Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Gallilei, l’étoile de la famille moussac

Autres informations / 02.05.2009

Gallilei, l’étoile de la famille moussac

Prix Comrade

Le Prix Comrade (B) rend

hommage au premier vainqueur de "l’Arc" (Gr1), en 1920. Nous ne

sommes qu’au mois de mai et son vainqueur, Gallilei (Ballingarry), a encore du

chemin à faire avant d’être au départ le premier dimanche d’octobre. Mais c’est

à l’évidence un bon cheval et nous ne serions pas surpris, dans un premier

temps, de le voir au départ du Grand Prix de Paris (Gr1), le 14 juillet. Il a

vrai- semblablement l’étoffe d’un cheval de Groupe sur 2.000m et plus, raison

pour laquelle nous lui accordons une ? JDG Rising Star ?.

Le 5 avril, à Longchamp, il

avait été pris de vitesse sur les

2.000m du Prix de Champerret

(B), avant de bien se ressaisir pour venir se classer troisième. Cette fois, il

a de nouveau été pris de vitesse un moment, non pas en raison du manque de

distance, mais au train encore légèrement peu soutenu pour lui. En effet, comme

nous l’expliquait Philippe Brosset, directeur technique du Haras du Mezeray : «

Nous pensons qu’il peut bien faire sur 2.000m s’il y a du train. La dernière fois,

il a été battu pour cette raison, ne galopant que sur cent mètres. Pour la

suite de son programme, rien n’est encore décidé. Il est engagé dans le Jockey

Club et le Grand Prix de Paris et nous verrons vers quelle voie nous nous

dirigerons. » Alain de Royer Dupré approuvait le fait que Gallilei reste encore

polyvalent sur le plan des distances.

« C’est un poulain très

sérieux, un peu dormeur néanmoins. Il a fait des progrès intéressants sur sa

dernière sortie. Il est gaucher, ce qui ne va pas être évident pour la suite de

son programme. Je ne sais pas ce qu’il va courir ensuite. Il peut faire 2.100m

également. Cela me fait plaisir de gagner avec ces couleurs car c’est le début

d’une nouvelle association. » Gallilei symbolise le succès de l’association entre

les cou- leurs de Moussac et Alain de Royer Dupré. Lors de ses débuts

victorieux, le 13 novembre, à Fontainebleau, il avait été le premier gagnant de

cette nouvelle équipe née de la réorganisation de l’écurie d’André Fabre.

 

Gallilei, un produit signé

"Mezeray"

Gallilei tient certainement

sa polyvalence – en terme de distance – de son croisement. Son père,

Ballingarry, était un cheval de distance, qui remporta à 2ans le Critérium de

Saint-Cloud (Gr1 – 2.000m), avant de remporter à 3ans le Canadian International

Stakes (Gr1 – 2.400m). Quant à sa mère, Spectacular Joke, elle a gagné à 3ans,

en 1985, le Prix Maurice de Gheest (Gr2 à l’époque – 1.300m). Pour la petite

histoire, il faut ajouter qu’elle avait débuté dans le Prix des Marettes (F)

remporté par Triptych (Riverman), en 1984, à Deauville. Au haras, Spectacular

Joke est devenue une excellente reproductrice, donnant naissance en 1998 à

Amonita (Anabaa), gagnante en 2000 du Prix Marcel Boussac (Gr1) et, auparavant,

en 1990, à Cox Orange (Trempolino), lauréate de Gr3 en France et aux

Etats-Unis.

Les autres partantes dans

leur ordre d’arrivée : THE GAL- LERY, MAN MOUNTAIN. – Tous couru.

Frère de Remember Rose, The

Gallery perd un peu de terrain en partant et se retrouve dernier. L’inédit Man

Mountain se place en tête devant Golden Century. Stand to Gain vient ensuite

devant Gallilei. En face, Golden Century vient relayer l’animateur en tête et

Stand to Gain vient l’épauler. The Gallery vient ensuite avec Gallilei, qui est

toujours suivi par The Gallery placé en dernière position. Dans la ligne

droite, Stand to Gain et Golden Century commencent à se livrer bataille pour la

victoire. Gallilei reste en troisième position, cherchant la bonne jambe. Mais,

à deux cents mètres du but, il enclenche, passant en revue ses rivaux pour

s’imposer de toute une classe. A la lutte, Stand to Gain parvient à devancer le

rentrant Golden Century, qui vient nettement devant le reste de l’opposition.