Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Yeats face à l’histoire

Autres informations / 18.06.2009

Yeats face à l’histoire

Gold Cup (Gr1)

A 15h45, heure anglaise, le

grand Yeats (Sadler’s Wells) s’attaquera à

l ’ H i s t o i r e . Pour la

quatrième fois, il prendra part à l’Ascot Gold

Cup (Gr1), épreuve dont il

est le triple tenant du titre. Grâce à ces trois victoires dans cette course

mythique, Yeats est le

codétenteur du nombre de succès avec Sagaro (Espresso), entraîné par François

Boutin et auteur du triptyque 1975-1976-1977. Une victoire de Yeats le rendrait

unique recordhorse et il y a fort à parier que ses nombreux supporters feraient

alors un lobbying qu’il obtienne sa statue sur l’hippodrome !

Mais il existe un point noir

concernant Yeats. Sa rentrée, dans les Vintage Crop Stakes (L), qu’il avait

l’habitude de remporter, ne l’a pas montré au mieux de sa forme. Il y terminait

sixième sur huit, face à une opposition relativement quelconque et

inexpérimentée comparée à la sienne. Mais Yeats est un cheval capable du

meilleur, mais aussi du pire, comme il l’a parfois fait à Longchamp. Dès lors,

mieux vaut totalement effacer cette contre-performance. Johnny Murtagh, pour

qui « Yeats est le meilleur stayer qu’il ait monté », a déclaré à la presse

britannique : « Comme moi, il se surpasse pour les grandes occasions. Quatre

mille mètres et la grande foule présente ici lui font ressortir le meilleur de

lui-même. »

 

Patkai, chef de file de l’opposition Encore jeune (il

n’a que 4ans), Patkai (Indian Ridge) prendra part à son premier Gold Cup.

 

Après l’échec de Yeats, il

était passé un temps favori de cette épreuve grâce à sa victoire dans les

Sagaro Stakes (Gr3), disputés à Ascot. Sa relative inexpérience (il a couru 9

fois) et le fait qu’il ait 4ans peuvent inciter à une certaine retenue, mais

les 4ans figurent en bonne place dans le palmarès de l’Ascot Gold Cup. Depuis

1995, ils ont remporté six des quatorze éditions. Patkai est entraîné par Sir

Michael Stoute, qui n’a pas remporté cette épreuve depuis 1978 !

 

2009, peut-être l’année de

Geordieland

Entraîné jusqu’à l’été 2006

par Jean-Marie Béguigné, Geordieland (Johann Quatz) est devenu un habitué du

Gold Cup d’Ascot. Mais surtout un habitué de la deuxième place, derrière

Yeats…En 2007 et 2008, il a été battu par le champion stayer d’Aidan O’Brien,

mais cette année pourrait être celle de sa revanche. Yeats apparaît comme

affaibli après sa rentrée, alors que Geordieland est, lui, au top, puisqu’il

vient de battre Patkai dans les Blue Square Henry II Stakes (Gr2). À 8ans,

Geordieland peut connaître enfin la consécration.

 

Les Godolphin en quête de

couleurs

Par quatre fois, entre 1996

et 2004, Godolphin a inscrit son nom au palmarès de la course. Cette époque

n’est pas si lointaine, mais force est de constater que la casaque Godolphin a

pris depuis quelques années la tendance “blues” plutôt que “bleu roi”…Pour se

redonner des couleurs, l’écurie comptera sur trois représentants. Lanfranco

Dettori a choisit Veracity (Lomitas), gagnant à Dubaï cet hiver et troisième du

Prix Royal Oak (Gr1) l’an dernier. Il était alors monté par Christophe Lemaire,

qui nous avait déclaré : « C’est un cheval qui a beaucoup de tenue et qui

devrait encore s’endurcir. Il a eu un comportement encourageant pour la suite

de sa carrière. »

Ahmed Atjebi, l’ancien camel

jockey sera, lui, en selle sur Eastern Anthem (Singspiel). Ce lauréat à Dubaï

du “Sheema Classic” (Gr1) a été nettement dominé dans le Coronation Cup (Gr1),

à Epsom. Sa tâche ne s’annonce pas évidente. Enfin, le dernier représentant

Godolphin est bien connu en France. Il s’agit de Sagara (Sadler’s Wells),

troisième de l’Arc en 2007 et qui sera associé à Ted Durcan. Castré l’an

dernier, il possède des références dans les courses de stayers, ayant terminé

cinquième de cette épreuve l’an dernier. Ce cheval froid a manqué sa rentrée

(5e sur 6 d’une Listed à

Goodwood), mais il reste capable d’un coup d’éclat.