Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Fanny cyprès des étoiles

Autres informations / 17.05.2009

Fanny cyprès des étoiles

MAISONS-LAFFITTE, Samedi 16

mai

 

15h30, l’enclosure des

balances est pleine et déborde de d’enthousiasme. Les sourires jouent à la

surenchère, les voix portent haut. Ce n’est pourtant pas l’arrivée d’un Groupe

à Maisons-Laffitte ?! Nous sommes au retour du Prix Yves Saint-Martin, la

finale du championnat des Grandes Ecoles. Et de toute part, la lauréate de

cette finale est félicitée. Fanny Cyprès est l’heureuse primée. Le plaisir est

évident. Pour arriver à cet épilogue, la jeune nivernaise a monté une sage

course d’attente, car « c’était les ordres ». Et comme dans un rêve, suivant un

timing par fait, elle est venue coiffer ses adversaires sur le poteau. Une

belle monte avec à la clé, une grande victoire. Tout en retenue, l’étudiante de

l’Ensbana de Dijon – une école d’ingénieurs en agroalimentaire et

biotechnologies –, est revenu sur les raisons de ses succès récents. Car cette

victoire était tout simplement une “récidive” après une première victoire

parisienne à Longchamp, le jour du Prix Ganay. « J’ai surtout eu la chance que

les professionnels me confient de bons chevaux. Le jour du Prix Ganay, à

Longchamp, j’ai gagné une course avec un cheval de Joël Boisnard et, ici,

j’avais un cheval de Guy Cherel. » Chance rime aussi avec talent, surtout

lorsque que Fanny nous apprend qu’elle « n’a monté que deux courses ACCAF dans

sa vie ». Il y aurait presque des raisons de lui en vouloir pour tant de réussite

insolente… Dès lors, pourquoi ne pas prendre une licence ? « Je manque de temps

» se justifie t-elle. Dommage, car le rang des cavalière se serait bien agrandi

d’une nouvelle amazone…

 

Avec la cavalière, associons

le cheval, Ocean Charm (Ocean of Wisdom). Encore maiden, il remporte sa

première victoire et fait briller les couleurs de l’Ensbana de Dijon. Peut-être

pour la dernière fois car l’école vient d’être profondément remaniée. «

L’Ensbana, poursuit Fanny Cyprès, vient de fusionner avec l’Enesael pour former

l’Agro Sup de Dijon. »

 

« Mieux que papa »

Jacques Cyprès, éleveur et

représentant des éleveurs AQPS bien connu – The Fellow et Al Capone, c’est lui

–, a aussi remporté deux épreuves pour “amateurs”. Mais comme il le reconnaît

lui-même, avec humour, « ma fille a fait mieux que moi : mes victoires ont eu

lieu dans la région dont une à Cercy-la-Tour… »

Fanny Cyprès est aussi une

petite fille de René Couétil, le grand gentleman disparu dans un accident de

course. De nombreuses épreuves portent aujourd’hui son nom. Sa famille en parle

aujourd’hui avec toujours autant d’enthousiasme et de respect. Andrée, la mère

de Fanny, entretient aussi, par ses actions dans les courses, le souvenir de

son père. Une nouvelle génération est en train de prendre le relais.