Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le marché s’ajuste sur un nouvel équilibre

Autres informations / 25.09.2009

Le marché s’ajuste sur un nouvel équilibre

 

COMPTE-RENDU DU JOUR 9

Lentement, jour après jour, les opérateurs ont pris le pli :

une crise économique est passée par là, et tout le monde est d’accord sur le

fait que la valeur des chevaux a changé. Cette acceptation modifie complètement

la physionomie du marché du yearling aux USA et, dans ce nouveau contexte, les

paramètres se stabilisent et le marché fonctionne. Et c’est cette réalité qui

compte : à ce niveau de prix, l’offre trouve une demande.

Le signe fort de ce 9e jour de Keeneland est que, pour la première

fois depuis le début de ces ventes, le pourcentage des yearlings vendus a

dépassé 80% ! Mieux, le chiffre de 2009 est meilleur que celui de 2008 pour le

même jour ! Le monde du pur-sang doit enregistrer et donc accepter le nouveau

palier : à l’image de la moyenne de ce mercredi de Keeneland, la valeur des

actifs chevaux a baissé de l’ordre de 30%.

Les Américains ont désormais compris cette réalité : leur

adaptation ne fait plus de doute et le prix de tous les actifs et services liés

à cette activité devrait subir une décote d’ajustement de 30%. Pour le prix des

saillies, c’est certain ; pour les services, c’est moins sûr. Notons que cet

ajustement avait déjà commencé en 2008 en Europe qui, en la matière, s’est

réveillée avant l’Amérique. Donc attention à ne pas appliquer le même

raisonnement à la France, où la folie n’ayant jamais été de mise, l’ajustement

“à l’américaine” n’aura pas lieu. Du moins pas avec la même brutalité.

En revanche, les chiffres irlandais semblent indiquer que

les mêmes causes économiques produisent des effets similaires sur l’espace

anglo-saxon du pur-sang. Encore une fois, la France reste un cas particulier

grâce à son organisation du pari mutuel qui assure une relative prospérité du

secteur, le système des courses demeurant le socle et le fondement de

l’industrie hippique.