Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Dar re mi fait tomber sariska de son piédestal…et va revenir à longchamp

Autres informations / 21.08.2009

Dar re mi fait tomber sariska de son piédestal…et va revenir à longchamp

YORK (G.-B.), Jeudi

Darley Yorkshire Oaks (Gr1)

On attendait un duel entre     Sariska (Pivotal) et Dar Re Mi (Singspiel)

dans les Darley Yorkshire Oaks (Gr1) et le match a bien eu lieu. Cette fois,

Jamie Spencer, jockey de Sariska, n’a pu narguer ses adversaires comme il

l’avait fait en les doublant si facilement dans les Irish Oaks (Gr1). Non,

Jamie Spencer a dû employer Sariska, mais a été battu au bout d’une longue

lutte à la régulière, avec Dar Re Mi. Le succès de la pensionnaire de John

Gosden redonne la main aux 4ans dans ce Groupe 1, dans lequel les 3ans figuraient

au palmarès dans les trois dernières éditions de la course (Alexandrova,

Peeping Fawn et Lush Lashes). Cette victoire démontre que la génération née en

2005 est supérieure à celle née en 2006. On a pu s’en rendre compte plusieurs

fois déjà cette sai son, notamment avec la ? JDG Rising Star ?

Goldikova (Anabaa), qui a donné une “correction” à ses cadettes dans le Prix

Rothschild (Gr1). De plus, les deux victoires de Gr1 cette année de Dar Re Mi

refont parler de Zarkava (Zamindar), qui était venue la battre dans le Qatar

Prix Vermeille (Gr1), alors que la représentante de Lord Andrew Lloyd-Webber

était partie pour la gloire. En résumé, à haut niveau, les lignes des pouliches

nées en 2005, c’est du béton !

Quelques temps après la

course, nous avons joint Jean Marc Moquet, manager de Kiltana Stud, qui est le

haras de Lord Andrew Lloyd-Webber. Il nous a raconté : « Avant la course,

c’était très clair de la part de John Gosden : Sariska était la pouliche à

battre dans ce lot. Mais nous étions tout de même confiants, car Dar Re Mi

revenait sur 2.400m, qui est sa meilleure distance. Elle a gagné les Pretty

Polly Stakes sur 2.000m, mais elle est allée devant, faisant par ler la tenue.

Nous sommes très heureux de cette victoire de jeudi, d’autant que Jimmy Fortune,

son jockey, pense qu’elle s’améliore et qu’elle va continuer dans ce sens.

Désormais, nous pensons à venir courir le Qatar Prix Vermeille, puis “l’Arc” si

tout se passe bien. Ensuite, pourquoi pas, on pourrait penser à aller au

Breeders’ Cup, d’au tant que Dar Re Mi voyage très bien, qu’elle va dans tous

les terrains et que son entraîneur connaît parfaitement le site de Santa Anita.

Pour l’instant, nous n’avons pas comme idée de la garder à 5ans, car notre

finalité reste l’élevage et Dar Re Mi possède un excellent papier avec un beau

palmarès. » Concernant les qualités en course de Dar Re Mi, Jean-Marc Moquet

poursuivait : « Elle aime bien que les chevaux viennent à elle et elle est très

dure à passer une fois devant. Elle est très courageuse et cela se voit dans

son palmarès, puisqu’elle n’a jamais fini plus loin que troisième. Elle doit

être montée assez près des premiers et il lui faut des hippodromes galopant,

comme Longchamp ou le Curragh. »

 

Les excuses de Sariska

Après la course, Michael

Bell, entraîneur de Sariska, a réagi à la défaite de sa protégée, expliquant :

« Pour moi, il y a plusieurs facteurs qui expliquent cette défaite. D’une part,

la gagnante est une pouliche de top-niveau, qui avait parfaitement le droit de

s‘imposer. D’autre part, le terrain était trop rapide pour Sariska, qui préfère

les pistes bien souples. Cette défaite n’est pas un désastre et elle peut toujours

venir courir” l’Arc”, si le terrain est assez souple pour elle. Nous ne

prendrons plus le risque de la courir quand la surface ne lui convient pas. »

 

Aux origines de Dar Re Mi

Le papier de Dar Re Mi se

distingue en particulier par Darara (Top Ville), sa mère. En 1986, elle a

remporté le Prix Vermeille (Gr1) avant de terminer sixième de “l’Arc”, celui où

Dancing Brave dominait Bering et Triptych… « Darara a été achetée par le haras

il y a dix huit ou dix-neuf ans, aux ventes de Goffs, nous a expliqué Jean-Marc

Moquet. À l’époque, elle avait été payée

500.000 livres irlandaises.

Elle possède un papier excep tionnel et a été la jument de notre vie au haras,

car elle a produit de très bons chevaux de course et également des produits qui

se sont extrêmement bien vendus. Concernant le choix de Singspiel, il y a

plusieurs raisons. D’une part, Darara avait déjà 21ans à l’époque et Singspiel,

qui est un très bon étalon, solide et à un prix abordable, était en Angleterre.

Ne voulant pas faire un grand déplacement avec Darara, elle est donc allée à

Singspiel. En produisant Dar Re Mi tard, Darara a prouvé que même les vieilles

juments peuvent reproduire. Enfin, un frère de Dar Re Mi, qui a 2ans et est par

Tiger Hill, est à l’entraînement en France, chez André Fabre. »