Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Dar re mi donne le tempo… et remporte son premier gr1 !

Autres informations / 28.06.2009

Dar re mi donne le tempo… et remporte son premier gr1 !

Audi Pretty Polly Stakes

(Gr1)

L’an dernier, Dar Re Mi

(Singspiel) avait montré en France que c’était une pou liche dure et également

de talent. Samedi, elle a franchi en cap en remportant son premier Gr1, les

Audi Pretty Polly Stakes. Elle a obtenu la consécration en allant devant et en

imprimant un rythme assez lent à l’épreuve. Courageuse en diable dans la ligne

droite, elle a repoussé jusqu’au bout l’assaut de Beach Bunny (High Chaparral)

et a été maintenue après enquête. Cette victoire, elle ne l’a doit qu’à

elle-même et elle confirme ainsi sa deuxième place acquise derrière Zarkava

(Zamindar) dans l’époustouflant Prix Vermeille (Gr1) 2008. Cela remet encore en

avant les courses françaises pour pouliches, puisque Dar Re Mi avait pris part

l’an

dernier au Prix de Malleret

(Gr2 – 2e), au Prix Minerve Shadwell (Gr3 – 1re), au

Prix Vermeille (2e) et au

Qatar Prix de Royallieu (Gr2 – 3e).

CURRAGH (IRL), Samedi

Audi Pretty Polly Stakes

(Gr1)

LA CONSÉCRATION POUR DAR RE

MI

Pour beaucoup de sportmen

d’outre-Manche, les Audi Pretty Polly Stakes (Gr1) 2009 laisseront un goût

d’inachevé. Sur les forums les commentaires allaient bon train et voyait surgir

des “very poor race”. C’est évident que le manque de rythme n’a pas donné lieu

à une course extra ordinaire au niveau visuel et que les spectateurs sont

restés sur leurs faim après avoir assisté à une course “à la française”. Dans

ce contexte, avec quatre courses au compteur en France, Dar Re Mi (Singspiel),

qui a donné le rythme à la course, était la mieux placée pour l’emporter. C’est

ce qu’elle a fait, obtenant ainsi une consécration méritée au niveau Gr1.

 

Les envies de grands voyages

de Dar Re Mi Maintenant gagnante de Gr1, Dar Re Mi accède à un nouveau statut

et sa propriétaire, Madelaine Lloyd-Webber (femme de Lord Lloyd-Webber) a

désormais envie d’aller de l’autre-côté de l’Atlantique avec sa pouliche, comme

elle l’expliquait à la presse britannique : « J’aimerai aller courir durant le

week-end du Breeders’ Cup avec elle. Pourquoi ne pas devenir globe-trotter ? En

tout cas, je suis vraiment

heureuse de ce succès. Elle

avait été 2e dans deux Gr1 l’an

dernier derrière de bonnes

pouliches comme Zarkava et Lush Lashes. La dernière fois, elle avait également

été 2e,

étant battue à la

photo-finish. » Cette consécration, venue à 4ans, est donc plus que méritée

pour Dar Re Mi.

 

Une victoire sous fond

d’enquête

Quelques minutes après le

passage du poteau, la sonnerie annonçant une enquête a retenti dans le

gigantesque antre du Curragh. Dar Re Mi a penché légèrement dans la phase

finale, sur sa dauphine Beach Bunny (High Chaparral), mais, finalement, les

commissaires irlandais ne changeront rien. Interrogé par le Racing Post, Jimmy

Fortune, jockey de Dar Re Mi, expliquait après l’officialisation de l’arrivée :

« Nous ne nous sommes jamais

touchés avec Beach Bunny et nous sommes allés bien droits. Nous [Jimmy Fortune

et Dar Re Mi] avons contrôlé la course et il n’y avait pas d’in quiétude

concernant le terrain, car elle avait déjà gagné sur un terrain similaire. Elle

a de la tenue et va aussi bien sur 2.000m que sur 2.400m. »

 

Beach Bunny, la bonne

surprise

La 2e place de Beach Bunny

est surprenante dans le sens

où la représentante de Lady

O’Reilly comptait comme principale titre de gloire une 2e place au niveau Gr2

et qu’elle

affrontait ici des pouliches

de Gr1. Mais, grâce au bon par cours, proche de Dar Re Mi, que lui a donné son jockey,

elle a inquiété la future lauréate jusqu’au bout et tout ne s’est finalement

joué qu’à une histoire de balancier. La gloire aurait pu tout aussi bien venir

dans son camp.

 

Le manque de train a déservi

Look Here

Installée favorite, la

lauréate des Oaks d’Epsom (Gr1) 2008, Look Here (Hernando) n’a pas bénéficié

d’une desservie par le manque de train et sa 3e place n’en est que plus

méritoire. D’autant plus que Seb Sanders, son jockey, l’a “actionnée” en une

fois, à la sortie du tournant, au lieu de venir en progression.

Enfin, Lush Lashes (Galileo),

paraît clairement sur la pente descendante. Après de durs combats à 3ans, elle

marque le pas à 4ans. Ici, elle prend la 4e place sur la classe qui lui reste,

pas sur l’envie.

 

Les fondements français de

Dar Re Mi

Il est logique que Dar Re Mi

aime la France et réussisse dans l’hexagone. Sa mère, Darara (Top Ville) était

entraînée par Alain de Royer Dupré et portait la casaque Aga Khan. Ce fut une

championne en piste, puisqu’elle rem porta le Prix Vermeille (Gr1), après avoir

seulement débuté sa carrière au mois de juin de ses 3ans. Son premier pro duit

référencé, Dariyoun (Shahrastani) se révéla être un

bon compétiteur, sur 2.400m

et plus, qui termina 3e du Prix

du Cadran (Gr1) en 1992.

Darara a également produit Darazari (Sadler’s Wells), lauréat du Prix Maurice

de Nieuil (Gr2) en 1996, et River Dancer (Sadler’s Wells), lauréat en France du

Prix La Force (Gr3) et gagnant de Gr1 à Hongkong. Finalement, Dar Re Mi, bien

qu’étant par un étalon rompant avec la tradition “Aga Khan” se montre à la

hauteur de ses origines maternelles