Fleeting spirit :la victoire au bout des errances

Autres informations / 10.07.2009

Fleeting spirit :la victoire au bout des errances

Darley July Cup (Gr1)

Les sorties de Fleeting

Spirit (Invincible Spirit) sont rarement exemptes d’histoires et d’anecdotes.

La sprinteuse de 4ans entraînée par Jeremy Noseda commence même à collectionner

sérieusement les aventures, bonnes et mauvaises. On peut même parler de

tourments récurrents. Sa victoire dans le Darley July Cup, ce vendredi, n’a été

acquis qu’après intervention et décision des commissaires. Et rappelons-nous,

dans le Prix de l’Abbaye (Gr1) l’an dernier, c’était sa stalle qui ne s’était

pas ouverte, entraînant ainsi l’annulation de l’épreuve disputée par quelques

concurrents téméraires. Cette fois, dans le Darley July Cup (Gr1), sa stalle

s’est bien ouverte et la victoire était au rendez-vous, mais son entourage a

souffert. Dans les 75 derniers mètres, Fleeting Spirit a penché fortement sur

sa droite, gênant son futur dauphin, Main Aim (Oasis Dream). Au moment même où

celui-ci portait son effort à son summum et se présentait donc en dangereux

adversaire. Le verdict de la piste était clair : une longueur un quart au

bénéfice de Fleeting Spirit. L’évaluation de l’ampleur de la gêne pouvait dès

lors commencer et la place était laissée aux commissaires.

Autant il est clair qu’en

France, Fleeting Spirit aurait été distancée, en Angleterre, les commissaires

ont considéré qu’elle était bien la meilleure samedi et ont maintenu l’arrivée.

Darley July Cup (Gr1)

Le Sud-Africain J J the Jet

Plane (Jet Master), s’il courait mieux qu’à Ascot (4e des Golden Jubilee

Stakes, Gr1),

n’avait jamais pu mettre en

doute la supériorité des deux premiers. Pourtant, il avait échappé aux

errements de Fleeting Spirit.

Quant à la seule française du

lot, African Rose (Observatory), elle a pris la 6e place. Un classement qui est

loin d’être honteux, car la pensionnaire de Christiane HeadMaarek affrontait un

lot d’un autre calibre que lors du Sprint Cup (Gr1) qu’elle a remporté l’an

dernier à Doncaster. Même à cette place, elle précédait les ténors du sprint

que sont Takeover Target (Celtic Swing), Equiano (Acclamation) et Art

Connoisseur (Lucky Story).

 

Un July Cup qui n’était pas

prévu au programme Après la victoire de sa protégée, Jeremy Noseda

reconnaissait : « Après Royal Ascot, ce n’était pas l’option privilégiée de

venir ici. Mais j’avais laissé dix jours de repos à Fleeting Spirit et j’avais

des raisons de penser que Scenic Blast [le lauréat des King’s Stand Stakes,

ndlr] n’avait pas progressé depuis sa dernière sortie. J’ai donc travaillé

Fleeting Spirit mercredi et son cavalier m’a dit qu’elle avait progressé depuis

sa course d’Ascot. C’est un Gr1

qu’elle mérite, d’autant que

mes chevaux avaient été malades l’an dernier avant Ascot. C’est pourquoi elle

avait

d’ailleurs été battue dans

les “King’s Stand” [3e à l’âge de 3ans]. » Pour

l’heure, Jeremy Noseda n’a

évoqué aucune épreuve en vue pour sa championne sprinteuse. Fleeting Spirit est

son deuxième top-sprinter après Soldier’s Tale (Stravinsky), lauréat en 2007

des Golden Jubilee

 

La régularité de Fleeting

Spirit récompensée

Dès lors que le destin ne

vient pas frapper malencontreusement les prestations de Fleeting Spirit, la

4ans réussit à produire des résultats réguliers. En onze sorties, elle compte cinq

victoires, trois 2e places et n’est jamais sortie des cinq premiers. Dès l’âge

de 2ans, elle a montré rapidement des moyens, remportant les Flying Childers

Stakes (Gr2) avant de terminer deuxième de Natagora (Divine Light) dans les

Cheveley Park Stakes (Gr1). En quatre sorties à 3ans, elle pris autant

d’accessits au niveau Groupe, terminant même quatrième du Breeders’ Cup Sprint

(Gr1). Pour sa rentrée en 2009, elle avait pris la deuxième place des King’s

Stand Stakes (Gr1), derrière l’australien Scenic Blast (Scenic).

 

Un jumelé inédit à ce niveau

Sept lauréats de Gr1 étaient

au départ et, finalement, le jumelé gagnant a été composé de deux chevaux n’ayant

encore jamais gagné à ce

niveau. Le dauphin de Fleeting Spirit, Main Aim disputait d’ailleurs seulement

sa deuxième sortie à ce niveau. Il s’est très bien débrouillé. Si on ajoute que

sa gêne a compliqué sa mission, il a fait mieux que répondre aux attentes de

son entourage. Teddy Grimthorpe, racing manager de Khalid Abdullah, disait

après la course : « Il revenait sur 1.200m et a très bien couru, tout en étant

contrarié. Cette distance est certainement la sienne. »

 

 

Darley July Cup (Gr1)

 J J the Jet Plane et Paco Boy sur la route de

Deauville Troisième, J J the Jet Plane (Jet Master) a montré un autre visage

que dans les Golden Jubilee Stakes (Gr1). Ici, à l’inverse d’Ascot, il n’a

jamais paru proche du naufrage. Mike de Kock, son entraîneur, estimait après la

course : « Il va encore monter en condition. Sûrement qu’après trois ou quatre

courses, il sera au top et je pense pouvoir le courir sur le mile dans un

certain temps. Nous avons plusieurs possibilités pour lui, notamment le Prix

Maurice de Gheest. » Quatrième, Paco Boy (Desert Style) n’était pas loin de

l’exploit de remporter trois Gr1 sur trois distances différentes. Monté à

l’arrière-garde, il a été lancé tardivement et en a doublé beaucoup dans la

phase finale, mais il en est resté trois devant lui. Son jockey estimait que,

s’il y avait eu cent mètres supplémentaires, il aurait gagné. Il a

effectivement couru comme un cheval de 1.400m, pris de vitesse aux huit cents

mètres. Avant la course, son entourage évoquait le Prix Maurice de Gheest comme

une sérieuse possibilité et les jours prochains nous diront s’il n’a pas changé

d’avis.

 

Un côté français chez

Fleeting Spirit

Le côté maternel de Fleeting

Spirit possède une touche française. Sa mère, Millennium Tale (Distant

relative) a été élevée par l’Ecurie Decrion et n’a pas couru. C’est une fille

de The Bean Sidhe (Corvaro), qui a commencé sa carrière en Irlande

avant de venir courir des

Groupes en France et de passer sous les couleurs de l’Écurie Decrion en fin de

carrière. La vitesse de Fleeting Spirit trouve aisément ses fondements dans les

présences rapprochées d’Invincible Spirit (avec Green Desert en arrière fond)

et de Distant Relative (Habitat).