Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

éric woerth communique sur l’ouverture des jeux

Autres informations / 18.09.2009

éric woerth communique sur l’ouverture des jeux

Au cours d’un point presse

qui s’est tenu vendredi matin à Bercy, le ministre du Budget Éric Woerth a fait

plusieurs annonces. Il a d’abord confirmé que le projet de loi sur l’ouverture

des jeux en ligne devrait bien être examiné les 7 et 8 octobre prochain. Il a

également déclaré – ce que tout le monde devinait – que le début de la Coupe du

monde constituait une date butoir pour le lancement des nouveaux paris. «

L’idée de base, c’est d’être prêt avec un texte, une autorité de régulation en

ordre de marche et avec des licences délivrées pour la Coupe du monde de

football. »

Sensible au dossier hippique,

dont sa ville de Chantilly est un des bastions, le ministre a eu un mot pour

notre univers : il a apprécié l’évolution du point de vue du PMU et des

Sociétés de courses, lesquelles, a-t-il dit, « sont en train de s’adapter à la

nouvelle donne ».

Sur la question de la remise

à zéro des bases de données clients, le ministre a précisé que ce serait une

réalité : pas question, pour les bookmakers qui “draguent” actuellement des

clients dans l’illégalité, d’utiliser leurs comptes à dater de l’ouverture.

Encore faudra-t-il savoir comment cela sera contrôlé... En revanche, à partir

du moment où l’ouverture sera effective, l’éponge sera passée sur ceux qui

seront rentrés au bercail de la légalité.

Enfin, Eric Woerth a déclaré

que la loi devait aligner la fiscalité des jeux en ligne et celle des jeux en

dur. Cela devrait donc le conduire à baisser la fiscalité actuelle sur les jeux

en dur.

En cette occasion, Eric

Woerth était accompagné de Jean-François Vilotte, qui dirigera l’Autorité de

régulation des jeux en ligne (Arjel). Celui-ci a annoncé qu’une centaine

d’opérateurs français et étrangers avaient demandé une licence : en majorité

pour une licence de paris sportifs et de pokers ; une minorité pour les paris

hippiques.

L’Arjel emploie déjà dix

personnes. Mais elle va bientôt grossir : en juin, elle devrait employer près

de quatre-vingts personnes.