Night magic s’envole, célimène sombre

Autres informations / 02.08.2009

Night magic s’envole, célimène sombre

On attendait beaucoup de la pouliche

de Gérard Laboureau, Célimène (Dr Fong), dans le 151e Preis der Diana (Gr1). Mais

c’est la représentante de Wolfgang Figge, Night Magic (Sholokhov), qui a fait étalage

de sa classe, s’imposant de bout en bout sans la moindre émotion. La française Célimène

a complètement sombré, terminant au dernier rang.

Avec son numéro 1 dans les stalles

de départ, Célimène a pris un bon départ, son partenaire voulant garder une bonne

place. Dans le sillage de l’animatrice et future lauréate Night Magic, dans la ligne

d’en face, la pouliche de Carlos Lerner a commencé à perdre des rangs dans la fameuse

montée qui précède le tournant final. À l’entrée de la ligne droite, les ambitions

de la représentante tricolore étaient malheureusement réduites à néant. Alors que

Night Magic se détachait, Célimène cédait totalement, passant la ligne d’arrivée

en dernière position, ralentie par son jockey.

« Le réservoir était déjà vide

dans la montée, a précisé Yann Lerner. Je lui ai laissé reprendre un bol d’air,

mais elle est restée sans réaction dans la ligne droite. » Bien loin du niveau réalisé

depuis ses débuts, Célimène n’est évidemment pas à juger sur cette contre-performance.

Le courtier Paul Nataf, acheteur de la pouliche, nous a déclaré:

« Nous n’avons pour le moment

pas d’explication. Elle est bien partie et elle était bien pendant 1.000m. Mais

en un instant, elle est passée de tout à rien. Dans le dernier tournant, Yann Lerner

sentait déjà qu’il n’avait pas de gaz. On va chercher une explication, car elle

a très bien voyagé et était bien au rond. Elle s’est fait une atteinte à un canon,

mais nous ne pensons pas que ce soit cela non plus. »

 

La belle musique de Night Magic

Acquise 43.000€ aux ventes B.B.A.G.

de Baden-Baden par Wolfgang Figge pour le compte de son principal propriétaire,

la Stall Salzburg, Night Magic réalise une carrière quasi sans fautes. Hormis une

sixième place le jour de ses débuts, Night Magic a toujours terminé à l’arrivée

de ses sorties suivantes. Gagnante d’une Auktionsrennen richement dotée (50.000€

au vainqueur) l’automne dernier, la fille de Sholokhov (Sadler’s Wells) venait de

prendre les commandes de la génération des pouliches allemandes nées en 2006 en

s’imposant dans un Gr3 à Hambourg après avoir terminé troisième du Diana-Trail (Gr2).

Jusqu’à sa dernière sortie soldée par une victoire, Night Magic jouait toujours

les attentistes durant un parcours. Pratiquant désormais la course en avant, elle

n’a jamais vu une seule de ses adversaires ce dimanche. Vite en tête, elle s’est

littéralement envolée à l’entrée de la ligne droite, s’imposant en très bonne pouliche.

« Mon rêve est devenu réalité, a commenté l’entraîneur. J’étais confiant, certes,

mais je respectais beaucoup la présence de la pouliche française. Cette victoire

est d’autant plus belle qu’il s’agit de ma première victoire au niveau Gr1. »

Entraîneur installé à Munich,

Wolfgang Figge est à la tête d’un effectif composé d’une trentaine de pensionnaires.

La Stall Salzburg, l’écurie propriétaire de la pouliche, qui possède une quinzaine

de chevaux à l’entraînement chez lui, a connu une belle réussite l’an passé en France

avec Poseidon Adventure (Sadler’s Wells), troisième du Grand Prix de Deauville (Gr2)

et du Prix du Conseil de Paris (Gr2) et récent deuxième de l’étape du Défi du Galop

d’Avenches.