Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Très petite vente de printemps bbag

Autres informations / 24.05.2009

Très petite vente de printemps bbag

La vente BBAG de printemps

(BBAG Spring Sale) présente un triste score que les chiffres officiels masquent

largement. Les statistiques communiquées font état de 92 pro- duits vendus sur

les 114 présentés. Sachant que ces vendus intègrent les rachats, mieux se

focaliser sur les 44 lots qui ont effectivement changé de mains.

Quarante-quatre sur 114, cela représente un taux réel de vente inférieur à 39%.

Les indicateurs classiques du

prix moyen et prix médian sont en recul de respectivement 30% et 35% alors que

le chiffre d’affaires recule d’un peu plus de 23%. Carola Ortlieb, Directeur

exécutif de BBAG, n’a pas caché le bilan médiocre de cette session. « Les

résultats peuvent paraître corrects sur le papier mais il faut garder à

l’esprit le fort taux de rachat qui fausse les données. Pourtant je pense que

nous devons encore être optimistes : après tout, les époques difficiles sont

toujours suivies par des temps meilleurs. »

 

Le top a été l’apanage de

Gestüt Ebbesloh pour un 2ans, fils de Black Sam Bellamy (Sadler’s Wells), le #67.

Ce frère de Luttje Lage (Acatenango), lauréate de Listed à Merano et placée de

Groupe en Allemagne (3e de Gr3 à

Hambourg) a réalisé 46.000€.

Pour l’anecdote, la sœur de 3ans de ce poulain portait le #74 et n’a pas trouvé

d’acheteur.

Un des numéros forts du

catalogue, le #118 de la famille d’Highdown (Selkirk), a été racheté à

100.000€. Albert Steigenberger qui présentait cette 2ans attendait visiblement

beaucoup d’elle.

 

Du côté des Français, on

notera une activité réduite avec seulement trois achats. Jean-Pierre Deroubaix

(FBA) a obtenu le #33, un 2ans fils de Gold Away (Goldneyev) de la famille de

Bien Bien (Manila) pour 13.000€. Marc- Antoine Berghgracht (MAB Agency) a mis

5.000€ pour le

#73, une 2ans issue de Desert

Style (Green Desert). Il s’agit ici de la souche de Lady Marian (Nayef). Enfin

Jean-Luc Pelletan s’est fait adjuger 5.500€ une 2ans de Boreal (Java Gold),

premier produit d’une poulinière par Fasliyev (Nureyev).

 

Gras Savoye Cinéma Prix

Ferdinand Dufaure

PERSONNE NE MANQUE

La défaite de Long Run

(Cadoudal) dans le Prix de Pépinvast (Gr3) sur les haies face à Kadabi

(Dalakhani) et Blue Brésil (Smadoun) a précipité son orientation vers les gros

parcours. Il ne s’agit pas là d’une bonne nouvelle pour les tenants des

premières places de la discipline dans cette génération. Ce nouveau prétendant

vient clairement pour s’installer à la première place. Ses premiers pas –

victorieux – en steeple dans le Prix James Hennessy (L) ont été corrects mais

sans faire montre de tout le brillant attendu.

 

La bonne ligne du James

Hennessy

Il y a peut-être une autre

raison à cela. Ce Prix James Hennessy n’a-t-il pas été la course préparatoire

la plus relevée du printemps ? Les suivants de Long Run, Réalmont (Khalkevi) et

Royale François (Kapgarde) sont deux sujets tardifs, attendus et en plein épanouissement.

Le premier est un AQPS et le second un pur-sang.

 

Le diesel Marescsou

C’est à sa septième sortie à

Auteuil que Marescsou (Maresca Sorrento) a remporté sa première victoire. Il a

eu le bon goût de le faire dans une épreuve importante, le Prix Jean Stern

(Gr2). Plus que la victoire, c’est la manière qui a été saisissante ce jour-là.

Très rapidement sollicité et longtemps dernier, il a tracé un dernier kilomètre

sensationnel. Les 4.100m sont un allié pour ce cheval très froid. Maintenant

que son entourage a réussi à “l’enclencher” une fois, il serait étonnant qu’il

n’arrive pas à lui faire répéter. C’est Misérable (Discover d’Auteuil) qui a

fait les frais, la dernière fois, du rush final de Marescsou. Ce lauréat du

Prix Congress (Gr2) évolue dans le bon sens comme cherche à le réaliser

Marie-Laëtitia Mortier, son entraîneur. Dorénavant capable de répéter sur tous

les types de terrain, Misérable est une des plus sûres valeurs-témoin de

l’élite de sa génération.

Rubi Ball (Network) est aussi un très bon chaser qui doit seulement encore

mieux gérer ses efforts dans un parcours pour réaliser une performance au top

niveau. Le reste du lot fait belle figure avec les valeurs éprouvées comme que

Baraka du Berlais (Bonnet Rouge) ou Roméo Conti (Goldneyev).