Un contexte économique favorablement surprenant

Autres informations / 14.08.2009

Un contexte économique favorablement surprenant

Le déroulement des ventes

Arqana d’août dépend plus que jamais de la conjoncture économique mondiale. JDG

analyse le contexte économique et son impact probable sur le marché des

yearlings.

 

Les nouvelles

macroéconomiques sont positives

Même Christine Lagarde avoue

sa surprise : « L’économie française est “sortie du rouge avec une croissance

de son PIB de 0,3% au deuxième trimestre”, a annoncé jeudi la ministre de

l’Economie au micro de RTL, anticipant de quelques minutes la publication des

chiffres de l’Insee. Oui, après quatre trimestres de croissance négative, la

France sort enfin du rouge ». Ces chiffres, que la ministre a qualifié

“d‘extrêmement surprenants”, confirment la reprise générale qui se dessine

depuis plusieurs semaines au sein des sphères économiques.

En Europe, après quatre

trimestres dans le rouge, l’Allemagne et la France, les deux premières

puissances de la zone euro, sortent de la récession alors que les économistes

prévoyaient pour l’une et l’autre, en moyenne, une nouvelle contraction de 0,3%

du PIB.

Du côté des Etats-Unis, le

taux de chômage a légèrement baissé outre-Atlantique le mois dernier, à 9,4%

contre 9,5% en juin, alors que les

économistes prévoyaient une

hausse. Les destructions d’emplois ont nettement ralenti : 247.000 emplois ont

disparu en juillet, contre 443.000 le mois précédent. Dans la foulée, la Bourse

de New York a fini jeudi à son plus haut niveau depuis début novembre,

agréablement surprise par les chiffres mensuels de l’emploi aux Etats-Unis.

En un mot, il semblerait bien

que les affaires reprennent, et les banques françaises confirment que le crédit

aux entreprises et aux ménages est reparti à la hausse. Les encours de crédits

accordés par les banques françaises ont augmenté globalement de 3,5% sur un an

pour les particuliers et les entreprises, a annoncé mardi dernier la Fédération

bancaire française (F.B.F.) dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion à

Matignon.

 

Dans le détail, les crédits

aux ménages s’élevaient à 955 milliards d’euros à fin juin, en augmentation de

4,4% sur un an, les prêts immobiliers ayant pour leur part crû de 5% sur la

même période. Les crédits aux entreprises ont également progressé, de 2,4%, à

772 milliards d’euros. Ces éléments sont très positifs, et ils expliquent les

bons résultats macroéconomiques qui ne cessent de surprendre favorablement les

experts…

 

Les Bourses parient sur la

reprise économique Rassurés par les résultats d’entreprises au deuxième

trimestre et une série d’indicateurs encourageants, les marchés mondiaux

connaissent un rebond significatif depuis le début de l’été, qui leur a permis

d’atteindre leurs plus hauts niveaux de l’année.

 

Cette semaine, l’indice

S&P 500 de Wall Street a franchi la barre psychologique des 1.000 points et

le CAC 40 a terminé à plus de 3.500 points, deux seuils qui n’avaient pas été

vus depuis novembre 2008. A Tokyo, le Nikkei, désormais au-dessus de

10.000 points, a atteint ces

derniers jours son plus haut niveau depuis octobre et la Bourse de Shanghai a

retrouvé ses niveaux de mai 2008. La semaine précédente, c’était le Footsie de

Londres et le Dax de Francfort qui avaient cassé leur seuil de

résistance respectif de 4.600

points et de 5.300 points. A ce rebond des marchés s’ajoutent un redémarrage

des prix du pétrole qui ont atteint 75 dollars à Londres, un euro qui est

reparti à la hausse et a atteint lundi 1,44 dollar (son plus haut niveau en

près de huit mois). Au final, les marchés ont retrouvé leurs niveaux

d’octobre-novembre 2008

– après la faillite en

septembre de la banque américaine Lehman Brothers, considérée comme l’épicentre

de la crise financière, soulignent les analystes.

 

L’ensemble des anticipations

sont positives

Le marché mondial du yearling

s’inscrit bien évidemment au sein de ce schéma économique global. Les

principaux intervenants sur ce marché si particulier sont souvent par ailleurs des

acteurs financiers qui ont subi la crise, mais qui aujourd’hui perçoivent fort

bien les multiples signes que nous avons rapportés plus haut dans cet article.

Les marchés des valeurs se redressent, effaçant en partie la perte sévère de

2008, et dans le même temps, le cours du pétrole est reparti à la hausse. Cette

conjoncture est la bienvenue en regard de la clientèle arabe qui soutient ce

secteur depuis des années. Au passage, on ne peut que sourire à l’évocation de la

prétendue

faillite de Dubaï et de sa

famille régnante, rumeur qui circulait avec insistance dans les milieux

hippiques cet hiver… Le facteur essentiel, tant à la Bourse que dans les

courses de chevaux, est la dimension psychologique. C’est elle qui crée

l’ambiance. Dès que les anticipations sont positives, dès qu’un courant porte

les opérateurs, la demande revit et se gonfle comme par miracle, même si hier,

on pleurait dans les chaumières. La tempête s’efface, et le premier coin de

ciel bleu dope les acteurs qui envisagent le retour des beaux jours. Or dès

jeudi à Deauville, les équipes des grands acheteurs internationaux, tous les

courtiers européens et français, étaient à pied d’œuvre, arpentant

l’établissement à la recherche du futur crack. On ne peut qu’être confiant,

face à une telle activité.

 

La question-clé est celle du

timing

Cependant, la réussite des

ventes Arqana des dernières années est telle que ce succès mobilise tous les

professionnels internationaux pour qui Deauville est devenu un must et une

opportunité. Du fait du contexte économique et politique, le déroulement de ces

ventes 2009 sera le résultat d’une course de vitesse entre 2 vecteurs :

Celui constitué par les

signes objectifs de la reprise économique,

Et celui de la représentation

que se font les acheteurs du futur économique.

Est-ce que tout le monde

“sait” que la crise est terminée et que nous sommes déjà dans l’après-crise ?

Est-ce que l’anticipation des marchés financiers formatera celle des acheteurs

de yearlings, comme la logique le veut ?

Si la réponse est non, si les

éco-sceptiques dominent, s’ils n’ont pas encore réalisé que la reprise est là,

alors nous aurons des trous dans la demande, et le marché manquera de

profondeur, faute d’une participation plus généreuse des acheteurs présents.

Dans cette hypothèse, à laquelle nous ne voulons pas croire, le marché sera en

baisse par rapport à 2008.

Si la réponse est oui, si les

bonnes nouvelles économiques sont parvenues à Deauville, alors la vente sera

forcément bonne, au moins équivalente à celle de 2008, car l’offre de yearling

est, de l’avis unanime des observateurs et de JDG, excellente cette année. Car

la sélection d’Arqana a été sévère et remarquable, et les animaux présentés par

les éleveurs sont en moyenne d’une qualité rarement atteinte à Deauville.