anabaa : un cadeau devenu une lignée maternelle bien française

Autres informations / 08.07.2009

anabaa : un cadeau devenu une lignée maternelle bien française

AU CŒUR DE L’ACTU

 UNE FORMIDABLE HISTOIRE SOUS LE SCEAU DE LA

FAMILLE HEAD

L’histoire d’Anabaa est

remplie d’anecdotes. Elles ont un point commun, elles sont toutes parties d’un

même élan, celui de la générosité. Christiane Head-Maarek, qui a présidé à

toute la carrière d’Anabaa, est revenue, période par période sur ce cheval de

cœur. « Je l’ai connu de yearling à hier [lundi soir, ndlr]. C’est une belle

histoire dont papa [Alec Head] est à l’origine. »

 

Tout commence avec Bamières,

la grand-mère d’Anabaa.

« Dans les années 70, le père

de François Rohaut a fait saillir une de ses juments, Bergamasque (Kashmir II),

à Riverman (Never Bend). Elle s’est retrouvée vide et papa lui a offert une

saillie du même Riverman, l’année suivante. Cette fois-ci, il y a eu un

résultat et le produit a été Bamières, la grand-mère d’Anabaa. »

 

Balbonella, une championne

qui deviendra la mère d’Anabaa

Née en 1978, Bamières donne

naissance en 1984 à Balbonella (Gay Mécène). « Balbonella était une très bonne

jument de course. Elle a apporté un premier Gr1 à François Rohaut, le Prix

Robert Papin. Avant cette course, elle a été acquise par le Cheikh Maktoum al

Maktoum et elle a ensuite été placée chez moi. » Par la suite, Balbonella se

placera au niveau Gr1, terminant 4e du Prix Morny (Gr1), 4e de la Poule d’Essai

(Gr1) et 4e du Prix de la Forêt (Gr1). Elle sera envoyée au haras après son

année de 4ans (où elle courra aux États-Unis).

 

1993 : Anabaa arrive chez

Christiane Head Deuxième produit de Balbonella, Anabaa est placé chez

Christiane Head, mais : « un jour où les piste étaient mouillée, il a glissé et

s’est pincé la moelle épinière. Les vétérinaires ont diagnostiqué la maladie de

chien. Cheikh Maktoum nous l’a alors cédé. Nous l’avons mis au repos au haras,

c’est ce qui l’a sauvé. Quand le cheval a été bien soigné et que j’ai vu qu’il

pouvait courir, je voulais le rendre, mais le Cheikh n’a pas voulu le

reprendre. “Un cadeau est un cadeau”, nous a-t-il dit. Ce fut alors le début

d’une formidable histoire avec Anabaa. »

 

Anabaa, une carrière qui a

marqué Christiane Head

« C’est un cheval qui nous a

bien rendu toute la générosité que nous lui avons donnée. J’ai beaucoup de

souvenirs et j’ai connu des joies fantastiques avec lui. C’est un cheval qui a

marqué ma carrière, puisque j’ai pu remporter le July Cup et le Prix Maurice de

Gheest avec lui. Il aura également marqué la carrière de Freddy en tant que

jockey. »

 

Anabaa, une perte pour

l’élevage

« C’est une grande perte pour

l’élevage, car c’était un très grand étalon. Les irlandais de Coolmore étaient

très intéressés par lui, mais papa ne l’a jamais vendu. C’était un cadeau. Il

aura marqué l’élevage en tant que père, et cela continuera, car il a encore

beaucoup sailli cette saison, donc on verra encore des produits d’Anabaa.

Également, on s’aperçoit qu’il fonctionne très bien en tant que père de mère.

Sa belle histoire n’est pas finie… »