalement, ce

scénario ne s’est pas vérifié. Une telle suspension lui aurait fait manquer le

rendez-vous du Jockey Club (Gr1), où il sera associé au favori, Feels all Right

(Danehill Dancer)…