Lourd ou pas ? le débat sur l’état des pistes rebondit à longchamp

Autres informations / 19.05.2009

Lourd ou pas ? le débat sur l’état des pistes rebondit à longchamp

Après Auteuil, Longchamp.

Dimanche dernier, l’état de la piste du Bois de Boulogne a fait parler de lui.

Le terrain était-il lourd, comme l’indiqueraient les écarts constatés dans deux

courses (6 longueurs pour Stacelita et 8 pour Aizovoski) ? Et France Galop

a-t-il eu tort d’afficher 3,7 ?

Pierre Préaud n’est pas de

cet avis : « Dimanche matin, nous avons mesuré le terrain à “3,7 Souple”. Il

faut savoir que, quel que soit le temps de l’après-midi, cette mesure n’évolue

que peu. Pour vous donner un exemple, il faut qu’il fasse 35° et qu’il y ait un

fort vent séchant pour que la mesure baisse au maximum de 0,2 ou 0,3. De la

même manière, une averse en début d’après-midi ne change pas fondamentalement

l’état du terrain. » Le Directeur des sites de France Galop a un argument à

faire valoir :

« L’analyse factuelle des

chronomètres de toutes les courses montre que les réductions kilométriques

enregistrées dimanche correspondent à un terrain “souple à très souple”.

Prenons l’exemple de l’Ispahan. Pour les courses disputées au mois de mai sur

les 1.850m Grande Piste, les statistiques sur dix ans font état d’un indice

pénétrométrique moyen de 3,1 et d’une réduction kilométrique moyenne de

1’03’’14. Or dimanche, la réduction de l’Ispahan a été de 1’03’’35. Même chose

dans le Saint-Alary et le handicap

2e épreuve, gagnés dans une

réduction à peine supérieure à la réduction moyenne sur

dix ans sur le parcours. »

Jeudi dernier, le terrain

avait été mesuré à 3,7… comme dimanche. Pourtant, il a plu entre les deux

journées. « Oui mais, répond Pierre Préaud, la mesure de jeudi a été effectuée

au centre de la piste, alors que celle de dimanche a été faite à la corde. Or

la partie la plus proche de la lice est toujours moins souple, puisqu’elle sert

trois ou quatre fois moins. »