Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

La consécration d’un élevage pas comme les autres

Autres informations / 15.09.2009

La consécration d’un élevage pas comme les autres

Star of Seville porte les

couleurs de son éleveur, Lady Bamford, représentée à Chantilly par sa fille,

Alice Bamford. Celle-ci est arrivée juste à temps pour assister au succès de la

pouliche : « Je vis à Los Angeles. Quand John Gosden m’a appelée pour me dire

que la pouliche était susceptible de participer au Prix de Diane, je me suis

mise en quête d’un billet d’avion. Les vols étaient tous pleins, mais j’ai

réussi à en trouver un qui arrivait à Charles de

Gaulle ce matin. J’ai juste

eu le temps de prendre une douche à l’aéroport et de filer à l’hippodrome ! »

Star of Seville est née à

Daylesford Stud, le haras anglais de Lady Bamford, situé dans le

Gloucestershire. Alice Bamford nous a expliqué : « Nous avons environ vingt

poulinières à la maison. Nous privilégions la qualité à la quantité. La mère de

Star of Seville, Stage of Presence, n’est pas née chez nous. Nous l’avons

achetée à Tattersalls, en 2007. Après Star of Seville, elle a une 2ans par

Oasis Dream, un foal mâle d’Oasis Dream toujours, et elle est pleine de

Kingman. Ma mère élève des pur-sang depuis une vingtaine d’années. Souvent nous

vendons les mâles et gardons les pouliches. Avant cela, elle élevait des

arabes. Nous avons élevé Sariska, gagnante des Irish Oaks, mais je crois que

Star of Seville est encore meilleure. Je suis très impliquée dans l’élevage, et

je me souviens de la naissance de la pouliche, de ses premiers pas dans les

prés… Elle était déjà spéciale, avec cette tête vraiment expressive. » Avant

Star of Seville, Stage Presence (Selkirk), qui avait quinze ans quand elle a

mis bas de la pouliche, avait déjà produit English Ballet (Danehill Dancer),

gagnante des Sweet Solera Stakes (Gr3), et troisième du Fillies’ Mile (Gr1).

L’avisé Robert Nataf avait acheté la jument en 2004, alors qu’elle avait six

ans, pour le groupe Coolmore. Trois ans plus tard, Hugo Lascelles, le manager

de Lady Bamford, achetait la jument pleine de Danehill Dancer.

Lady Carol Bamford est l’une

des personnalités très influentes en Grande-Bretagne. Elle est mariée avec l’un

des industriels les plus prospères de l’île, Sir Anthony Bamford, le

propriétaire de JCB, spécialisé dans la fabrication d’engins de construction et

de BTP. Dans une démarche écologique, la très active Lady Bamford s’est lancée

dans le “bio”, sous la bannière Daylesford Organic. Son site commercialise des

aliments bio cultivés dans ses propriétés, mais aussi des vêtements respectueux

de l’environnement. « Je crois en une alimentation simple et bonne, qui est le

résultat de l’agriculture biologique. C’est meilleur pour nous, pour les animaux

et pour l’environnement », explique-t-elle sur son site internet. Peut-être que

le secret de Star of Seville se trouve dans son mode d’élevage !