Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Equidia : pari gagné

Autres informations / 08.09.2009

Equidia : pari gagné

Equidia fêtera, le 20 octobre

prochain, ses dix ans. Dix ans déjà. Si le temps nous semble avoir passé si vite,

c’est parce que Equidia fait pleinement partie de notre vie quotidienne. Equidia

est comme un proche – comme un enfant au sens où, à vivre à ses côtés tous les jours,

on ne la voit pas grandir !

Et pourtant… Il y a un peu plus

de dix ans, les fondateurs de ce qui allait devenir Equidia se réunissaient : Jean-Luc

Lagardère et Louis Romanet pour le galop, Dominique de Bellaigue, Paul Essartial

et Jacques Chartier pour le trot, Bertrand Belinguier pour le PMU. Que voulaient-ils

? D’abord créer la chaîne de référence des courses de chevaux. Cet objectif a été

atteint, au-delà même de leurs espérances, puisque la chaîne est une référence mondiale

(des opérateurs de télévision étrangers viennent régulièrement au siège de Colombes

pour s’inspirer de ses méthodes). Pourquoi est-elle reconnue au-delà de nos frontières

? Parce que c’est une des rares chaînes consacrées au sport hippique qui ne se limite

pas à la diffusion des courses : les émissions, documentaires et plages d’information

sont nombreux.

 

Le second objectif des pères fondateurs

d’Equidia, c’était de faire la chaîne du cheval ; un pari plus osé qu’il n’y paraît

car, disaient les mauvais coucheurs, pourquoi les courses devraient-elles “payer”

pour les autres disciplines équestres ? Réponse : parce que les courses sont une

locomotive. Le dynamisme qu’elles insufflent depuis longtemps à tout le monde du

cheval est aujourd’hui récompensé, dans le dossier de l’ouverture des jeux. En effet,

c’est largement grâce à Equidia que nos amis de l’équestre se sentent concernés

par les demandes de Bruxelles.

Troisième objectif : séduire un

public plus large. Là encore, le but a été atteint. Equidia est aujourd’hui dans

la majorité des foyers français. Il est loin, le temps où les courses étaient cantonnées

à une chapelle pour initiés… J’ajouterais – même si cela ne faisait sans doute pas

partie des objectifs initiaux de la chaîne – qu’Equidia est devenu un socle essentiel

de l’union entre le trot et le galop. Le point de rencontre entre les frères amis

des courses. Et cela aussi, c’est très important à la veille des combats qui nous

attendent.

 

Cette réussite, Equidia la doit

à une équipe de dirigeants, de journalistes et de collaborateurs qui ont fait, pas

à pas, un travail de Titans pour mener Equidia là où elle est. Et ce qui est amusant,

c’est que plusieurs d’entre eux n’avaient pas de lien particulier avec les courses

avant de travailler pour Equidia : Éric Brion, formidable animateur à la tête de

la chaîne ; Jérôme Lenfant et Fabien Cailler côté rédaction ; Jean-François Bertrand,

l’homme de la technique…

 

Il faut, enfin, parler de l’avenir.

Car un bon bilan est toujours un plus, mais il n’est rien sans des perspectives.

Quelles sont-elles ? Globalement, le nouveau défi d’Equidia est de transformer une

chaîne de télévision en une offre multimédia qui additionne des contenus télé avec

des contenus interactifs, qu’internet rend possible. C’est le sens du nouveau service

dit “de rattrapage”, qui permettra aux téléspectateurs ayant raté une émission de

la revoir au moment de leur choix, par le biais du site www.equidia.tv. C’est aussi,

le soir où un grand événement hippique et un grand événement équestre auront lieu

simultanément, la possibilité offerte aux téléspectateurs de regarder le premier

à la télévision et le second sur le site internet de la chaîne. Ou vice versa. C’est,

enfin, le développement de la diffusion sur les téléphones mobiles équipés.

 

Au cours de la conférence de presse

de lundi soir, un journaliste hippique a posé une question cruciale : « Si le PMU

commence à prendre des paris sportifs, Equidia restera-telle une chaîne uniquement

consacrée au cheval ? » La réponse d’Éric Brion, Directeur de la chaîne, a été claire

:

« Oui. Equidia est la chaîne des

courses et du cheval, et le restera. »

 

Mayeul CAIRE