Petit train pour petit grand prix…

Autres informations / 31.05.2009

Petit train pour petit grand prix…

Grand

Prix de Chantilly (Gr2)

Force

est de constater que le verdict du Grand Prix

de Chantilly (Gr2) n’a pas été celui attendu. Une des raisons

invoquées est le manque de train imprimé

par Petrograd

(Peintre Célèbre),

la locomotive de Magadan (High Chaparral). Visiblement, elle a manqué

de charbon et pour s’en persuader,

il suffit de regarder la réduction kilométrique.

1’04’’40 au kilomètre pour le Grand

Prix de Chantilly, alors que dans le Prix des Grandes Écuries, handicap

support du quinté, la réduction affichée

est de 1’00’’30… Et ce ne sont pas

les 200m de plus du Grand Prix qui explique cela. Ils ne sont pas allés vite, Magadan a été brillant

et un anglais assez inattendu, Scintillo (Fantastic Light) s’est imposé. Si on refait la course avec

d’autres données, l’arrivée serait

certainement bien différente.

 

Le

plus titré l’emporte

Néanmoins,

« rendons à César ce qui est à César » et le

couronné du Grand Prix de Chantilly est le britannique Scintillo qui, il faut le signaler, était le seul gagnant de Gr1 au

départ. À 2ans, il avait remporté le Grand Criterium italien (Gr1), en battant Gladiatorus (Silic), considéré par les handicapeurs internationaux et donc à prendre avec des pincettes comme l’actuel meilleur

cheval au monde sur la foi de sa

victoire dans le Dubaï Duty Free (Gr1). Ce

succès n’est donc pas si usurpé que cela. Scintillo en était

à sa 23e sortie et cette expérience lui a été profitable,

comme

il l’a montré en venant dans les chevaux. En

tout cas, il concrétise les espoirs de son entourage, comme nous l’expliquait Graham Triefus,

l’un de ses copropriétaires :

« C’est magnifique de gagner cette course, mais

cette victoire n’est pas vraiment

une surprise pour nous. Le Grand Prix de Saint-Cloud est envisagé,

car c’est un cheval qui aime voyager.

La Coronation Cup [disputé dans une

semaine, ndlr] est rapproché, mais peut éventuellement

être une possibilité, mais nous préférons tout de même le Grand Premio di Milano (Gr1 – 14 juin] ou les Hardwicke Stakes (Gr2 – 20 juin]. »

Richard

Hughes, qui monte souvent Scintillo, lui était

associé dans ce Grand Prix : « Je pense que c’est un cheval qui peut aller

sur plus long encore. Il a la vitesse pour aller sur 1.600m, mais, sur le mile,, il est à

fond tout le temps. J’ai presque me battre avec son entourage

pour qu’ils le mettent sur 2.400m et aujourd’hui,

Scintillo me donne raison ! C’est le seul cheval que j’ai monté qui est capable d’accélérer de cette façon. »

 

Chinchon

doit encore attendre

Considéré

comme un cheval de Groupe, Chinchon (Marju) n’en a pas encore remporté un. Cela

viendra certainement un jour et cela sera mérité, car il s’est toujours montré

régulier. Mais c’était peut-être ce dimanche son jour et Carlos Laffon-Parias,

son entraîneur, a certainement dû y croire quand Chinchon est venu à bout de la

résistance de Barongo (Distant Music). « Nous avions déjà battu Magadan [dans

le Prix du Jockey-Club, ndrl] et la ligne est la même ce dimanche, nous a

déclaré Carlos Laffon-Parias. Chinchon répète donc sa valeur. J’avais fait le

papier, mais je ne pensais pas être battu par Scintillo. Il a réalisé une bonne

course sur 2.400m et le rythme peu sélectif l’a avantagé. La suite de son

programme pourrait passer par le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) ou l’étranger

où il y a beaucoup de belles courses bien dotées. »

 

Magadan,

n’est pas condamnable

La

troisième place de la ?

JDG Rising Star ?

Magadan est bien loin du classement attendu. Comme d’habitude, Magadan a été

placé en dernière position à côté du gagnant. Dès lors, sa position dans le

parcours n’explique pas sa défaite. Assez brillant en début de parcours,

Magadan ne s’est pas rapproché comme un gagnant au début de la ligne droite. Le

manque de train n’a pas émoussé ses adversaires et le champion de l’Écurie

Wildenstein n’est pas venu sur des chevaux “morts” comme il aime le faire. Sa

ligne droite a paru pénible et sa troisième place bien laborieuse à obtenir.

Elie Lellouche était très déçu et Anthony Crastus expliquait pour sa part que

le cheval n’avait pas son action habituelle. Cet échec ne remet pas en cause la

qualité de Magadan qui aura certainement l’occasion de prouver sa valeur dans

le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1).

 

Des

handicaps aux Groupes, il n’y a qu’un train… Avec cinq chevaux sur la même

ligne, on pourrait se dire que le handicapeur a bien fait son travail. Le

problème, c’est que nous étions dans un Gr2 et, comme ils ne sont pas allés

très vite, l’arrivée s’est jouée dans un mouchoir. Il ne faut donc pas vraiment

s’étonner de la survaleur de Barongo, qui est un bon cheval, mais sans être de

la trempe « d’un Chinchon » ou « d’un Magadan ». Pourtant, il a bien failli

l’emporter, lui qui, théoriquement, vaut 7,5 kilos de moins que Magadan…

 

Grand Prix de Chantilly (Gr2)

Magadan battu par une origine Wildenstein…

Le comble dans l’histoire est que Scintillo

a pour mère Danseuse du Soir (Thatching),

qui défendait la casaque de l’Écurie

Wildenstein et était entraînée par Elie Lellouche. Avant Scintillo, cette lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) 1991 n’avait pas donné

de produits sortant de l’ordinaire,

seul Jumbajukiba (Barathea),

élevé par l’Écurie Woodcote Stud,

sera gagnant de Gr3. Grâce à sa victoire Scintillo devient le premier

gagnant de Groupe en France pour son père, Fantastic Light (Rahy), champion

tout continent et dont on se rappelle les joutes fabuleuses face à Galileo (Sadler’s Wells).

  • Les autres

    partants dans leur ordre d’arrivée :

Idéal

World (Kingmambo), Petrograd (Peintre Célèbre). Tous couru.

Leader de Magadan, Petrograd s’empare du commandement mais ne donne pas une

allure hyper sélective à l’épreuve. Barongo est

en deuxième position précédant Ideal World. Chinchon et Timos sont en cœur du peloton

alors que le visiteur

Scintillo et le grand favori Magadan

ferment la marche. Petrograd

accélère dans le tournant

mais le peloton

ne le suit pas. Les concurrents

abordent les quatre cents derniers mètres très groupés. Barongo a le meilleur, mais Ideal Word, Timos, Chinchon en dedans et Magadan en

dehors produisent leur effort. Scintillo progresse an centre entre Ideal World

et Timos. Ils sont presque tous sur une même ligne à deux cents mètres de

l’arrivée. Finissant vite au centre, Scintillo vient créer la décision,

devançant d’une tête Chinchon, un instant malheureux le long de la corde.

Magadan

a bien fini en dehors, montrant tout de même un peu de mauvais vouloir au

moment du démarrage. Barongo se comporte très bien à ce niveau, conservant la

quatrième place aux dépens de Timos, qui a bien conclu et qui finit très près.