Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Silver frost, dur et convaincant comme l’acier

Autres informations / 20.05.2009

Silver frost, dur et convaincant comme l’acier

Son modèle élégant ne

laissait pas prévoir une telle force, une telle détermination. Silver Frost est

vraisemblablement le plus racé des Verglas, étalon chéri des entraîneurs, qui a

pour habitude de donner des produits charpentés et bien plantés, donc de la

matière avec laquelle on peut travailler. Charlie Gordon-Watson a été bien

inspiré quand il a acheté Silver Frost yearling à Deauville, pour 95.000€, au

Haras de la Louvière, car Yves de Nicolay affectionne ces chevaux bourrés

d’influx, comme le prouve son palmarès, plutôt balisé jusqu’à présent de bonnes

pouliches, souvent délicates.

 

Silver Frost avait d’emblée

de la qualité à 2ans et c’est pourquoi il débuta tôt, en mai, pour remporter

avec aisance son maiden “F” en juin. C’est ainsi que tout début août à

Deauville, il enlève le Prix de Cabourg (Gr3), malgré la bonne résistance du

gagnant du Yacowlef (L), la ? JDG Rising Star ? Abbeyside (Danehill Dancer),

qu’on ne reverra jamais ensuite. Il déçoit dans le “Morny” (Gr1) où il apparaît

surclassé et son jockey, Olivier Peslier, posera alors judicieusement les

mains. Après une interruption de cinquante jours, il revient gagner le Thomas

Bryon (Gr3), devançant nettement la ? JDG Rising Star ? Fuissé (Green Tune), très

bon cheval, qui vient de remporter l’exPrix de Pontarmé (L), et qui possède un

grand abattage comme son frère Full of Gold (Gold Away). L’opposition est plus

incisive dans le Critérium International (Gr1) et notre gris valeureux ne peut

que terminer troisième du surprenant Zafisio (Effisio).

 

Il nous semble que notre

poulain change de braquet à 3ans. Silver Frost, très sûr de lui, devance les

bons Milanais (Dyhim Diamond) et Calvados Blues (Lando) dans le Prix Omnium II

(L), en mars à Saint Cloud, avant de garder Westphalia (Danehill Dancer) à

distance dans le Prix de Fontainebleau (Gr3), ce dernier restant sur sa

deuxième place en 2008 dans le Breeders’ Cup Juvenile Turf. Et pour confirmer

cette suprématie de printemps, Silver Frost règle le ballet de deux longueurs

dans la Poule d’Essai des Poulains (Gr1) devant Le Havre (Noverre), le

vainqueur du Djebel (L), Naqoos (Oasis Dream) qui sera distancé, et Westphalia,

malheureux.

 

Ces performances de 3ans sont

d’un tout autre niveau que celles de 2ans. Certes, son entraîneur a justifié

ses défaites à 2ans, soit par la distance (?), dans le Prix Morny, soit par la

fatigue d’une longue saison, dans le Critérium International. Bien aguerri par

sa longue campagne de 2ans, Silver Frost s’est retrouvé surtout meilleur à

3ans, comme s’il avait besoin de cette maturité et de ces expériences. Il nous

fait penser à ces bons classiques de François Boutin que les combats, au lieu

de fatiguer, faisaient progresser. Silver Frost est donc très bon et très dur,

la suite nous dira si ce poulain distingué et racé est de la graine des très

grands.

 

Le père, Verglas

Le meilleur produit de

Verglas

Les éleveurs français

savaient qu’en exportant Verglas en Irlande à l’automne 2004, ils perdaient un

étalon qui avait un grand potentiel. Et ils ont largement continué à

l’utiliser, ne rechignant pas à envoyer leurs juments à l’Irish National Stud

où il réside désormais.

 

C’est ainsi qu’est né Silver

Frost puisque son éleveuse, Chris O’Reilly, largement implantée dans l’île, et

trustee du National Stud, a logiquement continué de soutenir en Irlande

l’étalon qu’elle avait contribué à exporter/importer.

Verglas a été un bon cheval

de course, assez vite, mais pas brillant. Il a remporté à 2ans les Coventry St

(Gr3) à Royal Ascot puis il prit la troisième place des Phoenix Stakes (Gr1). À

3ans, son titre de gloire a été de terminer deuxième des Irish 2000 Guineas

(Gr1). C’était suffisant pour démarrer une carrière d’étalon en France où il a

sailli de nombreuses juments de qualité intermédiaire à ses débuts. Mais

d’emblée, à la vue des premiers foals, les éleveurs se sont aperçus que l’on

était en présence d’un sire très “régulier” qui donnait consistance et

solidité, comme son père,

Highest Honor. Blackdoun,

malheureusement décédé récemment, fut son premier produit de qualité

supérieure, se distinguant en Californie où il enleva le Del Mar Derby (Gr2)

après avoir fini deuxième du Prix de Fontainebleau en France au printemps. On

notera que Blackdoun fut très malheureux dans le Breeders’ Cup Mile (Gr1), au

Texas, qu’il aurait pu remporter. Deux ans plus tard, Stormy River, troisième

malheureux dans la Poule d’Essai et vainqueur du Jean Prat (Gr1), devint

l’emblème classique de Verglas, lui conférant une légitimité au plus haut

niveau. Étalon très régulier, un peu à l’image de son père, Verglas a réussi à

donner dix-neuf chevaux de stakes durant ses années françaises, s’assurant

ainsi l’estime des entraîneurs et des éleveurs.

