Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Silver frost le conquérant

Autres informations / 11.05.2009

Silver frost le conquérant

Poule d’Essai des Poulains

Le Lundi 11 mai 2009 restera

une date historique pour les Normands. Silver Frost (Verglas), sous la

responsabilité d’Yves de Nicolay à Deauville, entrant dans l’Histoire comme le

premier gagnant d’une Poule d’Essai, celle des poulains, entraîné en Normandie.

La Normandie également mise à l’honneur grâce au dauphin de Silver Frost, qui

porte un nom évocateur : Le Havre (Noverre), ville d’origine de son

propriétaire, Gérard Augustin-Normand. Le Havre est entraîné à Pau par

Jean-Claude Rouget et ce doublé provincial à l’arrivée d’une Poule est une

première. La Normandie encore, mise en avant par le ring d’Arqana de Deauville,

où sont passés Silver Frost et Le Havre. La Normandie toujours, où résident les

deux femmes qui ont fait naître les deux premiers de la Poule d’Essai des

Poulains : Chryss O’Reilly (Skymarc Farm / Silver Frost) et Anna Sundström

(Team Hogdala / Le Havre). Cette dernière a d’ailleurs aussi été à l’honneur

chez les pouliches (Pier House Stud / Elusive Wave).

On avait peur que les

Britanniques ne nous “volent” notre Poule d’Essai, mais on oubliait trop vite

que c’était les Normands qui, en 1066, étaient allés défaire les Anglais à

Hastings sous le commandement de Guillaume le Conquérant. Dimanche, notre “Conquérant”

était gris. Il s’appelle Silver Frost.

Les lignes françaises étaient

les bonnes

« Il n’a jamais déçu,

rappelait Yves de Nicolay, un peu ému, après cette première victoire pour lui

dans un classique. Sa seule mauvaise course était dans le Prix Morny, où

c’était plutôt une erreur de distance. C’est un cheval qui a vraiment beaucoup

de cœur. » On ne peut rien reprocher à Silver Frost, qui fait vraiment un beau

vainqueur. Il n’a rien d’un petit cheval et, il n’y a qu’à le regarder dans la

ligne droite pour voir qu’il se livre à fond, baissant la tête comme les bons

chevaux. Lauréat du Prix Omnium II (L), puis du Prix de Fontainebleau (Gr3), il

s’était fait sa place dans le top de la hiérarchie française des milers. Le

voilà  mainte-

nant installé en pole

position, sans discussion. Le verdict de la course est sans appel, il y a eu du

train et la logique a été respectée. Pour l’anecdote, on notera que Silver

Frost est rentré aux balances sans fer à son antérieur droit. Pour gagner avec

trois “chaussures”, il faut vraiment être bon. Lauréat du Prix Djebel (L), Le

Havre fait un très beau dauphin de Silver Frost. D’ailleurs, sa manière de

s’allonger dans la ligne droite est assez similaire à celle du poulain de John

Dawson-Cotton. A chaud, Christophe Lemaire expliquait « avoir été gêné un

instant par un cheval anglais,

mais Le Havre est revenu

finir fort. Il peut aller sur plus long. » D’après son entourage, il pourrait

être revu dans le Jockey Club (Gr1). A nouveau, Le Havre devance Naaqoos (Oasis

Dream), installé favori de cette Poule d’Essai.

Après avoir tiré en début de

parcours, le poulain de Freddy Head a perdu sur tapis vert le bénéfice de ses

efforts et sa troisième place. Pour avoir gêné la ? JDG

Rising Star ? Handsome Maestro (Dansili), il a été rétrogradé

derrière lui, à la sixième place. « Je suis satisfait de la course de Naaqoos,

nous a déclaré Freddy Head, avant l’annonce de la rétrogradation de son

pensionnaire. C’est un cheval brillant. Il l’a été en début de parcours et

malgré cela, il a tenu. Il est même venu à un moment et puis finalement il a

pris la troisième place. Je ne sais pas encore ce qu’il va courir ensuite, mais

il restera très certainement  sur le

mile. »

Dans l’entourage d’Handsome

Maestro, on était forcément un peu déçu et Jean-Pierre Deroubaix, qui a acheté

le cheval aux ventes, nous disait : « On ne peut qu’être déçus lorsque les

choses se déroulent de la sorte. Le cheval aurait été quatrième sans la gêne

subie. Il n’a jamais cédé dans la ligne droite, repartant même pour finir.

C’est un bon cheval et il aura d’autres possibilités de le prouver cette année,

sur le mile. »

 

 

Poule d’Essai des Poulains

Avec un jumelé gagnant venant

des Prix de Fontainebleau et Djebel, il ne fallait pas chercher midi à quatorze

heures et faire confiance à notre programme de sélection. Le cheval qui faisait

peur, Vocalised (Vindication), n’a pu faire mieux que dixième, après un

parcours infect. Déçu, Jim Bolger l’était, lui qui était si confiant encore à

midi. A chaud, il disait : « Ce n’est pas le vrai Vocalised que vous avez vu.

Nous ne savons pas ce qui s’est passé et nous en saurons certainement plus dans

les jours à venir. » Le poulain n’a en effet jamais semblé en course, trop tôt

amorphe, un peu comme Authorized dans “l’Arc”…