Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

à la rencontre d’angus gold

Autres informations / 14.08.2009

à la rencontre d’angus gold

SPÉCIAL VENTES ARQANA

 Vendredi 14 août 2009 / 8

À la veille des ventes, et au

lendemain de la journée Shadwell à Deauville, le très francophile racing

manager de Hamdan al Maktoum s’est confié à JDG.

 

 

Jour de Galop. – Hier,

Shadwell sponsorisait la réunion du Prix Minerve. Pourquoi avoir choisi cette

journée en particulier ?

Angus Gold. – Les liens de

Shadwell avec la France sont très forts et Richard Lancaster, qui dirige

Shadwell en Angleterre, a voulu remercier tous nos amis français en les

recevant en août à Deauville, au moment où tout le monde se retrouve pour les

ventes.

 

De plus en plus d’éleveurs français

viennent à la saillie chez vous ?

Oui, c’est vrai. Mais il ne

s’agit pas que de cela. Comme vous le savez, nous stationnons aussi des étalons

en France depuis plusieurs années. Dans le passé, il y a eu Hamas et Munir et

aujourd’hui, il y a Muhtathir. Et nous sommes ravis : le Haras du Mézeray a

fait un travail formidable et les résultats ont suivi.

 

Comment s’est fait le choix

de le placer en France ? Muhtathir a signé ses deux meilleures performances en

France : deuxième de la Poule d’Essai et vainqueur du Jacques Le Marois. Donc,

selon moi, il était parfaitement logique de le faire entrer au haras en France.

Vous savez, il n’est pas facile d’imposer un étalon dans un pays où les

éleveurs ne l’ont pas vu courir. Nous avons eu des difficultés de la sorte, en

stationnant aux Etats-Unis des chevaux qui avaient fait toute leur carrière en

Angleterre, comme Elmaamul, Bahri ou Elnadim.

 

En suivant la même logique,

vous auriez pu stationner Tamayuz en France !

Cheikh Hamdan apprécie

énormément Tamayuz, et je sais qu’il voulait avoir le cheval chez lui, dans un

de ses haras. Et comme les haras européens du Cheikh sont situés en

Angleterre (Shadwell) et en

Irlande (Derrinstown)…