Cependant, Verglas a déjà

15ans, et il lui manquait clairement un classique reconnu pour prétendre au

rang des étalons “confirmés” de standing international. En effet, on a vu sa

saillie baisser à 10.000 € cette année en Irlande, faute d’avoir convaincu avec

ses premiers 2ans irlandais en 2008. Évidemment, Silver Frost, son premier

produit à gagner un classique indiscutable, change la donne et replace au

top-niveau cet excellent sire qui avait clairement besoin de quelques bonnes

poulinières pour hisser la qualité de ses produits, ce qui s’est produit en

Irlande.

 

 

La lignée maternelle

La constance récompensée de

Skymarc Farm

La quatrième mère de Silver

Frost, Her Silver, est une sœur du grand State Dinner et de Banquet Table,

formidable famille de Claiborne Farm/Phipps. C’est pourquoi François Boutin

acheta sa fille Hot Silver (Nureyev) pour Souren Vanian puis Skymarc Farm. Sans

faire des étincelles, tant Her Silver que sa fille Hot Silver et que sa petite

fille Hint of Silver (Alysheba), furent de bonnes poulinières et cela explique

la persévérance de Skymarc Farm dans cette lignée. Cependant il faut

reconnaître qu’Hint of Silver, la grand-mère de Silver Frost, petite gagnante,

a remarquablement produit en donnant trois poulains de Groupe et une gagnante

de Listed. Le meilleur d’entre eux étant incontestablement le volumineux High

Rock (Rock of Gibraltar), vainqueur des Prix de Condé (Gr3) et de La Force

(Gr3), que Jean-Claude Rouget estimait beaucoup. Cette famille est donc très

représentée au Haras de la Louvière, et c’est sans doute pour cette raison

qu’Hidden Silver (Anabaa) ainsi que son premier foal, Silver Frost, furent

présentés aux ventes Arqana de décembre 2006. Silver Frost était absent, mais

fut vendu yearling l’année suivante et adjugé 95.000€ à Charlie Gordon-Watson

pour le compte de son propriétaire, John-Dawson Cotton. De son côté, la mère,

Hidden Silver, une fois de plus pleine de Verglas, fut vendue 55.000€ à

Broadhurst Agency pour le compte du Haras des Sablonnets qui touchait là un lot

inespéré. En effet, en 2008, le yearling par Verglas fut vendu à Cheikh

Mohammed pour 360.000€. Il se nomme Blazon et se trouve sous la responsabilité

d’André Fabre. Hidden Silver a un yearling de Poliglote cette année.

Le hasard de la sélection a

voulu que Skymarc Farm se défasse trop tôt de cette jument, certes petite

gagnante, aujourd’hui mère du meilleur miler français de sa génération, alors

que ce haras a été plus que fidèle à cette lignée qu’il a été le seul à développer.

Avec cette jument, Anabaa confirme qu’il est un excellent père de mère,

transmettant sa vitesse en digne fils de Danzig et de sa mère Balbonella,

gagnante du Papin (Gr1) à 2ans.

 

Le croisement

La nécessité de l’outcross

Hidden Silver étant par Anabaa,

il est préférable de contourner Danzig et Northern Dancer pour la croiser. En

ce sens, l’on est jamais mieux servi que par soi-même, et comme Skymarc Farm

possède un nombre appréciable de parts de Verglas, ce dernier devenait une

sorte de croisement “naturel” pour Hidden Silver, sa lignée paternelle étant

exempte du sang de Northern Dancer.

De plus, le croisement avec

Verglas se révélait intéressant dans la mesure où Hidden Silver manquait de

qualité et de vitesse, gagnant un petit maiden sur 1.900m à Lisieux sous la

houlette avisée de Stéphane Wattel. N’ayant qu’un train, comme on l’a constaté

à Deauville, le plus intelligent était de retrouver la vitesse qui avait fait

défaut à la mère. Cette initiative devenait impérative si l’on prête attention

à la production d’Hint of Silver qui, bien que bonne, montre qu’High Rock,

Homeland, Hideway sont tous des sujets de tenue, ou du moins qui gagnaient au

train, à l’image d’Alysheba, père d’Hint of Silver.

 

Ce constat nous renvoie à la

seule interrogation qui subsiste aujourd’hui : Silver Frost va-t-il tenir les

2.100m du Jockey Club ? L’examen de la lignée maternelle nous incite à le

croire, comme l’on vient de le voir. Verglas lui-même transmet surtout de la

vitesse, mais à l’instar d’Highest Honor, certains de ses produits font les

2.000m avec aisance. Et puis, comme nous l’avons remarqué, Silver Frost a

progressé entre 2 et 3ans, nous laissant penser que sa vitesse à 2ans n’était

finalement que le signe d‘une qualité et non d’une aptitude ou d’une précocité.