Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Blue and gold ou l’histoire d’une course gagnée d’avance

Autres informations / 04.08.2009

Blue and gold ou l’histoire d’une course gagnée d’avance

DEAUVILLE, Mardi

Prix de l’Eure (D)

 « J’ai félicité

Thierry Jarnet dans le rond de présentation avant qu’il ne se mette en selle,

pour l’état dans lequel Blue and Gold (Spinning World) se trouvait ».

L’entraîneur de sa pouliche, Sandrine Tarrou, étant absente, Guy Pariente avait

souligné le remarquable état dans lequel se trouvait sa pouliche à son jockey.

Le résul- tat paraissait affiché avant que la course ne soit courue. Et l’état

flamboyant dans lequel était Blue and Gold (Spinning World) s’est traduit par

un succès acquis sûre- ment après un bon parcours dans le sillage d’Enchanting

Muse (Fusaichi Pegasus). « Elle réalise une belle perfor- mance, nous a confié

Guy Pariente. Elle pourrait monter de catégorie car c’est une pouliche qui s’adapte

et qui progresse. De plus, elle devance un bon lot aujourd’hui. » Gagnante au

mois d’avril d’un handicap, Blue and Gold a fait jouer son aptitude au sable et

sa préférence pour les courtes distances pour s’imposer. Elle a réussi une

performance intéressante car il n’est pas évident de revenir de l’arrière en

août sur la P.S.F., puisqu’elle est plus “lourde” qu’en hiver en raison de la

chaleur. Autre représentante de Guy Pariente, Maggi Fong (Dr Fong) a pris la

troisième place, après avoir été montée de bonne heure.

 

Golden Runner condamné par sa tactique

Sur le papier, Golden Runner (Orpen) pouvait ambitionner la

victoire. Poulain rapide et appréciant le sable, il y avait néanmoins un point

qui semblait contrecarrer ses projets, sa tactique. Golden Runner aime attendre

et sur la P.S.F., il est difficile de revenir. Placé en dernière position par

Christophe Lemaire, Golden Runner a pourtant terminé fort pour conclure bon

deuxième. Son propriétaire, Philippe Augier, nous a confié : « C’est un poulain

sérieux et courageux qui a pu profiter de son numéro 9 dans les stalles pour

attendre et réaliser une belle ligne droite. Etant donné qu’il n’a pas gagné,

il pourrait être revu au cours du meeting. » La ?

JDG Rising Star ? Rêve de Nuit

(Giant’s Causeway) n’a pas confirmé ses deux dernières performances qui étaient

honorables. Galopant la tête en l’air tout en se montrant brillant, le

pensionnaire d’André Fabre n’a pu jouer un rôle dans la phase finale, terminant

cinquième.

 

Une souche de vitesse

Elevée par le Haras du Camp Benard et Aerial Bloodstock,

Blue and Gold est une fille de Spinning World (Nureyev), connu pour apporter de

la vitesse à ses produits. Blue Story (Gold Away), mère de Blue and Gold, avait

gagné sa course “G” à Landivisiau sur 1.500m. La pensionnaire de Sandrine

Tarrou est son premier produit.

Troisième mère de Blue and Gold, Make Plans (Go Marching) a

donné trois sprinters de haut niveau avec Monde Bleu (Last Tycoon), triple

lauréat de Groupe entre

1.000 et 1.200m et troisième du Prix de l’Abbaye de

Longchamp (Gr1), Bestplan (Try my Best), gagnant de Listed sur 1.000m et Sayf

El Arab (Drone), vainqueur de Gr1 sur 1.000m.

 Les autres partants

dans leur ordre darrivée :

Slap Shade (Invincible Spirit), Chorale d’Anges (Ange

Gabriel), Baratom (Beaudelaire), Enchanting Muse (Fusaichi Pegasus). Tous

couru.

Slap Shade est très vite en action et se porte au commande-

ment, accompagnée de Rêve de Nuit. Baratom vient ensuite avec Liebermann et

Enchanting Muse. Chorale d’Ange est au sein du peloton avec Blue and Gold.

Maggi Fong est avant-der- nière alors que Golden Runner ferme la marche.

Liebermann vient prendre le relais de l’animatrice à quatre cents mètres de

l’arrivée. Blue and Gold, qui a suivi son accélération, s’annonce dangereuse

alors que Maggi Fong et Golden Runner, en dehors, regagnent du terrain. Blue

and Gold prend le meilleur à cent mètres de l’arrivée et s’impose facilement.

Golden Runner est l’auteur d’une très belle fin de course en dehors et s’empare

du premier accessit aux dépens de Maggi Fong, bien revenue des derniers rang.

Liebermann n’a pu soutenir son effort jusqu’au bout, terminant au 4e rang.