Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Belmont park (e.-u.), samedi 6 juin

Autres informations / 08.06.2009

Belmont park (e.-u.), samedi 6 juin

Belmont Stakes (Gr1)

SUMMER BIRD,

L’AUTRE “BIRDSTONE” VOLANT

L’étalon américain Birdstone

a le vent en poupe aux Etats-Unis. Il est le père du gagnant du Kentucky Derby

(Gr1), Mine that Bird et un autre de ses rejetons, Summer Bird, vient de

remporter les Belmont Stakes (Gr1), troisième étape de la Triple Couronne

américaine. Mieux encore, Mine that Bird, peut-être un peu émoussé par ses

récents efforts – il avait depuis pris la deuxième place des Preakness Stakes

(Gr1) –, prend la troisième place de ce Gr1. Bien que la génération des mâles

américains n’ait pas révélé de champion hors norme, elle aura au moins eu le

mérite de mettre en lumière un étalon volant du nom de Birdstone.

 

La revanche de Kent

Desormeaux

Le jockey américain était un

peu “maudit” dans ces Belmont Stakes. Par deux fois, il avait manqué d’achever

la Triple Couronne en ne gagnant pas cette étape. La première fois en 1998 avec

Real Quiet (Quiet American), où sa monte lui avait valu de vives critiques, et

l’an dernier avec Big Brown (Boundary), qui n’avait pas fini son parcours.

C’était sa revanche ce samedi et Kent Desormeaux déclarait à la presse

américaine : « Ce matin, j’ai quitté la maison avec la volonté de gagner cette

course. Les “Belmont” de l’an dernier ont été une pilule dure à avaler. Cette

année, j’avais un de mes chevaux de cœur et, malgré l’adversité, j’étais très

confiant. Les choses se sont passées telles qu’elles se sont déroulées et le

cheval a parfaitement répondu à mes attentes. »

 

Le jour de gloire de Tim Ice

Tim Ice, entraîneur de Summer

Bird, ne fait pas partie des “grosses pointures” américaines. En 15 mois, il

n’a remporté “que” deux stakes et cette victoire est sa première au plus haut

niveau, lui qui fut assistant entraîneur pendant 15 ans. « J’apprécie vraiment

ce moment, disait-il. Même si ma carrière ne me mène nulle part après cette

victoire, j’ai désormais un succès dans les “Belmont” et personne ne pourra me

le retirer. »

 

L’entourage de Mine that Bird

déçu

Lauréat du Kentucky Derby à

plus de 50/1, Mine that Bird était cette fois dans la peau du favori. Il n’a pu

honorer son nouveau statut et son entourage était un peu désappointé, Bennie

Chip Woolley Jr, son entraîneur, disant après la course : « Je suis

terriblement déçu. Je pense que mon cheval était le meilleur du lot, mais il

est certainement venu trop tôt et a payé ses efforts pour finir. » Calvin

Borel, qui retrouvait Mine that Bird, ajoutait pour sa part : « Il était un peu

fatigué, mais a fait sa course. Le rythme n’a pas été assez rapide et j’ai donc

dû le lancer de loin pour ne pas être pris de vitesse. »