Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

L’impressionnante vision des prince of wales’s stakes

Autres informations / 17.06.2009

L’impressionnante vision des prince of wales’s stakes

ROYAL ASCOT 2009

Prince of Wales’s Stakes

(Gr1)

 

Il était pris de vitesse dans

le tournant, il était enfermé dans la ligne droite, il a dû s’engager entre les

chevaux pour s’imposer. Vision d’État (Chichicastenango) était le plus fort et

il était monté par un Olivier Peslier inspiré. Que pouvait-il arriver au

pensionnaire d’Eric Libaud quand ce dernier a pris la tête ? Rien, absolument

rien. Imbattable une fois devant, sollicité par un jockey aussi dur que lui à

la lutte. Rien n’aurait pu empêcher Vision d’État de gagner cette course, pas

même l’attache-langue dont il a dû se dispenser après que son entourage ne l’a

pas signalé à la déclaration des partants.

« Je savais que c’était une

course difficile, mais je savais aussi que le cheval était en bonne forme, a

déclaré Eric Libaud. Olivier m’a dit avant la course que la ligne droite était

très longue à Ascot et j’étais donc confiant. » Il fallait en effet avoir les

nerfs solides. Olivier Peslier a dû patienter longtemps avant de lancer son

partenaire et lorsque celui-ci a été un peu surpris dans le tournant, le

crackjockey ne s’est pas affolé. « C’est un cheval typiquement français, a

déclaré Olivier Peslier. Quand vous êtes une ou deux longueurs derrière, ce

n’est pas vraiment un problème, car il a un bon coup de reins et finit très

bien. » Mais plus encore que la victoire de Vision d’État, l’entraînement

français a brigué deux marches du podium. Le “Rouget” Never on Sunday (Sunday

Break) s’est octroyé la troisième place, échouant d’une courte tête face à

l’endurci Tartan Bearer (Spectrum), qui aurait dû gagner le Derby l’an dernier.

Ces Prince of Wales’s Stakes ont été une grande et belle édition. Le quatrième

cheval le plus en vue, Twice Over (Observatory), a conservé la quatrième place.

Arrivée logique, diront certains, arrivée limpide en tout cas, sans regret ni

coup bas, même si tous n’imaginaient pas voir les quatre premiers arriver dans

cet ordre. Never on Sunday est venu à l’extérieur comme pour gagner, mais il a fait

un petit écart à cinquante mètres de l’arrivée. Sans cela, il aurait

certainement chipé la deuxième place à Tartan Bearer.

Les autres partants, dans

leur ordre d’arrivée

Estejo (Johan Cruyff),

Trincot (Peintre Célèbre), Virtual (Pivotal).

Tous couru.

Tazeez prend les commandes de

l’épreuve et assure un train peu soutenu en début de parcours. Never on Sunday

ferme la marche aux côtés de Trincot, tandis que Vision d’État et Twice

Over évoluent au sein du

petit peloton. Vision d’État est à la corde alors que Tartan Bearer évolue nez

au vent à l’extérieur. La course se décante et les places restent inchangées.

Dans le tournant, Never on Sunday progresse pendant que Vision d’État est pris

de vitesse et se retrouve dernier le long de la corde. Au début de la longue

ligne droite, Never on Sunday est à flanc de peloton et commence à mettre la

pression sur Tartan Bearer. Vision d’État patiente encore. Le jour ne se fait

qu’à deux cents mètres du but et il se glisse entre Twice Over et Tartan Bearer

pour leur prendre l’avantage. Never on Sunday finit très bien à une courte tête

de Tartan Bearer, auteur d’une belle course malgré sa place à l’extérieur.

Twice Over doit se contenter de la quatrième place.

 

 

 

Prince of Wales’s Stakes

(Gr1)

Vision d’État, « meilleur que

l’an dernier »

« C’est certainement la plus

belle victoire de ma carrière. J’ai gagné des courses à Hongkong, à Dubaï, et

en France bien sûr, mais je pense à tous mes gagnants à travers le monde, et

c’est lui le meilleur », a déclaré Eric Libaud. Oui, Vision d’État a vécu avec

brio le difficile passage de 3ans à 4ans. Au top-niveau l’an dernier, lauréat

d’un Jockey Club sur 2.100m qui a sans doute contribué à préserver ses forces

pour l’avenir, il l’est encore cette année et l’a définitivement prouvé en battant

des chevaux de classe. « Je pense qu’il est meilleur que l’an dernier, a

poursuivi l’entraîneur. Et nous pouvons aller sur l’Arc avec une vraie chance

parce que le lot sera certainement moins relevé que l’an dernier. » Pour le

premier dimanche d’octobre, Vision d’État est actuellement donné à 10/1 chez

les books.

 

Tartan Bearer sur le fil face

à Never on Sunday Placé à l’arrière-garde, Never on Sunday a progressé dans le

tournant pour venir à flan de peloton, mais en deux fois. Il a terminé très

fort, battu d’une courte tête par Tartan Bearer. Sir Michael Stoute, entraîneur

de ce dernier, a déclaré : « Il a fait une belle course, une fois de plus. Nous

aurions tout de même aimé avoir un rythme un peu plus rapide au début.

Cependant, nous n’avons pas d’excuse. » Jean-Claude Rouget a pour sa part

déclaré : « Si l’allure avait été un peu plus soutenue en début de parcours,

cela lui aurait permis de venir sur des chevaux battus. Ici, ses rivaux avaient

encore des ressources. Cependant, je suis très content de sa course. Les trois

favoris ont pris les trois premières places. » Christophe Lemaire, pilote de

Never on Sunday, a félicité Olivier Peslier après le passage du poteau. L’image

est belle. Les deux jockeys français sont main dans la main. « Je suis venu comme

pour gagner, mais il a rencontré une opposition très dure. »