Suffren met les voiles vers la victoire

Autres informations / 07.07.2009

Suffren met les voiles vers la victoire

COMPIÈGNE, Lundi

Prix de Bournonville (F)

Portant le nom d’un célèbre

amiral français (Pierre André de Suffren), Suffren (Giant’s Causeway) a enfin

accosté dans les eaux douce de la victoire, dans le port de Compiègne, à

l’occasion du Prix de Bournonville (F). Et cette victoire, le jeune moussaillon

la méritait amplement. Placé à trois reprises en trois sorties, il venait de

finir à une courte tête de Therefore (High Chaparral), lauréat depuis d’une “D”

sur l’hippodrome du Putois le 30 juin. Une ligne qui plaidait en sa faveur.

Rapproché toutes voiles dehors dans la ligne d’en face, il a contrôlé les fins

de courses de ses adversaires dans les trois cents derniers mètres, s’imposant

avec assurance. Le pensionnaire d’Elie Lellouche, Peintre Abstrait (Peintre

Célèbre) a eu beau fournir une prometteuse fin de parcours, le long de la

corde, sans qu’Anthony Crastus ne soit dur, Suffren était intouchable ce lundi.

Frère de cinq éléments de Groupes, Kissavos (Montjeu) n’a pu confirmer ses bons

débuts à Longchamp, étant incapable de changer de vitesse dans la phase finale.

 

Une belle famille américaine

Acheté pour la somme de

400.000$ aux ventes de yearlings de Keeneland en septembre 2007, Suffren est un

fils de Giant’s Causeway (Storm Cat) qui donne parfois du caractère à ses

produits, ce qui n’est pas le cas de Suffren. Six fois vainqueur de Gr1,

Giant’s Causeway, the iron horse, est le père, en Europe, de Shamardal, gagnant

du premier Prix du Jockey Club (Gr1) sur 2.100m en 2005, de Pointilliste,

vainqueur du Prix de Barbeville (Gr3) sur 3.100m et, surtout, de Ghanaati,

héroïne des 1.000 Guinées (Gr1) anglaise et des Coronation Stakes (Gr1). Il

sait donc donner des chevaux allant sur des distances variés. Giant’s Causeway

est un étalon avec lequel l’Ecurie des Monceaux, propriétaire de Suffren, a

déjà vécu de beaux moments. Il est le père de Naissance Royale, deux fois

placée de Groupe en France, sous la casaque rose et noire, avant de remporter

trois Gr2 aux États-Unis. Côté maternel, la famille de Suffren est intéressante

puisque sa mère, Cozzy Corner (Cozzene), s’est imposée au niveau Gr3 et y a

pris également des places. Sa deuxième mère, The Bink (Seeking the Gold),

placée de Gr3, a notamment produit, un an avant Cozzy Corner, Riskaverse

(Dynaformer) triple gagnante de Gr1 et deux fois lauréate de Gr3 outre-Atlantique.

Elle a été vendue 5 millions de dollars en novembre 2005 à Keeneland, puis

envoyée en Irlande.

 

Les autres partants dans leur

ordre d’arrivée :

Tiger Village (Tiger Hill),

Zegodlessman (Lord of Men), Kissavos (Montjeu), Place Of Magic (Kalanisi),

Lonado (Lando), Del Mar (Highest Honor), Montpellier (Della Francesca). Tous

couru.

Zegodlessman, Orzare et Place

of Magic sont les plus prompts à s’élancer et composent les avant-postes.

Orzare est repris dans le premier tournant à l’inverse de Kissavos qui se

rapproche en troisième épaisseur, le nez au vent. Lonado galope ensuite devant

Tout en Bleu qui évolue à la corde, Suffren, Del Mar, Barunner, Peintre

Abstrait, Tiger Village et Montpellier qui ferme la marche, tout étant

sollicité. Au milieu de la ligne d’en face, Suffren vient à proximité des

animateurs en pleine piste. Pour aborder le dernier tournant, il est suivi par

Kissavos. Un Kissavos qui galope par à coups. À l’entrée de la ligne droite,

Suffren prend l’avantage et va creuser l’écart dans les trois cents derniers

mètres pour s’imposer avec autorité. Bon finisseur, Peintre Abstrait termine

vite le long de la corde, prenant le premier accessit devant Orzare, également

auteur d’un beau retour. Kissavos n’a pas été capable d’accélérer dans la ligne

droite.